Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Tripoli, ma belle cité

Tripoli, ma ville aux mille caractéristiques.

Ton nom a résonné dans tant de récits historiques.

Des califes jusqu’aux Mamelouks en passant par les croisades, et notamment avec le règne de Raymond de Saint-Gilles.

Tu as gardé ce cachet folklorique avec tes vestiges artistiques dont les souks, mosquées et églises.

Un assemblage de plusieurs traditions dessine tes lieux antiques, donnant une impression de pluralisme idéaliste et un modèle de coexistence typique.

Un dessein noble de ce peuple énorme venu de par le globe dont les empreintes sont gravées sur les murailles de la cité en grande fierté et en pleine crise.

Ses concitoyens ont vécu des guerres qui ne leur appartiennent guère.

De tout temps, ils étaient gouvernés, dominés, et victimes des affreuses conquêtes. Pourtant, sans jamais pouvoir les déraciner ou les déplacer vu leur grand attachement à cette terre et à ses richesses.

Ils ont fait preuve d’un patriotisme hors pair.

Et après chaque affrontement, ils s’en tirent victorieux grâce à leur promesse tenue d’être toujours solidaires.

Les fêtes qui s’ensuivent et les réjouissances faites montrent leur grande noblesse.

Tellement généreuse et gracieuse.

La générosité des Tripolitains est une qualité exceptionnelle considérée comme un devoir sacré envers autrui et elle fait partie d’une grande tradition qu’on vénère chèrement. Quelles que soient leur appartenance sociale ou leurs capacités, mais ce qui compte surtout c’est cette hospitalité chaleureuse.

Des coutumes héritées depuis des siècles et privilégiées hautement.

Tout le monde vit en harmonie sous les mêmes lois et s’entend parfaitement, se respectant, s’entraidant, participant au rituel annuel de chacun et célébrant ensemble les festivités les plus précieuses.

La fraternité patriotique des Tripolitains s’est toujours dressée contre toutes les tentatives pernicieuses de troubler la paix et perturber la tranquillité de cette magnifique communauté.

Toutes les manipulations maléfiques ont nettement échoué devant leur grand dévouement et leur attachement à leur cité.

De fausses accusations lui ont été adressées et des qualifications insolites pour déformer son image vraie.

Les intentions ont été dévoilées et les conspirations manifestées.

Au sein de la pauvre communauté une certaine idéologie fut projetée pour créer une division mais surtout un désordre dangereux.

Cependant, ce peuple aimable et dévoué n’a pas tardé à se révolter contre la corruption. Alors, rester indifférent à ces lamentations et ne pas réagir à ces plaintes serait un acte ignoble et monstrueux.

Écouter ces gens de près apaise leur affliction et nourrit les bonnes relations. Aider les démunis n’appauvrit jamais personne, au contraire cela enrichit.

Une société saine est une grande richesse. Laissez-la grandir dans ses habitudes les plus chères.

Prospérité vous aurez et aisance vous recevrez.

Respecter ses traditions est la première priorité à gérer.

Toutes les autres affaires sont subies en fonction de ce fait.

La misère d’une nation est liée à la négligence et à l’ignorance et donc à la défaite, laquelle invitant indirectement à des actes révolutionnaires place les responsables en alerte, diminuant leur pouvoir hiérarchique écrasant et cruel, dominant depuis des décennies et instaurant de mauvais concepts.

Cette révolte contre l’injustice a toujours eu lieu et elle continue sans cesse. Ainsi, l’histoire se répète et la situation empire. Un état critique et dangereux qui rappelle le vieil empire il y a des siècles.

Pour sortir de cette crise dramatique et échapper à ce destin sinistre prêt à nous conduire aux enfers, des sacrifices personnels s’avèrent nécessaires autant que des prières.

Vite, sauvez ces parties du corps qui s’effondrent l’une après l’autre faute de soins et procurez les meilleurs remèdes avant de perdre tout son être.

Tripoli, ma ville chère, tu vis pour tes citoyens sincères.

Ne succombe pas au Malin et à ses méchantes affaires. Ni à l’échec ou à la soumission car brave tu l’étais de tout temps et forte par ta grande citadelle.

Toi, ma belle cité, dont le parfum de l’oranger envahit tes sentiers par des senteurs de paix.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Tripoli, ma ville aux mille caractéristiques.Ton nom a résonné dans tant de récits historiques.Des califes jusqu’aux Mamelouks en passant par les croisades, et notamment avec le règne de Raymond de Saint-Gilles.Tu as gardé ce cachet folklorique avec tes vestiges artistiques dont les souks, mosquées et églises.Un assemblage de plusieurs traditions dessine tes lieux antiques, donnant une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut