Rechercher
Rechercher

Politique - Judiciaire

Oueidate arrache « les grands crimes financiers » des mains de Ghada Aoun

Oueidate arrache « les grands crimes financiers » des mains de Ghada Aoun

Ghada Aoun, procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, rappelée à l’ordre. Photo ANI

Dans un rappel à l’ordre évident à l’intention de la procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, a pris jeudi la décision de modifier la répartition des tâches au sein des parquets de cette cour, restreignant aux trois magistrats Sami Sader, Samer Lichaa et Tanios Saghbini l’examen, respectivement, des crimes de trafic et d’écoulement de drogue, des grands crimes financiers et des homicides. Les autres dossiers restant en l’état. Rendue publique hier, la décision a fait grand bruit puisqu’elle a été interprétée comme une évidente restriction administrative du champ de compétence de Ghada Aoun. M. Oueidate a renforcé sa décision administrative en soulignant que Mme Aoun et les magistrats désignés « doivent l’informer personnellement des crimes dangereux qu’ils examinent et s’en tenir à ses directives en la matière, conformément à l’article 16 du code de procédure pénale ». La décision de M. Oueidate, qu’il fait reposer sur le texte des articles 13 du code de procédure pénale et 31 du décret législatif n°150/83 (la loi sur la justice judiciaire), fait suite à une réunion, le 13 avril, du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) sous la présidence de Souheil Abboud, en présence notamment du président de l’Inspection judiciaire, Bourkan Saad. Elle se justifie « par le souci de la bonne marche des affaires de droit commun », précise le texte.

Ghada Aoun avait récemment engagé des poursuites contre le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, et la Société générale de banque au Liban (SGBL) pour des transferts bancaires massifs à l’étranger et des faits relevant du blanchiment d’argent. Ces transferts se seraient produits à l’automne 2019 et à divers autres intervalles. L’ancien directeur général du ministère des Finances, Alain Bifani, avait dénoncé ces faits, précisant qu’après le 17 octobre 2019 et les manifestations massives qui ont suivi, plusieurs milliards de dollars avaient été exfiltrés du pays au profit de certains privilégiés, alors même que les banques étaient momentanément fermées. Une situation injustifiable éthiquement puisque les comptes des petits épargnants, parallèlement, étaient bloqués, mais la situation était légalement couverte au Liban par l’absence d’une loi sur le contrôle des capitaux.

Pour mémoire

Une cinquantaine de formations lancent une coalition pour l’indépendance de la justice

Selon des sources informées, Mme Aoun avait engagé ses poursuites contre la SGBL et M. Salamé sur base de photocopies du dossier, alors que l’affaire était déjà examinée à Beyrouth, à la demande du parquet financier. Cette façon de faire avait créé un cas de litispendance (un litige unique porté devant deux juridictions différentes dont on suppose qu’elles sont également compétentes pour en connaître), précisent des sources judiciaires.

Dans le prolongement de cette affaire, Mme Aoun avait été invitée à rendre compte de son travail au regard d’un certain nombre de plaintes présentées à son encontre à ce sujet. De source bien informée, on précise toutefois que Mme Aoun ne saurait être « écartée » de son poste au sens juridique du mot, puisque sa nomination a fait l’objet d’un décret en Conseil des ministres. Mais les dispositions prises par M. Oueidate la disqualifient notamment pour examiner les « grands crimes financiers ».


Dans un rappel à l’ordre évident à l’intention de la procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, a pris jeudi la décision de modifier la répartition des tâches au sein des parquets de cette cour, restreignant aux trois magistrats Sami Sader, Samer Lichaa et Tanios Saghbini...

commentaires (9)

Je pense que l'OLJ ne peut pas être neutre en relatant sur cette affaire, puisque l'avocat de l'Entreprise, est un haut dirigeant du journal !

MGMTR

19 h 54, le 17 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Je pense que l'OLJ ne peut pas être neutre en relatant sur cette affaire, puisque l'avocat de l'Entreprise, est un haut dirigeant du journal !

    MGMTR

    19 h 54, le 17 avril 2021

  • Cette magistrate est arrivée aux locaux de la perquisition (sur son Balai) avec une escorte de gens armés et de forces de l’ordre ou autre élément militaires, peut importe. Personne apparemment des hauts magistrats n’était au courant de sa démarche. Alors y a t-il des boutiques qui se sont ouvertes dans ce pays même au niveau de la justice qui explique que chacun agit selon le ou la partie qui l’a nommé au poste sans avoir à répondre de ses actes à leur hiérarchie dans cette institution? C’est très grave ce qui se passe dans notre pays. Cette énième Aoun citée pour trouble à l’ordre public, n’a t-elle pas été convoquée par le procureur auquel elle a rétorqué qu’elle était souffrante et ne pas se déplacer une première fois et à la deuxième convocation prétendait avoir un R.V médical. Elle représente la justice et se moque publiquement de ceux qui la représentent en dehors de sa personne, forte de son alliance qui l’a placée et nommée pour protéger ses arriérés. Triste décadence de ce pays qui ne compte plus ses ennemis internes et externes et compte sur des amis virtuels pour le sauver.

    Sissi zayyat

    15 h 48, le 17 avril 2021

  • La pagaille règne dans le poulailler!!!!

    Wlek Sanferlou

    15 h 27, le 17 avril 2021

  • ON NE PEUT PLUS ETOUFFER LES PARTISANS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 37, le 17 avril 2021

  • "....mais les dispositions prise par M. Oueidate la disqualifient notamment pour examiner les "grands crimes financiers"..."Cette phrase explique tout...c'est clair et net ! Et on s'attend à tout pour la suite, dans un pays gouverné par les maîtres de la corruption, du mensonge et du manque de dignité. - Irène Saïd

    Irene Said

    13 h 31, le 17 avril 2021

  • Est ce qu'elle est apparentée à notre beloved président ? Alors là on balaye devant sa porte avant tout ???

    Eleni Caridopoulou

    12 h 25, le 17 avril 2021

  • Vivement une réforme de cet appareil de tête en comble. Un pays sans justice est un arbre sans racines.

    Sissi zayyat

    11 h 48, le 17 avril 2021

  • Curieuse initiative de M. Oueidate qui, comme personne ne l’ignore, est un proche de Hariri et Mme Aoun, comme chacun sait, est une proche de Aoun. Alors énième règlement de compte à OK Corral? Tentative de sauver la tête de Salamé? Dans ce pays où le mal est partout, on ne peut l’exclure.

    Marionet

    10 h 55, le 17 avril 2021

  • "... litispendance ..." - j’ai appris un nouveau mot, merci!

    Gros Gnon

    06 h 35, le 17 avril 2021

Retour en haut