Rechercher
Rechercher

Environnement - Feux de forêt

À Wadi Jhannam, une importante forêt de cèdres menacée

La Défense civile confirme que les autres incendies qui se sont déclarés dans le Akkar ces derniers jours ont tous été éteints.

À Wadi Jhannam, une importante forêt de cèdres menacée

Un hélicoptère de l’armée tente de venir à bout de l’incendie à Wadi Jhannam. Photo Khaled Taleb

La série noire des feux de forêt qui ravagent les espaces verts du Akkar se poursuivait hier à Wadi Jhannam, entre les localités de Mechmech et de Qemmamine, où un énorme incendie perdure depuis le début de la semaine. Le sinistre, qui menace la forêt de cèdres de Kelle, une des plus importantes de la région, s’est déclaré lundi et a déjà ravagé plusieurs hectares de cèdres, de pins et de sapins de Cilicie.Khaled Taleb, membre de l’association environnementale Akkar Trail, qui prend activement part aux opérations d’extinction à Wadi Jhannam, met en garde contre le fait que la forêt entière pourrait être décimée si le feu n’est pas éteint rapidement, ce que la Défense civile, des hélicoptères de l’armée et des volontaires s’efforcent de faire. « L’incendie a commencé à 700 m d’altitude lundi. Il a atteint les 1 700 m d’altitude aujourd’hui (hier). S’il n’est pas rapidement maîtrisé, il pourrait se rapprocher des 1 800 m et s’étendre vers l’autre versant de la forêt, mettant ainsi en danger les cèdres de la forêt de Kelle. Wadi Jhannam abrite une des cédraies les plus importantes du Liban-Nord. Outre les cèdres, cette forêt est réputée pour la richesse de sa biodiversité et compte plus de 300 espèces de plantes », explique ce militant à L’Orient-Le Jour. « Nous avons réussi à isoler l’incendie et à l’empêcher de se propager dans la vallée, mais il s’est étendu en hauteur. Le fait que la région soit rocheuse a certes retardé l’avancée des flammes, mais le danger persiste », souligne M. Taleb.La Défense civile se veut rassurante. Georges Bou Moussa, directeur des opérations au sein de la Défense civile, indique à L’OLJ que « l’incendie de Wadi Jhannam est presque maîtrisé », mais sans donner plus de détails. « Depuis lundi, il y a tous les jours 50 à 60 volontaires de la Défense civile et 5 véhicules sur place pour tenter de l’éteindre. Nous sommes aidés par l’armée et la population locale », explique ce soldat du feu qui souligne par ailleurs que les opérations ont été rendues difficiles par l’absence de routes praticables dans le secteur.Toujours est-il que 1 700 hectares de forêts sont partis en fumée ces derniers jours dans le Akkar, et la région a perdu 2 200 hectares d’espaces verts depuis mai, alors qu’elle perdait 1 000 hectares par an durant les années précédentes, suite aux feux de forêt saisonniers, se désole Khaled Taleb.Face à cette situation alarmante, le militant appelle à la mise en place de plans et de protocoles d’intervention rapide pour lutter contre les feux de forêt dans le pays « et éviter les pertes ». « Les ONG ne devraient pas se précipiter pour planter des arbres dans le but de reboiser les forêts incendiées. Il faut les laisser se régénérer, tout en essayant de préserver celles qui tiennent encore debout », conseille en outre M. Taleb.Toujours dans le Akkar, un nouveau feu a été rapidement maîtrisé hier dans des terrains d’herbes sèches aux abords des régions de Berqayel et Qarqaf. La Défense civile et des volontaires de la municipalité de Qarqaf sont intervenus et sont parvenus à empêcher les flammes de s’étendre. Des opérations de refroidissement sont en cours afin d’éviter que le sinistre ne reprenne, une mesure sur laquelle Khaled Taleb insiste.

L’incendie de Wadi Jhannam persiste depuis lundi. Photo Khaled Taleb

« Il ne suffit pas d’éteindre des flammes pour considérer qu’un incendie est terminé. Il faut une phase de refroidissement et d’observation pendant 14 jours, pour éviter que le feu ne reprenne », explique-t-il. « Les forêts du Akkar sont très denses et leurs sols ne sont jamais nettoyés. Il y a donc des feuilles mortes qui s’y accumulent pendant des années et peuvent s’enflammer à tout instant. À Kobeyate, les feux sont en train de reprendre tous les deux ou trois jours, mais ils sont rapidement éteints par des volontaires qui surveillent la forêt en permanence », indique ce militant.

Lire aussi

Le sinistre du Akkar sous contrôle après avoir décimé de grandes surfaces

Rappelons que les premiers incendies s’étaient déclarés dans les forêts de Kobeyate, ravagées pendant plusieurs jours par les flammes, avant que les pompiers ne parviennent à les maîtriser. Le sinistre s’était étendu à Jabal Akroum et Akkar el-Atika, réduisant en cendres des centaines d’hectares de forêt avant d’atteindre la Syrie. De nombreux habitants ont dû être évacués dans la région, les flammes se rapprochant dangereusement de leurs habitations. Un adolescent volontaire qui participait aux efforts d’extinction des feux à Kobeyate avait perdu la vie et plusieurs personnes avaient été blessées, dont des pompiers. D’autres foyers d’incendie s’étaient également déclarés à travers le pays cette semaine.



La série noire des feux de forêt qui ravagent les espaces verts du Akkar se poursuivait hier à Wadi Jhannam, entre les localités de Mechmech et de Qemmamine, où un énorme incendie perdure depuis le début de la semaine. Le sinistre, qui menace la forêt de cèdres de Kelle, une des plus importantes de la région, s’est déclaré lundi et a déjà ravagé plusieurs hectares de cèdres, de...

commentaires (2)

Les feux de forêt deviennent un fait banal, hélas! Pourquoi les milliardaires et millionnaires de ces pays incendiés ne créent pas une ONG grâce à leurs dons pour acheter des avions et des hélicoptères pour lutter contre ces feux ravageurs? à votre bon coeur mesdames et messieurs les riches! le Bon Dieu vous le rendra au centuple...

Hamed Adel

09 h 59, le 06 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Les feux de forêt deviennent un fait banal, hélas! Pourquoi les milliardaires et millionnaires de ces pays incendiés ne créent pas une ONG grâce à leurs dons pour acheter des avions et des hélicoptères pour lutter contre ces feux ravageurs? à votre bon coeur mesdames et messieurs les riches! le Bon Dieu vous le rendra au centuple...

    Hamed Adel

    09 h 59, le 06 août 2021

  • Les feux de forêt deviennent un fait banal, hélas! Pourquoi les milliardaires et millionnaires de ces pays incendiés ne créent pas une ONG grâce à leurs dons pour acheter des avions et des hélicoptères pour lutter contre ces feux ravageurs? à votre bon coeur mesdames et messieurs les riches! le Bon Dieu vous le rendra au centuple...

    Hamed Adel

    09 h 58, le 06 août 2021

Retour en haut