Rechercher
Rechercher

Économie - Passation des pouvoirs

Télécoms : Hawat demande à son successeur de « préserver la mine d’or »

Télécoms : Hawat demande à son successeur de « préserver la mine d’or »

Le nouveau ministre des Télécoms, Johnny Corm (à droite), avec son prédécesseur Talal Hawat, hier lors de la cérémonie de passation des pouvoirs. Photo ANI

La valse des passations des pouvoirs a continué hier, notamment au ministère des Télécoms, où l’ancien ministre, Talal Hawat, a appelé son successeur Johnny Corm à « préserver la mine d’or (le réseau des télécommunications, NDLR) afin que ses revenus et ses services soient mis à la disposition du peuple libanais, loin des quotes-parts politiques ».

Ce ministère est en effet considéré comme étant la poule aux œufs d’or générant une grande partie des recettes publiques, alors que les abonnés payent, eux, des tarifs plutôt élevés pour des services et un réseau en partie lacunaires. Talal Hawat a souligné que les revenus des deux sociétés de téléphonie mobile Alpha et Touch ont constitué environ 69 % des revenus de l’État en 2020, une proportion qui est montée à 74,1 % au cours des six premiers mois de cette année, soit « la proportion la plus élevée de l’histoire du ministère des Télécoms ». Idem pour les revenus de la compagnie de gestion du réseau des Télécoms au Liban, Ogero, qui ont constitué 70 % des revenus de l’État en 2020 et 72 % lors du premier semestre 2021.

En marge de la crise économique et financière que traverse le pays depuis deux ans, qui a provoqué un effondrement de la livre de plus de 90 % (elle s’échangeait hier à près de 15 500 livres pour un dollar), il s’est félicité d’avoir payé les frais de l’institution publique en livres et d’avoir également gardé les paiements des factures des citoyens en livres, à un moment où près de 74 % des résidents vivent sous le seuil de pauvreté selon l’Escwa. Il a également insisté sur le fait que la compagnie Ogero n’a pas coupé les lignes téléphoniques des clients qui n’ont pas pu régler leurs factures.

Il a par ailleurs reconnu qu’« un des problèmes urgents dont souffre le secteur des télécoms est les coupures continues de courant, le manque de mazout et les tarifs des pièces de rechange (qui doivent être payés en devises, NDLR) ». Depuis quelques semaines, certaines régions éloignées comme le Barouk ou le Akkar étaient souvent privées d’internet, en raison d’un manque de mazout pour alimenter les générateurs, un problème désormais récurrent depuis plusieurs mois en raison d’un rationnement encore plus strict de la part d’Électricité du Liban.

Talal Hawat a également annoncé avoir posé la première pierre d’une plateforme électronique gouvernementale, « eGov », qui inclura les données de la plateforme conçue pour la carte d’approvisionnement et celles d’autres plateformes utilisées dans la gestion de certains dossiers. Cette carte doit permettre de venir en aide aux familles démunies suite à la levée des subventions par la Banque du Liban (BDL). Sa distribution devrait commencer dans le courant du mois prochain.

Pour sa part, le nouveau ministre a indiqué qu’était venu « le temps de l’action et non des paroles ».


La valse des passations des pouvoirs a continué hier, notamment au ministère des Télécoms, où l’ancien ministre, Talal Hawat, a appelé son successeur Johnny Corm à « préserver la mine d’or (le réseau des télécommunications, NDLR) afin que ses revenus et ses services soient mis à la disposition du peuple libanais, loin des quotes-parts politiques ». Ce ministère est...

commentaires (1)

Y A SUREMENT MALDONNE DANS CET ARTICLE OU ALORS C'EST MOI : s'il faut se fier aux chiffres indiques, les 2 Co de Cel + Ogero auraient fourni quelque chose comme 139% des revenus du tresor Libanais en 2020, et 146,1 % ceux du 1er trimestre 2021.

Gaby SIOUFI

10 h 40, le 16 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Y A SUREMENT MALDONNE DANS CET ARTICLE OU ALORS C'EST MOI : s'il faut se fier aux chiffres indiques, les 2 Co de Cel + Ogero auraient fourni quelque chose comme 139% des revenus du tresor Libanais en 2020, et 146,1 % ceux du 1er trimestre 2021.

    Gaby SIOUFI

    10 h 40, le 16 septembre 2021

Retour en haut