Rechercher
Rechercher

Politique - Rapport sur la 1701

"La responsabilité du sauvetage est entre les mains des leaders libanais", affirme la coordinatrice de l'ONU

Joanna Wronecka insiste sur la tenue d'élections libres et équitables en 2022.

La coordinatrice spéciale des Nations Unies au Liban, Joanna Wronecka, en compagnie du président libanais Michel Aoun. Photo d'archives Dalati et Nohra

La coordinatrice spéciale des Nations Unies au Liban, Joanna Wronecka, a informé jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU de l'application de la résolution 1701 qui avait permis un arrêt des hostilités entre Israël et le Liban après la guerre de juillet 2006. Elle a profité de cette occasion pour rappeler aux leaders libanais que la responsabilité du sauvetage de pays gravement en crise était "entre leurs mains".

1701

Après la guerre meurtrière de juillet 2006, la résolution 1701 avait rétabli une cessation des hostilités entre Israël et le Liban. Dans son dernier rapport trimestriel sur l’application de la résolution 1701, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, avait appelé les dirigeants libanais à former un gouvernement de réforme au plus tôt, les encourageant au respect du calendrier électoral de 2022, sachant que l'année prochaine, une présidentielle, des législatives et des municipales sont prévues.

Jeudi, Joanna Wronecka a exprimé l'espoir d'un "réel engagement envers l'application de la résolution 1701 dans son intégralité". Elle a "salué le rôle joué par l'armée libanaise dans la protection de la sécurité du pays et sa stabilité", mettant en avant "sa coopération avec la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul)" et appelant à un "soutien continu" à ses contingents. 

Hier également, l'ambassadrice du Liban auprès de l'ONU, Amal Moudallali, a été chargée par les autorités d'informer l'organisation internationale de "violations israéliennes persistantes" de la souveraineté libanaise, après des raids israéliens en Syrie, dans la nuit de mercredi à jeudi, qui ont provoqué la chute de débris dans plusieurs localités du Liban. Les autorités libanaises se prononcent régulièrement pour un renouvellement de la mission annuelle de la Finul, sans modification de son mandat, contrairement aux États-Unis et Israël qui souhaitent réduire les effectifs des Casques bleus et leur accorder de plus larges prérogatives, au grand dam du Hezbollah.

La responsabilité du sauvetage

Dans son rapport, Mme Wronecka a également mis en exergue "les multiples difficultés socio-économiques, financières et politiques qui s'accumulent et leur impact sur la population". Elle a réitéré l'appel de l'ONU à la "formation d'un gouvernement pleinement habilité qui puisse remettre le pays sur le chemin du redressement". "L'ONU fait ce qu'elle peut pour atténuer la situation, mais au final, la responsabilité du sauvetage est entre les mains des leaders libanais", a rappelé la diplomate, quelques jours après la récusation du Premier ministre désigné, Saad Hariri, en raison d'un profond conflit politique avec le chef de l'État Michel Aoun, autour de la formation du gouvernement qui se fait attendre depuis onze mois.

La communauté internationale dénonce la corruption et l'inaction de la classe au pouvoir et l'appelle à former un cabinet de toute urgence, capable de lancer de vraies réformes afin de pouvoir débloquer une aide financière internationale urgente. 

Élections "libres et équitables"

La coordinatrice de l'ONU a aussi souligné dans son rapport que les discussions au sein du Conseil de sécurité jeudi "ont insisté sur l'importance de la tenue d'élections libres et équitables en 2022, dans le respect des délais constitutionnels, dans un signe de reddition de compte démocratique et afin de constituer une opportunité pour la population d'exprimer ses doléances et ses aspirations". Plusieurs observateurs et experts craignent un report des législatives, des municipales et de la présidentielle, alors que le pays se trouve dans une impasse politique.

Lire aussi

Quinze ans après, retour sur une guerre qui a transformé le Hezbollah

Joanna Wronecka a en outre abordé la question de la double explosion meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août 2020, qui avait tué plus de 200 personnes, blessés 6.500 autres, et ravagé de nombreux quartiers de la capitale, suite à une immense déflagration provoquée par un grand stock de nitrate d'ammonium mal stocké depuis des années. Dans son rapport, elle a appelé à une enquête "impartiale, rigoureuse et transparente". Les autorités libanaises ont rejeté toute enquête internationale dans ce drame. Entre-temps, l'enquête locale menée par le juge Tarek Bitar piétine depuis des mois.

Lire aussi

Au Liban-Sud, un projet d’installation de caméras de surveillance affole le Hezbollah


Le magistrat a inculpé plusieurs hauts responsables politiques et sécuritaires, mais il fait désormais face à une levée de bouclier de la part de la classe au pouvoir, tout comme son prédécesseur, le juge Fadi Sawan, qui en avait fait les frais. "Les familles des victimes et des milliers de personnes dont les vies ont été bouleversées à jamais par cette terrible explosion attendent toujours. Elles méritent justice et dignité", a affirmé Mme Wronecka.


La coordinatrice spéciale des Nations Unies au Liban, Joanna Wronecka, a informé jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU de l'application de la résolution 1701 qui avait permis un arrêt des hostilités entre Israël et le Liban après la guerre de juillet 2006. Elle a profité de cette occasion pour rappeler aux leaders libanais que la responsabilité du sauvetage de pays gravement en crise...

commentaires (5)

Le sauvetage commence par écarter en bloc tous les responsables de la situation actuelle à commencer par le chef de l'Etat et du chef de gouvernement démissionnaire, et nombreux autres dirigeants.

Esber

19 h 10, le 23 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le sauvetage commence par écarter en bloc tous les responsables de la situation actuelle à commencer par le chef de l'Etat et du chef de gouvernement démissionnaire, et nombreux autres dirigeants.

    Esber

    19 h 10, le 23 juillet 2021

  • l'OLJ publie tout le temps des photos "d'archive" du prez ... est-il de nouveau en France??!??

    Wlek Sanferlou

    16 h 55, le 23 juillet 2021

  • madame merci pour vos belles paroles en faveur du Liban neanmoins elles ne seront pas entendues par la classe dirigeante qui n'accepte pas non seulement un jugement international sur l'explosion au port mais refusent meme qu'un juge interroge ceux qui semblent etre impliques a des degres divers dans cette explosion. FAITES DONC EN SORTE QUE LE LIBAN SOIT PLACER SOUS TUTELLE DE L'ONU ET VOYEZ QUE CE PAYS SE REDRESSERA EN MOINS DE TEMPS QUE VOUS LE PENSEZ

    LA VERITE

    15 h 10, le 23 juillet 2021

  • Madame wronecka, aucun de ces hommes et femmes en poste ne veut sauver le pays, pour cause, ils sont sous la menace du parti vendu pour chacune de leur prise de position ou initiative sans son aval. Il serait temps que vous sachiez que le pays est pris en otage par une poignée des responsables de la mise à mort de ce pays dans le seul but de trôner et de garder le pouvoir. Des sanctions accompagnées de mise en examen sérieuses de la part du tribunal international seul peut nous sortir de cette impasse. Si vous ne l’avez toujours pas compris c’est que vous faites exprès et que le Liban ne sera plus. Votre message aux soit disant responsables libanais n’aura aucun effet puisqu’ils sont eux même le noeud gordien de ce problème que vous demandez de résoudre, et tant qu’ils ont la légitimité de leurs postes ils continueront à assassiner le pays et son peuple forts de leurs protecteurs armés. Vous savez donc ce qui vous reste à faire sans trembler et avant qu’on atteigne le point de non retour car ces gens ont déjà planifié le blocage des élections prochaines et si on ne les empêche pas de passer à l’acte ils atteindront leur but d’anéantir le pays sans état d’âme.

    Sissi zayyat

    11 h 52, le 23 juillet 2021

  • EXPLIQUEZ-NOUS MADAME COMMENT TENIR DES ELECTIONS -LIBRES- ET -EQUITABLES- AVEC UNE DES COMMUNAUTES HYPER ARMEE ET QUI EXERCE DES INTIMIDATIONS VOIRE DES MENACES DE GUERRE CIVILE SUR LES AUTRES COMMUNAUTES ? LA DEMOCRATIE ET L,EQUITE SONT BAFOUEES ICI, OU NE LE SAVEZ-VOUS PAS ENCORE ?

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 48, le 23 juillet 2021

Retour en haut