Rechercher
Rechercher

Société - Ordre des ingénieurs

Victoire écrasante pour les candidats de l’opposition antisystème

Avec 67 % des voix au second tour, la coalition regroupant une série de partis proches du mouvement de contestation du 17 octobre a concrétisé le raz-de-marée du premier tour des élections syndicales.

Victoire écrasante pour les candidats de l’opposition antisystème

Avec 67 % des voix, Aref Yassine est le nouveau président de l’ordre des ingénieurs et des architectes. Photo S.H.

« Bien sûr que j’ai voté pour la thaoura ! Qui d’autre ? » L’euphorie règne dans le jardin du bâtiment de l’ordre des ingénieurs à Beyrouth, dans le quartier de Jnah, et pour cause, une nouvelle victoire pour la contestation populaire du 17 octobre 2019 a été marquée. En effet, le candidat de cette liste au poste de président de l’ordre, Aref Yassine, a remporté 5 798 voix sur 8615, soit près de 67 % des voix, à la suite d’une journée électorale mouvementée hier dimanche. La coalition baptisée L’Ordre se révolte, regroupant une liste hétérogène de partis politiques, allant du Parti communiste libanais aux Kataëb, en passant par Citoyens et citoyennes dans un État, le Bloc national et Beirut madinati, a réussi à faire élire tous ses 14 candidats lors du second tour des élections de l’ordre des ingénieurs et des architectes. Outre Aref Yassine, six membres de l’assemblée syndicale, un membre pour la présidence de chacun des premier, deuxième et septième départements de l’ordre, un membre du comité de gestion de la caisse des retraites et trois membres du comité supervisant cette caisse ont été élus haut la main. Le taux d’affluence, lui, était très élevé.

Deux autres listes étaient en compétition lors de ce scrutin : la liste de L’Ordre professionnel et national, soutenue ouvertement par le courant du Futur et le mouvement Amal, qui avait choisi pour candidat à la présidence du syndicat Bassem el-Oueini, et la liste L’Ordre, notre maison, officiellement indépendante, mais soutenue par le syndicat des entrepreneurs de travaux publics au Liban et le Parti syrien national social, et dirigée par Abdo Sukkarié. Seuls deux sièges ont été remportés par L’Ordre professionnel et national, ceux du sixième département et le deuxième membre du comité de gestion de la caisse des retraites, sachant que les partis d’opposition n’avaient pas présenté de candidats pour ces sièges-là.

Lire aussi

Élections à l’ordre des ingénieurs : un espoir pour le mouvement de contestation ?

Le Courant patriotique libre et le Hezbollah n’avaient quant à eux pas donné de consignes de vote à leurs adhérents. « Nous n’avons confiance ni en la société civile ni dans les autres partis », a fait savoir l’un de leurs représentants. Enfin, le parti des Forces libanaises s’était contenté de faire une sélection de 7 candidats, qu’il juge « compétents », dont 5 pour l’assemblée syndicale.

La liste « L’Ordre se révolte » a remporté 14 des 16 siège à pourvoir lors des élections. Photo S.H

Diffamation
Ces très bons résultats du candidat de l’opposition sont d’autant plus surprenants que ce dernier affirme avoir été victime d’une campagne de diffamation de la part des partis traditionnels. En effet, certains médias avaient fait circuler des rumeurs affirmant que Aref Yassine était affilié et soutenu par le Hezbollah. « Les partis confessionnels sentaient qu’ils étaient en position de faiblesse et ont eu recours à leurs méthodes habituelles visant à exploiter l’identité confessionnelle et régionale de Aref Yassine contre lui », explique Omar Badr, membre de L’Ordre se révolte. « L’enjeu est d’autant plus grand pour l’establishment confessionnel qu’il existe une convention stipulant que la présidence de l’ordre doit être en rotation entre un chrétien et un musulman. Or, Aref Yassine a retiré son identité confessionnelle de ses papiers d’identité », ajoute-t-il. Même chez les Kataëb, qui tiennent une ligne intransigeante vis-à-vis du Hezbollah et qui soutiennent la coalition de L’Ordre se révolte, on ne croit pas une seconde aux rumeurs. « C’est juste une stratégie malhonnête de la classe politique afin de fragiliser l’alliance. Mais ça n’a pas marché et nous sommes à fond derrière tous les candidats de notre alliance », fait remarquer Serge Dagher, membre du bureau politique du parti.

Pour mémoire

Les formations de l’opposition se préparent pour offrir une alternative solide

Les partis du système reprochent également à la coalition gagnante son dégagisme. « Les candidats de L’Ordre se révolte capitalisent beaucoup sur leur affiliation à la thaoura ! Nous, nous aimons notre syndicat et voulons lui apporter quelque chose avec un programme solide », fait savoir un représentant du mouvement Amal du président de la Chambre Nabih Berry, qui soutient la liste de Bassem el-Oueini. Ce dernier, sous la tente du courant du Futur, jurait ne pas être le candidat de la classe politique. « Les gens votent pour moi parce que j’ai un parcours professionnel et un programme électoral, pas pour des raisons politiques », affirmait-il à L’Orient-Le Jour quelques heures avant les résultats. Et pourtant, malgré les critiques de ses adversaires, la coalition de L’Ordre se révolte a prouvé bel et bien qu’elle avait un programme : une véritable foule de volontaires distribuaient en masse des brochures portant les grandes lignes de ce programme. Au menu, des investissements productifs dans des mutuelles agricoles ou industrielles, la suspension des travaux nuisant à l’environnement et un rôle plus important dans la reconstruction de la capitale après la double explosion du 4 août 2020.

Cette victoire écrasante intervient trois semaines après le premier tour, où la liste de l’opposition proche de la contestation du 17 octobre 2019 avait réalisé un premier raz-de-marée dans le choix des délégués. L’Ordre se révolte avait alors raflé 220 sièges de délégués sur les 283 qui étaient à pourvoir, ainsi que 15 des 20 sièges de représentants des quatre sections d’ingénieurs civils, architectes, ingénieurs agronomes et ingénieurs du secteur public.


« Bien sûr que j’ai voté pour la thaoura ! Qui d’autre ? » L’euphorie règne dans le jardin du bâtiment de l’ordre des ingénieurs à Beyrouth, dans le quartier de Jnah, et pour cause, une nouvelle victoire pour la contestation populaire du 17 octobre 2019 a été marquée. En effet, le candidat de cette liste au poste de président de l’ordre, Aref Yassine, a remporté...

commentaires (7)

contrairement a ce que beaucoup[ de personnes pensent cad que les nouvelles elections rameneront les memes personnes je veux eclaircir un point LORS DES DERNIERES ELECTIONS 48% DES LIBANAIS ONT VOTE. BEAUCOUP DE LIBANAIS QUI EN ONT RAS LE BOL DE CES DIRIGEANTS ET NE DESCENDENT PAS DANS LA RUE AUJOURDH'UI COMME AUX PREMIERS JOURS DE L'INTIFADA IRONT VOTER CETTE FOIS CI ET SUREMENT PAS POUR LES MEMES. SI 65% DES LIBANAIS VOTENT CETTE FOIS CI LA CLASSE DIRIGEANTE SERA BALAYE ET C'EST ELLE QUI GARDERA 20 OU 30% DES SIEGES ET LES ACTUELS REVOLUTIONNAIRES GAGNERONT 80 A 70 % DES VOTES DONC GARDER VOUS BIEN DE TOUJOURS DIR EOU EST LA REVOLUTION, LES GENS NE SONT PAS DANS LA RUE. LA VERITE TOUTE CETTE CLASSE DIRIGEANTE CREVE DE PEUR DE PERDRE LA MAJORITE AUX ELECTIONS PROCHAINES ET VA CHERCHER PAR TOUS LES MOYENS A CE QU'ELLES N'EST PAS LIEU. C'EST LE SEUL DANGER AUQUEL LE PEUPLE DEVRA FAIRE FASSE D'ICI MAI PROCHAIN CAR C'EST LA SEULE FACON DE FAIRE PASSER EN JUSTICE TOUS CES CRIMINELS QUI ONT POUR DES RAISONS PERSONNELLES DIVERS AMENER LE PAYER A LA SITUATION OU IL EST AUJOURDH'UI OU SERA PIRE ENCORE DEMAIN

LA VERITE

17 h 06, le 19 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • contrairement a ce que beaucoup[ de personnes pensent cad que les nouvelles elections rameneront les memes personnes je veux eclaircir un point LORS DES DERNIERES ELECTIONS 48% DES LIBANAIS ONT VOTE. BEAUCOUP DE LIBANAIS QUI EN ONT RAS LE BOL DE CES DIRIGEANTS ET NE DESCENDENT PAS DANS LA RUE AUJOURDH'UI COMME AUX PREMIERS JOURS DE L'INTIFADA IRONT VOTER CETTE FOIS CI ET SUREMENT PAS POUR LES MEMES. SI 65% DES LIBANAIS VOTENT CETTE FOIS CI LA CLASSE DIRIGEANTE SERA BALAYE ET C'EST ELLE QUI GARDERA 20 OU 30% DES SIEGES ET LES ACTUELS REVOLUTIONNAIRES GAGNERONT 80 A 70 % DES VOTES DONC GARDER VOUS BIEN DE TOUJOURS DIR EOU EST LA REVOLUTION, LES GENS NE SONT PAS DANS LA RUE. LA VERITE TOUTE CETTE CLASSE DIRIGEANTE CREVE DE PEUR DE PERDRE LA MAJORITE AUX ELECTIONS PROCHAINES ET VA CHERCHER PAR TOUS LES MOYENS A CE QU'ELLES N'EST PAS LIEU. C'EST LE SEUL DANGER AUQUEL LE PEUPLE DEVRA FAIRE FASSE D'ICI MAI PROCHAIN CAR C'EST LA SEULE FACON DE FAIRE PASSER EN JUSTICE TOUS CES CRIMINELS QUI ONT POUR DES RAISONS PERSONNELLES DIVERS AMENER LE PAYER A LA SITUATION OU IL EST AUJOURDH'UI OU SERA PIRE ENCORE DEMAIN

    LA VERITE

    17 h 06, le 19 juillet 2021

  • Malheureusement quand viendra le jour du scrutin législatif tous les MAFIEUX reviendront a 10% près et encore HONTEUX

    Derwiche Ghaleb

    14 h 17, le 19 juillet 2021

  • Tout cela est beau mais pour l’instant inutile tant que les armes du Hezbollah reste en état de nuire. Seul son désarmement total, et sans conditions aucunes, permettra d’espérer de reconstruire le pays. Les soit disant révolutionnaires du dimanche ne pourront rien faire avancer sans avoir d'abord neutralisé le Hezbollah et les partis / tribus / gangs armés qui lui sont affiliés. Je leur souhaite quand même bonne chance et succès.

    Pierre Hadjigeorgiou

    12 h 40, le 19 juillet 2021

  • On devrait se satisfaire de ce pourcentage alors qu’on espérait un score beaucoup plus significatif. Les moutons de la bergerie qui se font conduire jusqu’à l’abattoir continuent à croire dans leurs bouchers sans âme et nous voilà à nous féliciter du score. Une claque retentissante devrait se faire entendre dans le monde dans les prochaines votations quelqu’en soit le sujet. Cela ne suffit pas pour crier victoire. Ils sont toujours au pouvoir et continuent leur massacre. Une action patriotique devrait avoir lieu sans tarder pour les déloger. Après on pourrait alors nous féliciter du travail accompli.

    Sissi zayyat

    11 h 50, le 19 juillet 2021

  • Forts de cette victoire, les « groupes et partis d’opposition » devraient demander sans plus tarder des législatives anticipées. Le simple fait qu’ils esquivent le sujet est suspect. Le pouvoir — de façade même s’il n’en reste plus grand chose à part la momie orange de la Ripoublique et surtout le pouvoir profond en nuance de jaunes safavido-hezbollesques — oui le « Pouvoir » que ces groupes d’opposition n’ont jamais voulu identifier précisément en se contentant d’un « kellon » (tous mais pas nous), ce « Pouvoir » ne demande ni plus ni moins que cela à cette « opposition ». Faites ce que vous voulez du moment que vous nous laissez encore 10 mois pour pourrir le Liban et la vie de ses citoyens, et après on verra. De là à ce que « l’opposition » une fois au pouvoir reprenne exactement les mêmes pratiques que le « pouvoir », le pas est vite franchi.

    Citoyen libanais

    07 h 10, le 19 juillet 2021

  • En on peut donc parier sur le fait qu'il n'y aura pas d'élections législatives en 2022...

    Gros Gnon

    00 h 28, le 19 juillet 2021

  • Ça commence par “l’ordre des ingénieurs” et ça finira par le parlement…mais j’ose espérer que le peuple sera aussi intelligent pour dégager tous les représentants mafieux du système

    mokpo

    23 h 23, le 18 juillet 2021

Retour en haut