Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête / Port

La classe politique va-t-elle venir à bout de Tarek Bitar ?

Les proches des victimes ont appelé les Libanais à se joindre à eux lors d’un sit-in prévu demain à 13h devant le Palais de justice à Beyrouth.

La classe politique va-t-elle venir à bout de Tarek Bitar ?

Tarek Bitar est dans l’attente de la décision de la cour d’appel chargée de statuer sur la demande en récusation présentée contre lui. Photo d’archives

L’étau se resserre encore autour du juge d’instruction près la Cour de justice Tarek Bitar. Le juge a été dessaisi d’office hier en début d’après-midi du dossier, aussitôt après avoir été notifié de la demande en récusation présentée vendredi devant la cour d’appel de Beyrouth par le député et ancien ministre de l’Intérieur mis en cause, Nouhad Machnouk. Le dessaisissement n’est toutefois pas définitif, dans l’attente que la cour présidée par Nassib Elia statue sur le recours de M. Machnouk.

La notification a eu lieu alors que Tarek Bitar entamait une semaine décisive dans l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth. Le magistrat venait d’achever l’audition de Jaoudat Oueidate, chef de la sécurité nationale au sein de l’armée. Selon des sources informées, il en a pris acte sans avoir eu le temps de décider s’il devait prendre une mesure restrictive de liberté à l’encontre de ce dernier. Ont été suspendues toutes les séances d’audition d’autres responsables sécuritaires, notamment celles de Ghassan Gharzeddine, ancien membre du service des renseignements de l’armée, qui devait comparaître hier, ainsi que Camille Daher, ancien chef des renseignements de l’armée. Quant à l’ex-commandant en chef de l’armée, Jean Kahwagi, il ne sera pas non plus entendu aujourd’hui comme il était prévu. Idem pour les députés Ali Hassan Khalil, Ghazi Zeaiter, et M. Machnouk : le premier devait comparaître ce jeudi, et les deux autres vendredi. Une séance était également prévue pour auditionner le 4 octobre l’ancien chef de gouvernement Hassane Diab, sorti du territoire libanais sans répondre à sa convocation le 20 septembre.

Lire aussi l'édito d'Elie FAYAD

Les morts du port ne vous saluent pas !

Avant la suspension de ses fonctions, M. Bitar avait multiplié hier matin ses démarches pour tenter d’avancer dans son enquête. Une source judiciaire affirme à L’OLJ qu’il avait demandé dans ce cadre au parquet de cassation de déférer deux requêtes, l’une adressée au ministre de l’Intérieur, Bassam Maoulaoui, pour l’autoriser à poursuivre le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, et l’autre au Conseil supérieur de la défense pour lui permettre d’interroger le directeur de la Sécurité de l’État, Tony Saliba. Ces demandes lui avaient été refusées par l’ancien gouvernement présidé par Hassane Diab, mais en raison de l’avènement du gouvernement Mikati, le juge d’instruction pouvait les réitérer. Selon une source médiatique, M. Maoulaoui n’aurait pas encore reçu la demande d’autorisation qui le concerne. D’autres informations ont par ailleurs circulé selon lesquelles M. Bitar a mis en cause hier le procureur près la Cour de cassation, Ghassan Khoury, le suspectant d’avoir classé sans suite le dossier du nitrate d’ammonium, alors qu’il en avait eu connaissance en juin 2020, soit deux mois avant la double explosion au port de Beyrouth.

Arrêt immédiat

Semblant jouer au chat et à la souris, la caste politique cherche clairement à mettre Tarek Bitar hors jeu. MM. Khalil et Zeaïter auraient présenté hier une demande de récusation similaire à celle présentée par Nouhad Machnouk. Celui-ci avait été précédé mercredi dernier par un recours pour suspicion légitime présenté devant la Cour de cassation par Tony Frangié, l’avocat de Youssef Fenianos, mis en cause et objet d’un mandat d’arrêt pour non-comparution à l’audience qui lui avait été fixée le 16 septembre. Ce recours avait été notifié au juge d’instruction qui n’a pas voulu se dessaisir de l’affaire, la loi l’autorisant à poursuivre tant que la Cour de cassation ne lui demande pas de suspendre son action en attendant qu’elle tranche. Aussitôt qu’une plainte pour suspicion légitime avait été portée contre lui en décembre 2020, le prédécesseur du juge Bitar, Fadi Sawan, avait pour sa part pris l’option de se désister, sans attendre la décision de le récuser rendue en février par la Cour de cassation.

Lire aussi

Menaces contre Bitar : des juges dénoncent une "situation inédite et dangereuse"

En tout état de cause, maintenant qu’il fait l’objet d’une demande de dessaisissement devant la cour d’appel, Tarek Bitar ne peut plus poursuivre ses fonctions de juge d’instruction près la Cour de justice, cette demande imposant l’arrêt immédiat de son action judiciaire, contrairement à l’effet du recours porté devant la Cour de cassation. Tous les regards sont désormais rivés sur la cour d’appel de Beyrouth, qui n’est liée par aucun délai pour prononcer sa décision. Vu l’ampleur de ce qui est considéré comme l’une des plus grandes explosions non nucléaires de l’histoire moderne, il semble pourtant urgent que cette décision ne tarde pas. À échéance, la cour pourrait rejeter la demande de M. Machnouk et maintenir le dossier entre les mains de M. Bitar. Encore faudrait-il qu’elle le fasse avant l’ouverture de la session ordinaire du Parlement fixée au 19 octobre. À compter de cette date, MM. Machnouk, Khalil et Zeaïter pourront de nouveau se servir du parapluie de leur immunité parlementaire, qu’ils ont perdue avec la fin de la session extraordinaire à la suite du vote de confiance accordé au gouvernement Mikati.

Impasse ?

Le plus grave serait que la cour décide de dessaisir définitivement le magistrat, d’autant qu’il serait difficile de le remplacer. « Après les menaces que le Hezbollah a fait parvenir à Tarek Bitar la semaine dernière (le juge d’instruction a reçu un message de la part du parti de Dieu menaçant de le « déboulonner » NDLR), quel autre juge oserait s’aventurer sur ce terrain miné d’intimidations, de pression et de harcèlement ? », s’interroge Nizar Saghieh, directeur de Legal Agenda. « Quoi qu’il en soit, il semble impossible à l’heure actuelle de nommer un successeur à M. Bitar », estime-t-il. Et pour cause : « Selon la procédure de désignation, le ministre de la Justice, Henri Khoury, devra proposer au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) le nom d’un magistrat pour reprendre l’enquête. Mais sur les dix membres que doit comporter le CSM, seuls quatre y siègent actuellement, à savoir son président Souheil Abboud, le procureur près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, le président de l’Inspection judiciaire, Bourkan Saad, ainsi que Afif Hakim, membre fraîchement élu par les présidents et membres des Cours de cassation », note M. Saghieh.

Lire aussi

Après le vote de confiance, une opportunité de poursuivre les députés mis en cause

« Si M. Bitar est dessaisi, nous serions devant une impasse parce qu’en l’absence du quorum, l’organe ne sera pas en mesure d’approuver le nom qu’aura éventuellement proposé le ministre de la Justice, alors que la loi exige cette approbation », poursuit le spécialiste. « Pour la caste au pouvoir, ce serait alors le scénario idéal, puisque l’enquête s’arrêtera, faute de juge d’instruction », ajoute-t-il, évoquant toutefois une jurisprudence ancienne qui, si elle est suivie, éloignerait la possibilité pour la cour d’appel présidée par Nassib Elia d’accepter dans la forme le recours en dessaisissement. « Un arrêt rendu en 2007 par la cour d’appel de Beyrouth avait rejeté une demande de dessaisissement d’un juge d’instruction près la Cour de justice, Élias Eid, qui se penchait alors sur l’affaire de l’assassinat de l’ancien chef de gouvernement Rafic Hariri », indique M. Saghieh, soulignant que l’instance juridictionnelle s’était alors déclarée incompétente. « La cour avait jugé que contrairement aux autres juges d’instruction qui ont des liens territoriaux avec les cours d’appel dans les mohafazats, un juge d’instruction près la Cour de justice ne relève pas de telles cours », explicite l’avocat.

Chez Abboud et Khoury

Du côté des proches des victimes, on espère encore que la cour rendra un jugement en faveur de Tarek Bitar. « Nous avons eu des avis positifs sur la moralité du magistrat Nassib Elia », se rassure l’un d’eux, Ibrahim Hoteit, indiquant par ailleurs à L’OLJ qu’une délégation des familles des victimes s’est rendue hier auprès du président du CSM, Souheil Abboud, et se rendra aujourd'hui chez le ministre de la Justice, pour leur demander de « protéger » leur cause, ainsi que le cours de l’enquête. « J’espère que les recours contre le juge Bitar n’ont été présentés que pour gagner du temps avant l’ouverture de la session parlementaire ordinaire », ajoute M. Hoteit, mettant en garde contre un dessaisissement définitif, qui aboutirait, selon lui, à une mise en accusation des ministres devant l’instance « virtuelle » qu’est la Haute Cour chargée de juger les présidents et les ministres, une juridiction formée de huit magistrats et sept députés, et qui n’a jamais siégé. « Une telle décision provoquerait une révolte populaire d’une grande ampleur », prévient-il, indiquant que sur les réseaux sociaux les proches des victimes ont appelé hier à une mobilisation de la population demain à 13h devant le Palais de justice, pour presser les membres de la cour d’appel chargée de statuer sur la demande en récusation d’agir selon leur conscience.


L’étau se resserre encore autour du juge d’instruction près la Cour de justice Tarek Bitar. Le juge a été dessaisi d’office hier en début d’après-midi du dossier, aussitôt après avoir été notifié de la demande en récusation présentée vendredi devant la cour d’appel de Beyrouth par le député et ancien ministre de l’Intérieur mis en cause, Nouhad Machnouk. Le...

commentaires (14)

Merci à Madame Eliane Pharaon pour l’info, Claude étant un prénom unisexe, j’espère que je n’ai offensé personne. Je vous promets de ne plus recommencer. Cordialement.

Le Point du Jour.

12 h 25, le 29 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Merci à Madame Eliane Pharaon pour l’info, Claude étant un prénom unisexe, j’espère que je n’ai offensé personne. Je vous promets de ne plus recommencer. Cordialement.

    Le Point du Jour.

    12 h 25, le 29 septembre 2021

  • Avec tout ce qui se passe, il vaut mieux faire l'éloge de la justice des pays arabes et de l’Iran. Car là-bas, personne n'ose faire obstruction à leur justice ou rouspéter. Ici, notre justice touche à l'injustice, tellement elle n'est pas indépendante. Combien de juges d'instruction, et combien d'années faut-il pour résoudre le dilemme de ce drame ?

    Esber

    18 h 38, le 28 septembre 2021

  • bizarre d'etre censure pour avoir dit que je trouve etrange qu'aucun dirigeant ni meme le premier ministre ou meme le President de la republique n'ont critique les menaces de Hezbollah contre le juge Bitar LA VERITE: COMMENT EXPLIQUEZ VOUS QUE CE MEMBRE DU HEZBOLLAH N'EST PAS DEJA ETE ARRETTE ET QUE HASSAN NASRALLAH N'EST PAS ETE CONVOQUE POUR REPONDRE DE SES MENACES. ? JE NE PENSE PAS QUE CES DEUX MESSIEURS ONT AUSSI UNE IMUNITE PARLEMENTAIRE POUR UN FLAGRANT DELI D'ASSASSINAT. ALLEZ LA POLICE ET ABBAS IBRAHIM ARRETTER CES DEUX INDIVIDUS ET OLJ PRIERE PUBLIER CAR CELA NE COMPORTE AUCUNE INSULTE ENVERS QUI QUE CE SOIT

    LA VERITE

    17 h 29, le 28 septembre 2021

  • Dommage pour les victimes et leurs proches et dommage pour toute une generation de jeunes qui ne verra helas qu'un Liban meurtri et agonisant.

    Georges Breidy

    14 h 27, le 28 septembre 2021

  • A signaler au commentateur “Point du jour” que Claude Assaf est une dame .

    Pharaon Eliane

    13 h 36, le 28 septembre 2021

  • Cette catastrophe était un signal pour annoncer la moitié du parcours des mafieux dans leur labeur d’achever le pays. C’était un ballon d’essai pour connaître la limite du peuple à supporter. Comme ils n’ont pas, mais absolument pas été inquiétés pour ce qu’ils ont fait subir à ce peuple, ils ont continué leur projet en augmentant à chaque fois la dose puisque le peuple s’est mis aux abonnés absents et ne refuse plus cet état de choses de plus en plus catastrophique à tous les niveaux et qui n’est normal pour personne mais auquel il s’est accommodé avec toutes les souffrances et les humiliations qui vont avec. Si le peuple dans son ensemble reste immobile, alors ça n’est pas au juge Bitar ou un autre qu’il faut dire adieu mais à notre dignité et notre honneur puisque si nous renonçons à ceci nous signons l’arrêt de mort de notre pays, et Que vaut un peuple sans NATION?

    Sissi zayyat

    12 h 28, le 28 septembre 2021

  • La classe politique va-t-elle venir à bout de Tarek Bitar ? En lisant le titre j’ai pensé ça y est, ils l’ont déjà condamné ! mais en parcourant l’article très bien écrit, documenté et expliqué par Mr Claude Assaf j’ai compris, que le fruit de la justice est complètement infecté par les vers qui le rongent. NOUS SOMMES TOUS TAREK BITAR ! Si ce symbole de la vraie résistance du peuple contre l’occupant Irano-Syro-Russe est mis sur la touche ou qu’à Dieu ne plaise il lui arrive malheur, alors le Liban entier toutes confessions confondues est Foutu ! Tous les Tarek Bitar seront éliminés ! au profit des In-dignitaires du Hezbollah-Amal-CPL-PSNS-PSP-et alliés ! tout se joue Aujourd’hui, si le peuple dans son ensemble ne réagit pas très-très vite contre cette vermine qui ronge le pays. Plus personne ne pourra rien faire pour le peuple et le pays. C’est la course contre la montre qui est déclarée, tous ces suspects qui tremblent rien qu’à l’idée de se faire interroger par l’INCORRUPTIBLE Tarek Bitar ; doivent se plier comme tout justiciable Libanais ni plus ni moins. Même si besoin est, Hassan Nasrallah, Nabih Berry, Michel Aoun et le nain de service, devraient se présenter d’eux-mêmes pour témoigner devant le peuple qui désormais se nomme TAREK BITAR ! Vive le Liban Libre.

    Le Point du Jour.

    10 h 58, le 28 septembre 2021

  • La classe politique va-t-elle venir à bout de Tarek Bitar ? LA QUESTION A POSER DEVRAIT ETRE : la classe politique va t elle FINALEMENT venir a bout de ce qui reste de vie au Peuple Libanais ? la reponse est OUI !

    Gaby SIOUFI

    09 h 33, le 28 septembre 2021

  • Toute cette "classe politique", à commencer par le plus haut-placé dans la hiérarchie, ainsi que certains responsables religieux et juridiques, ne méritent qu'un immense mépris pour leur comportement honteux dans cette affaire depuis le début ! - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 49, le 28 septembre 2021

  • Oui elle aura sa peau d'une manière ou une autre... les menaces des barbus ne souffre d'aucune ambiguïté ... il n'y aura jamais de justice qui touchera les hauts responsables quelque soit leur bord politique car ils s'auto protègent tous entre eux, c'est le propre de la mafia... nous sommes dans une période de souffrances pour le Liban et ce n'est pas un gouvernement de sous fifres qui va le sauver, loin de là. N'attendons rien des élections car la même classe politique reviendra et reprendra le pouvoir pourri et gangrené.

    Zeidan

    08 h 43, le 28 septembre 2021

  • Et voila ! Conclusion du crime contre l’humanité qu’a été l’explosion du 4 août. Les parents des victimes, les blessés et ceux qui ont subi des destructions inestimables sont floues par cette classe politique pourrie. Vous comprenez pourquoi on ne voulait pas d’une enquête internationale de crainte que la vérité ne soit diluée, la vérité ne sera jamais connue et les coupables de ce crime abject continueront à mener des jours heureux. On ne peut qu’espérer qu’un jour le sort s’acharne sur eux et les fasse souffrir dans leur chair et dans leur âme

    Censuré par l’OLJ

    08 h 00, le 28 septembre 2021

  • Tout Libanais honnete devrait participer a la mobilisation populaire demain devant le Palais de justice. Il est clair maintenant que tous les acteurs cites par le juge Bitar ont une part de responsabilite dans la terrible explosion du port. Par des menaces publiques, Le hezbollah les couvrent et empeche le juge Bitar de poursuivre sa mission. Pourquoi donc ? Un innocent ne craint pas la justice. Toutes les demandes de levee d’immnunite presentees par le juge Bitar a l’encontre des ‘’responsables’’ ont été rejetees sans vergogne par le chef de l’Etat, le chef du gouvernement , le ministere de l’interieur et jusqu’au Parlement !!! Nous sommes gouvernes par une bande de malfaiteurs solidaires et criminels. La thawra doit prendre le relais et appuyer a fond les parents des malheureuses et innocentes victimes. Si les criminels triomphent notre pays disparaitra.

    Goraieb Nada

    07 h 56, le 28 septembre 2021

  • "La classe politique va-t-elle venir à bout de Tarek Bitar ?". ... et enterrer l'enquête! Qui prétendait qu'une enquête internationale ne ferait que "diluer la vérité"?

    Yves Prevost

    07 h 54, le 28 septembre 2021

  • VOUS CROYEZ QUE NASSIB ELIA N'A PAS REÇU DÉJÀ LA MÊME VISITE DU HEZBOLLAH ? IL FAUT ÊTRE UN CON POUR NE PAS PENSER. ET CELUI QUI CROIT QUE LE HEZBOLLAH VA ACCEPTER D'ÊTRE JUGÉ, N'EST QU'UN SIMPLE CON. LA LOIS DU PLUS FORT. IMAGINONS QUE LE HEZBOLLAH DÉCIDE QUE LA VÉRITÉ SORTE, DANS CE CAS TOUT LE MONSE SE TROUVER EN PRISON. DONC ARRÊTZ DE RÊVER EN COULEURS. SAUVE QUI PEUT.

    Gebran Eid

    04 h 04, le 28 septembre 2021

Retour en haut