Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Les dignitaires catholiques appellent à la formation d'un cabinet "libre de toute ingérence partisane"

Le Conseil des patriarches et évêques catholiques soutient l'appel de Raï à une conférence internationale. 

Les dignitaires catholiques appellent à la formation d'un cabinet

Les dignitaires catholiques du Liban réunis le 21 avril 2021. Photo ANI

Le Conseil des patriarches et évêques catholiques s'est fait écho mercredi de l'appel du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à l'organisation d'une conférence internationale consacrée à la résolution de la crise libanaise, appelant de ses vœux la formation d'un gouvernement "de sauvetage et libre de toute ingérence partisane et politique".

Cette réunion extraordinaire organisée à Bkerké et présidée par Mgr Raï a rassemblé le patriarche grec-catholique Youssef Absi, le patriarche syriaque catholique Ignace Younan ainsi que plusieurs évêques et dignitaires catholiques. Elle a eu lieu alors que le Liban est toujours sans gouvernement effectif depuis le 10 août 2020 et que la formation du nouveau cabinet a provoqué une guerre de prérogatives entre le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné Saad Hariri. Le patriarche Raï exhorte régulièrement les protagonistes à mettre sur pied la nouvelle équipe, le pays devant lancer des réformes pour débloquer des aides internationales, cruciales pour tenter de venir à bout de la crise.

Lire aussi

En attendant d’éventuelles sanctions européennes, le blocage demeure total

"Le Liban ayant perdu sa souveraineté et les forces politiques étant incapables de s'asseoir à une même table, nous avons réclamé l'organisation d'une conférence internationale consacrée" à la situation dans le pays, sous l'égide des Nations unies, a déclaré, au nom du Conseil, le père Claude Nadra, à l'issue de la réunion exceptionnelle. Il a ajouté que cette initiative est "obligatoire pour défendre" le peuple libanais et pour faire appliquer "les résolutions internationales" qui ne sont jamais entrées en vigueur. Cette phrase du communiqué fait notamment référence à la résolution 1559 de l'ONU qui appelait au désarmement de toutes les milices libanaises, une injonction que n'a jamais respectée le Hezbollah. Les dignitaires ont également appelé à la mise sur pied d'un nouveau gouvernement "capable de prendre des décisions et de se mettre au travail", alors que la crise gouvernementale dure depuis plus de huit mois. Et d'insister sur le fait que "la neutralité" doit rester "l'identité du Liban". "Les responsables libanais doivent faire primer le bien commun et leur amour pour le pays sur leurs intérêts personnels", ont encore exhorté les dignitaires catholiques.

Faim, privation, pauvreté et chômage
Lors de leur réunion, les patriarches et évêques ont encore évoqué la crise socioéconomique, déplorant "la faim, les privations, la pauvreté et le chômage" rampants. Cette situation n'est pas due "uniquement à la pandémie de coronavirus, mais plutôt à l'absence d'un gouvernement de sauvetage efficace et libre de toute ingérence partisane et politique", ont-ils estimé, appelant à ce qu'un tel cabinet soit formé "afin de mener des réformes, de lutter contre la corruption, de lancer l'audit juricomptable, de relancer tous les secteurs de l'économie, de ranimer le secteur bancaire et de rendre leurs fonds aux déposants". Les dignitaires ont par ailleurs dénoncé la lenteur de l'enquête sur la double explosion du 4 août 2020 et du versement des compensations aux familles des plus de 200 victimes, milliers de blessés et sinistrés.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Et si au fond personne ne voulait d’un nouveau gouvernement ?

En ouverture de ce Conseil extraordinaire, Mgr Raï a appelé à la formation d'un "gouvernement qui rétablit le prestige de l'Etat et mène des réformes" et à ce que la justice soit "libérée" des ingérences politiques "afin de pouvoir juger de manière juste". 

En outre, les dignitaires ont procédé à plusieurs élections internes au Conseil, notamment au sein des commissions épiscopales, et ont élu le père Jean Younès secrétaire général des écoles catholiques, en remplacement du père Boutros Azar, dont le mandat était arrivé à son terme.


Le Conseil des patriarches et évêques catholiques s'est fait écho mercredi de l'appel du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à l'organisation d'une conférence internationale consacrée à la résolution de la crise libanaise, appelant de ses vœux la formation d'un gouvernement "de sauvetage et libre de toute ingérence partisane et politique".Cette réunion extraordinaire...

commentaires (2)

COMBIEN CA AURAIT ETE PLUS DIGNE ET PLUS FORT SI TOUS LES DIGNITAIRES DE TOUTES LES COMMUNAUTES CHRETIENNES AURAIENT ETE CONVOQUEES A Y PARTICIPER ET UNE SEULE VOIX CHRETIENNE AURAIT ETE ENTENDUE ?

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

22 h 48, le 21 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • COMBIEN CA AURAIT ETE PLUS DIGNE ET PLUS FORT SI TOUS LES DIGNITAIRES DE TOUTES LES COMMUNAUTES CHRETIENNES AURAIENT ETE CONVOQUEES A Y PARTICIPER ET UNE SEULE VOIX CHRETIENNE AURAIT ETE ENTENDUE ?

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    22 h 48, le 21 avril 2021

  • Excellent mais silence sur la necessite de mettre fin au confessionalisme politique qui reduit le Liban a un etat religieux que ne peuvent lui envier les monarchies religieuses. Initiative infantilisante pour les libanais ..

    nabil zorkot

    20 h 37, le 21 avril 2021

Retour en haut