Rechercher
Rechercher

Économie - Le chiffre de la semaine

Les investissements directs étrangers entrants au Liban ont augmenté de 49,2 % en 2020

Les investissements directs étrangers entrants au Liban ont augmenté de 49,2 % en 2020

49,2 % : telle est l’augmentation des investissements directs étrangers (IDE) entrants au Liban en 2020, par rapport à l’année précédente, selon les chiffres publiés par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (UNCTAD). Ces transferts sont ainsi passés de 2,05 milliards de dollars en 2019 à 3,07 milliards en 2020.

Malgré cette forte hausse, le Liban est toujours 5e parmi 17 pays arabes retenus dans le classement de l’agence onusienne, une place qu’il occupait déjà l’année dernière, derrière les Émirats arabes unis (19,88 milliards de dollars), l’Égypte (5,85 milliards), l’Arabie saoudite (5,49 milliards) et Oman (4,09 milliards), qui ont tous gardé leur place respective. Le pays du Cèdre se classe 48e au niveau mondial, parmi les 140 économies retenues dont le PIB nominal est égal ou supérieur à 10 milliards de dollars.

Les IDE entrants au Liban ont représenté 0,31 % du total global (0,13 % en 2019) et 7,7 % des flux vers les pays arabes en 2020 (contre 5,3 % en 2019) ; les IDE entrants vers les pays arabes ont augmenté de 2,5 % sur cette période, passant de 39,01 milliards de dollars en 2019 à 39,99 milliards de dollars en 2020.

En parallèle, les IDE sortants du Liban ont, eux, énormément chuté l’année passée, passant de 303 millions de dollars en 2019 à seulement 28 millions de dollars l’année suivante, soit une baisse de 90,7 %. Un niveau aussi très largement inférieur à la moyenne, équivalente à 958,6 millions de dollars d’IDE sortants et enregistrée sur la période 2010-2019. À ce niveau, le Liban s’est classé en 12e position parmi les 16 pays arabes dont les données sont disponibles pour l’exercice de 2020.

Par conséquent, le flux net d’IDE a atteint 3,04 milliards de dollars en 2020, contre 1,75 milliard de dollars en 2019. Selon les calculs du Lebanon This Week de Byblos Bank, ces montants sont équivalents à 9,1 % du PIB du Liban en 2020, un ratio bien plus élevé que celui de 2019 (3,3 %), conséquence directe de la crise économique libanaise et de la baisse du PIB national et qui place le Liban en deuxième position en termes d’importance des IDE nets par rapport au PIB, seulement derrière la Mauritanie (12 %).

Selon le Lebanon This Week, les chiffres rapportés par l’UNCTAD à propos du Liban se basent sur ceux publiés par la Banque du Liban, eux-mêmes « calculés en se basant sur la méthode de la balance des paiements adoptée par le Fonds monétaire international pour surveiller les flux des dépôts des non-résidents ». Dans ce cas, « les IDE consistent principalement dans les transferts des dépôts des non-résidents dans les banques locales vers le secteur de l’immobilier, plutôt que des flux de capitaux étrangers dans des projets locaux », explique Byblos Bank.


49,2 % : telle est l’augmentation des investissements directs étrangers (IDE) entrants au Liban en 2020, par rapport à l’année précédente, selon les chiffres publiés par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (UNCTAD). Ces transferts sont ainsi passés de 2,05 milliards de dollars en 2019 à 3,07 milliards en 2020. Malgré cette forte hausse, le Liban est...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut