Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Les forces de sécurité et l'armée appelées à "se tenir prêtes" pour éviter tout débordement

Aoun enjoint aux Libanais de s'exprimer "sans avoir recours aux émeutes".
Les forces de sécurité et l'armée appelées à

Le chef de l’État présidant la réunion du Conseil supérieur de défense le 26 mai 2021. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le Conseil supérieur de défense, réuni mardi au palais de Baabda, a appelé les forces de sécurité et l'armée à "se tenir prêtes" pour éviter tout débordement sécuritaire sur le territoire libanais, alors que le pays est secoué depuis plusieurs jours par des manifestations contre l'effondrement général et ses répercussions sur tous les secteurs.

La crise est marquée par la chute de la livre libanaise, qui s'échangeait ce matin aux alentours de 17.000 LL pour un dollar, et par des pénuries d'essence, de médicaments et de matériel médical, ainsi que par des coupures d'électricité n'épargnant ni les hôpitaux, ni les administrations... Sur le terrain, la grogne des citoyens monte et s'exprime dans la rue. Ces derniers jours, les artères du pays ont été coupées par des protestataires et plusieurs manifestations ont été émaillées d'incidents, notamment à Beyrouth, Saïda et Tripoli.

Dans cette perspective, les forces de sécurité et l'armée ont été appelées lors du Conseil de défense à "se tenir prêtes pour empêcher les fauteurs de troubles de déstabiliser la situation sécuritaire", selon un communiqué. Cet appel concerne surtout "les fermetures de routes et les attaques contre les propriétés publiques et privées".
Les ministres sortants de la Défense, Zeina Acar, de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, et des Finances, Ghazi Wazni, ont par ailleurs été chargés de "coopérer" pour "trouver des mécanismes de soutien" aux forces armées du pays. Ces institutions sont frappées de plein fouet par la crise et le pouvoir d'achat de leurs agents et militaires a chuté. Ces derniers mois, l'armée était dans ce cadre nourrie grâce à des dons de colis alimentaires envoyés par différents pays.

Affluence à l'AIB
Concernant par ailleurs l'affluence de voyageurs à l'aéroport de Beyrouth en cette période estivale, le Conseil de défense a demandé aux ministres des Transports, Michel Najjar, et de la Santé, Hamad Hassan, de prendre des dispositions pour "accélérer et faciliter" la procédure de tests de dépistage. Tous les passagers atterrissant à l'AIB doivent en effet passer un test PCR, ce qui occasionne, dans le cas d'arrivées simultanées de plusieurs avions, de longues files d'attente dans lesquelles la distanciation sociale de rigueur pour lutter contre le coronavirus n'est pas respectée. Le ministère des Transports et la direction générale de l'Aviation civile ont en outre été chargés de "prendre des mesures pour faciliter le plus rapidement possible" le flux des voyageurs à l'AIB. Lundi, l'Aviation civile avait annoncé des mesures notamment au niveau du contrôle des valises à l'arrivée, afin d'éviter de trop longues attentes. Cette administration a encore été appelée par le Conseil à prendre des mesures pour couper court aux "incidents" survenant entre des passagers et des employés de l'aéroport.

Le Conseil supérieur de défense a par ailleurs évoqué la question de la sécurité des réservoirs de pétrole situés le long de la côte libanaise. Un délai d'un mois a été accordé au ministre sortant de l'Energie, Raymond Ghajar, pour évaluer si ces infrastructures respectent les normes et conditions internationales de sécurité et demander aux entreprises les exploitant de résoudre tout problème éventuel qui serait repéré.

Eviter "le chaos et les émeutes"
Au début de la réunion, le président Michel Aoun a exhorté les Libanais à exprimer leur ras-le-bol face aux pénuries et à la chute de leur pouvoir d'achat, sans toutefois avoir recours "au chaos ou aux émeutes", appelant encore les forces de sécurité à ne pas faire preuve d'"indulgence" face aux débordements des manifestations et sit-in organisés sur l'ensemble du territoire. "Ce qui s'est passé ces derniers jours devant les stations-service est inacceptable. Nous refusons coûte que coûte l'humiliation des citoyens. Tous les responsables concernés doivent œuvrer pour empêcher la récurrence de ces pratiques", a demandé le chef de l'Etat, indiquant que la nouvelle tarification des carburants actée ce matin, en hausse de 30%, devrait "atténuer la crise". "Les blocages de routes affectent douloureusement les citoyens, qui souffrent déjà des conditions financières et économiques difficiles", a-t-il affirmé.

Lire aussi

Pénuries, coupures d’électricité... l’effondrement se poursuit, la colère continue de gronder

Le Premier ministre sortant, Hassane Diab, a renchéri dans le même sens. "Il y a une différence entre manifester son opposition et s'attaquer aux gens, à leurs biens et à leurs moyens de subsistance. Bloquer les routes ne permet pas aux gens d'exprimer leur avis. Le chaos, les accidents de voiture et les agressions contre l'armée ne permettent pas non plus d'exprimer une opinion", a-t-il souligné. "Je comprends les pressions auxquelles vous faites face en cette période difficile. Je comprends la situation des militaires, à qui l'on demande d'affronter ceux qui s'opposent à (la détérioration des) conditions économiques et sociales", a-t-il toutefois concédé, en s'adressant aux Libanais.

Hassane Diab et la majorité des ministres de son cabinet sortant étaient présents à ce Conseil de défense, aux côtés des responsables sécuritaires. Les détracteurs du chef de l'Etat l'accusent de convoquer ces réunions en lieu et place d'un Conseil des ministres en l'absence d'un gouvernement effectif.
Le Liban est en effet sans cabinet depuis plus de dix mois après la démission de celui de Hassane Diab dans la foulée des explosions meurtrières au port de Beyrouth, en août 2020. Aucun gouvernement de sauvetage du pays en crise n'a jusqu'à présent pu émerger à cause de querelles politiciennes incessantes, opposant notamment le camp du chef de l'Etat, et celui du Premier ministre désigné, Saad Hariri, sur la forme du cabinet et la nomination des ministres chrétiens.

Le Conseil supérieur de défense, réuni mardi au palais de Baabda, a appelé les forces de sécurité et l'armée à "se tenir prêtes" pour éviter tout débordement sécuritaire sur le territoire libanais, alors que le pays est secoué depuis plusieurs jours par des manifestations contre l'effondrement général et ses répercussions sur tous les secteurs. La crise est marquée par la chute...
commentaires (16)

Si débordement il y aura ce sera à cause des infiltrés dépêchés par le HB et Amal pour en découdre et ceux là personne ne les arrêterait ni ne les traduirait devant un tribunal car il y a eu de précédents et on a vu les FSI et l’armée faire. On arrête les vrais rebelles pacifiques et non armés assis par terre pour protester, tirés par les cheveux et traîner comme des criminels devant le tribunal militaire et on laisse les voyous armés de bâtons de pierre et de fusils agir en tabassant femmes et personnes âgées en prétextant ne pas les voir ou pire en déclarant qu’ils sont là pour les protéger. Si un débordement aura lieu aujourd’hui personne ne pourra le circonscrire, les gens sont humiliés, ont faim et sont pris en otages alors aucune force ne pourra les arrêter pas même les armes de HB. Il n’y aura qu’un gagnant, LE PEUPLE. Si l’armée veut récupérer la confiance des citoyens il va falloir le montrer lors des prochaines mobilisations du peuple en assurant en premier lieu leur sécurité et en les laissant s’exprimer sans que des voyous puissent les atteindre pour les en empêcher.

Sissi zayyat

11 h 28, le 30 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Si débordement il y aura ce sera à cause des infiltrés dépêchés par le HB et Amal pour en découdre et ceux là personne ne les arrêterait ni ne les traduirait devant un tribunal car il y a eu de précédents et on a vu les FSI et l’armée faire. On arrête les vrais rebelles pacifiques et non armés assis par terre pour protester, tirés par les cheveux et traîner comme des criminels devant le tribunal militaire et on laisse les voyous armés de bâtons de pierre et de fusils agir en tabassant femmes et personnes âgées en prétextant ne pas les voir ou pire en déclarant qu’ils sont là pour les protéger. Si un débordement aura lieu aujourd’hui personne ne pourra le circonscrire, les gens sont humiliés, ont faim et sont pris en otages alors aucune force ne pourra les arrêter pas même les armes de HB. Il n’y aura qu’un gagnant, LE PEUPLE. Si l’armée veut récupérer la confiance des citoyens il va falloir le montrer lors des prochaines mobilisations du peuple en assurant en premier lieu leur sécurité et en les laissant s’exprimer sans que des voyous puissent les atteindre pour les en empêcher.

    Sissi zayyat

    11 h 28, le 30 juin 2021

  • Ainsi, la priorité est de réprimer l'expression de la colère populaire, alors que depuis plus d'un an et demi, on ne fait rien pour s'attaquer aux causes de cette colère.

    Yves Prevost

    07 h 13, le 30 juin 2021

  • Le blocage gouvernemental est le débordement inimaginable qui surpasse tous les petits débordements légitimes.

    Esber

    21 h 28, le 29 juin 2021

  • Les éminentes personnalités présentes à ces réunion à haut niveau intellectuel ont elles enduré une seule seconde ce que endurent les libanais. Mais bien sûr que non, leur argent épargné grâce à leur salaire … dort tranquillement dans les paradis fiscaux et ils vivent aux frais de la république bananière qui leur assure tous ce dont ils ont besoin. Cependant ils faudraient qu’ils sachent qu’un soldat qui encaisse mensuellement 60$ et un officier 200$ risquent fort de se ranger du côté des contestataires contre la tyrannie des dirigeants. Je leur suggère de consulter les différentes révolutions de l’Histoire et la façon dont ont fini ces dirigeants

    Lecteur excédé par la censure

    20 h 16, le 29 juin 2021

  • La transition concertee vers un regime de plus en plus fascisant : - En l'absence du parlement, la BDL promulge des "circulaires" qui font office de loi (alors qu'elles sont illegales et anticonstitutionnelles) - Le president remplace le conseil des ministres (demissionnaire) par un "conseil de defense" compose de militaires de diverses armes.

    Michel Trad

    20 h 05, le 29 juin 2021

  • Ou etaient les responsables quand la milice Hezbollah a occupe le centre-ville pendant deux ans, pendu ses haillons sur des cordes à linge en plein Solidere, et oblige les commerces a mettre la cle sous la porte ??

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 14, le 29 juin 2021

  • Les forces de sécurité devraient prendre le pouvoir , pendre les politiciens par les pieds pendant une semaine dans un grand hôtel, leur faire avouer leurs crimes, leur faire dégorger les sous qu’ils ont volé..! La tête en premier. L’armée est la pour préserver le droit, le peuple , les justes revendications, et non pour protéger les tueurs à gage, les pyromanes, et les assassins, et attaquer de pacifiques citoyens qui n’ont même plus la force du désespoir…. Tout ce cinéma, va finir dans une sauce ketchup , digne du livre Guinness des records !

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 58, le 29 juin 2021

  • Tu as envie de finir ta carrière d’une façon honorable et que l’histoire soit un tant soit peu clémente avec toi? Soit démissionne soit change le chef de ton parti et rompt ton alliance avec l’axe de la faillite.

    Liban Libre

    16 h 47, le 29 juin 2021

  • fuite en avant ou fuite à Varennes ? tous les chemins devraient l'amener à la guillotine...

    Carlos El KHOURY

    16 h 27, le 29 juin 2021

  • Mais, Excellence, le chaos, il est déjà là.! Et il relève de votre responsabilité, puisque vous refuser de former un gouvernement capable de sauver le pays. Par ailleurs si vous connaissez un moyen d'expression qui permette à vos administrés de se faire entendre de leurs gouvernants - et de vous-même en premier lieu - nous vous serions tous extrêmement reconnaissants de bien vouloir nous l'indiquer. Écraser les gens, et leur interdire de crier, je ne pense pas que cela puisse être qualifié de bonne gouvernance.

    Yves Prevost

    16 h 26, le 29 juin 2021

  • Et là, nous nous plaignons du ministère de l’Intérieur et du gouvernement dans son entièreté. J’appelle le gouvernement à démissionner. Mais avant de démissionner, qu’elle veuille bien indemniser directement les citoyens de tous les dégâts qu’ils ont subi, dixit le généralissime lors d'une entrevue avec son organe de presse mpl belgique, qu'il s'applique ces déclarations et l'on est certains que les Libanais se " tiendront convenablement " ,les Libanais de la diaspora aussi..

    C…

    16 h 18, le 29 juin 2021

  • Trêve de déclarations inutiles! toit-en-acier et tout ses accessoires, tout politicien, chef de parti, et membres du parlement etc... Devraient tous en premier temps se taire, en deuxième temps disparaître et en troisième temps quitter Illico presto la planète Terre vers le soleil pour ne laisser aucune trace. Ils demandent aux forces de l'ordre de sévir contre ceux-là même qu'on prétend aider!! WOW! Très subtile entourloupette! .

    Wlek Sanferlou

    16 h 09, le 29 juin 2021

  • Il semble que Notre Vénérable Président et son génial gendre ne savent pas ce qui s’est passé à Louis XVI et sa femme durant la révolution française. Et, comme le peuple français, le peuple libanais veut manger du pain, non des biscuits.

    Georges Bitar

    15 h 38, le 29 juin 2021

  • Tout nos politiciens devraient avoir honte de faire de tels declarations et se taire rapidement car c'est a cause d'eux, de leurs vols et leur incompetence qu'on en ai arrive la !!!

    Hanna Philipe

    15 h 36, le 29 juin 2021

  • Les libanais de la diaspora ne viennent pas faire du tourisme, mais panser les blessures de ceux qui souffrent ce ce mandat pourri , et de ces alliances miliciennes.. Le chaos existe et n' a pas besoin d' etre cree..Le Liban est en mort clinique.

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 36, le 29 juin 2021

  • Les libanais aimeraient lui faire comprendre qu'il est le plus grand émeutier de cette république, et que lui-même est maître du chaos depuis une trentaine d'années.

    Esber

    15 h 29, le 29 juin 2021

Retour en haut