Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Raï appelle les Libanais à un "éveil national" avant les élections de 2022

"L'Etat doit désormais prendre une position claire et reconnaitre que l'armée est la seule responsable légitime de la souveraineté du Liban", appelle le patriarche maronite. 

Raï appelle les Libanais à un

Photo ANI

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a une fois de plus fustigé dimanche les responsables politiques libanais qui ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la formation du futur cabinet, appelant les Libanais à un "éveil national" afin d'assurer que les élections de mai 2022 permettront l'arrivée au pouvoir d'une "nouvelle élite" politique. 

Dans son homélie, le patriarche a appelé les Libanais à "un éveil national" et à assurer que les élections législatives et municipales de mai prochain seront une "opportunité unique" d'élire une "nouvelle élite qui pourra mener la renaissance du Liban". "C'est comme cela qu'aura lieu la vraie révolution, que nous soutenons, que nous œuvrons à unifier et dans laquelle nous pouvons voir le futur" du pays, a-t-il déclaré. Il a souligné que sa "volonté de soutenir ces forces vives prometteuses" était renforcée par le fait que les "formations politiques" actuellement au pouvoir "donnent à voir l'image la plus laide du Liban et prouvent de manière clair leur faillite et leur incapacité à gouverner". Il a d'ailleurs déploré les échanges "médiatisés" d'accusations de la part des différents responsables de la formation du gouvernement. "Le peuple cherche des moyens de subsister tandis que les formations politiques cherchent, elles, leurs intérêts. Le peuple réclame du pain et des médicaments tandis que les différentes parties s'inventent des prérogatives (...) et cherchent à conserver leur butin et leur avenir au pouvoir" , a-t-il fustigé. "Les responsables bloquent la formation du cabinet à cause de prérogatives. Mais de quoi parlent-ils ? Peuvent-ils nourrir le peuple, lui fournir des médicaments, leur rendre leurs dépôts, mettre un terme à l'émigration ou créer des emplois avec ces prérogatives", a encore souligné le dignitaire maronite. "Vous vous comportez comme si vous participiez à une cérémonie de passation du pays vers le chaos", a-t-il lancé à l'adresse des dirigeants. 

Lire aussi

Les formations de l’opposition se préparent pour offrir une alternative solide

Le Liban est sans cabinet en exercice depuis août dernier. Pour tenter de mettre sur pied le nouveau gouvernement, chargé de mettre en œuvre des réformes, condition sine qua non à des aides internationales pour sortir le pays de la grave crise financière actuelle, Saad Hariri avait été désigné en octobre pour former le nouveau cabinet. Mais il est depuis prisonnier d'un imbroglio politico-personnel avec le chef de l'État Michel Aoun et son camp politique, dirigé par son gendre Gebran Bassil. Le conflit porte sur leurs prérogatives constitutionnelles respectives et la répartition des portefeuilles. Le patriarche fustige quasiment tous les dimanches le blocage gouvernemental et l'incapacité des dirigeants à faire passer l'intérêt du peuple avant les intérêts personnels et politiques des responsables. 

Soutien à l'armée
Le patriarche a par ailleurs remercié la France d'avoir organisé, cette semaine, une conférence virtuelle de donateurs en soutien à l'armée libanaise, appelant "tous ceux qui se préoccupent de la troupe, garante de l'unité nationale et de la paix civile" à "mobiliser toute leur énergie pour soutenir cette institution afin qu'elle puisse continuer à mener sa mission face aux défis inédits auxquels doivent faire face nos soldats". "L'Etat doit désormais prendre une position claire et reconnaitre que l'armée est la seule responsable légitime de la souveraineté du Liban, de son indépendance et de la sécurité sur son territoire", a-t-il martelé. "Une institution militaire forte qui impose la souveraineté de l'Etat en interne et nous protège face aux menaces extérieures est un élément essentiel de la neutralité positive active du pays", a-t-il ajouté. 

Lire aussi

L'aide exceptionnelle à l'armée, "une réponse d’urgence qui ne peut se substituer aux réformes", prévient Paris

Le président Aoun s'était engagé au début de son mandat à régler la question de la stratégie de défense et des armes du Hezbollah, sans que ce sujet n'ait toutefois jamais été ouvertement abordé par les autorités au cours des cinq dernières années. 

La conférence de soutien à l'armée de jeudi dernier a permis de mobiliser une aide humanitaire pour la troupe, qui subit de plein fouet les conséquences de la crise socioéconomique. Mais Paris avait précisé que ce soutien ne peut se substituer aux "réformes indispensables" que doivent lancer les dirigeants libanais. 


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a une fois de plus fustigé dimanche les responsables politiques libanais qui ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la formation du futur cabinet, appelant les Libanais à un "éveil national" afin d'assurer que les élections de mai 2022 permettront l'arrivée au pouvoir d'une "nouvelle élite" politique. Dans son homélie, le patriarche a...

commentaires (9)

Discours creux comme sa mitre.

Je partage mon avis

23 h 14, le 21 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Discours creux comme sa mitre.

    Je partage mon avis

    23 h 14, le 21 juin 2021

  • Éminence, avez vous entendu le discours de Gebran Bassil. Il veut confier le sort des chrétiens au Hezbollah. Si ce n’est pas un cas d’excommunication immédiate, je renonce à mon allégeance à l’Eglise Maronite dès demain matin.

    Liberté de Penser

    20 h 21, le 20 juin 2021

  • TREVE DE TERGIVERSATION ET DE FLOU. LE PROBLEME DU PAYS EST CREE AUJOURD,HUI PAR LES DEUX BELIERS BISCORNUS DE VOTRE BERGERIE. AU LIEU DE PAROLES A DEUX SENS AYEZ LE COURAGE DE NOMMER CES DEUX-LA QUI BLOQUENT TOUT PRETENDANT LE FAIRE POUR LES DROITS DES CHRETIENS QUAND LES CHRETIENS JOUISSENT DE LA PARITE DE 50/50 DANS LA CONSTITUTION QUE SUNNITES, DRUZES ET MEME BERRY APPROUVENT ET LE HEZBOLLAH POUR QUI VOS DEUX BELIERS ONT DETRUIT LE PAYS APPELLE AU 30/30/30/10. CES DEUX PRETENDUS CHRETIENS DE VOTRE BERGERIE ONT FAIT ASSEZ DE TORT AUX CHRETIENS. LEUR SEUL SOUCIS SONT LEURS INTERETS ET PROFITS PERSONNELS QUI LEUR VIENNENT DES MERCENAIRES IRANIENS ET LEUR SEIDE. PATRIARCHE EN LES SOUTENANT VOUS DEVENEZ CO0MPLICE DE LEURS ACTES SANS LE VOULOIR. NOMMEZ-LES ET FAITES TOUT POUR LES DEGAGER PAR LA RUE S,IL LE FAUT PUISQU,ILS N,ONT PAS LA SUSCEPTIBILITE DE LE FAIRE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 14, le 20 juin 2021

  • LE CARDINAL RAÏ RALE ET PARLE D'UNE RÉVOLUTION ! MAIS IL EST ASSI TRANQUILLE SUR SA CHAISE HABILLÉ PAR SES COSTUMES DE CARNAVAL ENTOURÉ PAR SES SERVITEURS, LES FUTURES CARDINAUX. IL A PEUR DE PERDRE LE PRIVILÈGE DE CE CONFORT. IL RALE. À SA PLACE, JE JETTE CES VÊTEMENTS RIDICULE ET JE DESCEND LE PREMIER DANS LA RUE ET J'INVITE CES MALHEUREUX CROYANTS EN JESUS DE ME REJOINDRE DANS LA RUE...ET QUE LA RÉVOLUTION COMMENCE. SI NON, SVP ARRÊTEZ VOTRE CINÉMA ET CE JEUX ARTIFICIEL. ON EN A ASSEZ ENTENDU DE VOS FAUX DISCOURS.

    Gebran Eid

    15 h 46, le 20 juin 2021

  • Dans les propos du patriarche j'entend comme un (leger) bruit de bottes. Le sabre et le goupillon ? En place des mafias criminelles ?

    Michel Trad

    15 h 25, le 20 juin 2021

  • L'une des rares voix de la raison dans ce pays... Malheureusement, peu écouté.

    Mago1

    15 h 12, le 20 juin 2021

  • Trop tôt pour parler d'élections. D'ici là, nul ne saurait ce qu'il advienne, vu le nombre de crises insolubles et d'inconnus , la paupérisation de la population, la famine éventuelle, une guerre régionale, une intervention militaire étrangère avec ou sans L'ONU, et aussi si le Bon Dieu nous aide pour un miracle.

    Esber

    14 h 31, le 20 juin 2021

  • Populaire, digne, compétent et fiable pour servir le pays en tant que président de la république qu’on aurait récupéré.

    Sissi zayyat

    14 h 27, le 20 juin 2021

  • Oui les libanais veulent une solution pacifique mais pas à n’importe quel prix. Nous avons donné en matière de militaires qui se sont succédés et ruiné le pays. Si l’armée devrait prendre le pouvoir pour permettre la formation d’un gouvernement et assurer les prochaines élections, son pouvoir devrait se limiter à ça en attendant l’élection d’un libanais de la classe pup

    Sissi zayyat

    14 h 26, le 20 juin 2021

Retour en haut