Rechercher
Rechercher

Société - Enseignement

Pas de reprise dans les écoles ce lundi et examens officiels en présentiel...

« Nous n’ouvrirons certainement pas les écoles catholiques, à moins que certaines conditions sanitaires ne soient respectées », affirme le père Boutros Azar.

Pas de reprise dans les écoles ce lundi et examens officiels en présentiel...

Une religieuse dans les couloirs vides de l’école Notre-Dame de Lourdes, à Zahlé, le 30 juin 2020. Joseph Eid/AFP

Les écoles ne rouvriront pas leurs portes ce lundi et les cours continueront à être administrés en ligne. Telle est l’annonce que devrait faire aujourd’hui le ministre de l’Éducation Tarek Majzoub, lors d’une conférence de presse prévue à 10h. Seuls les élèves de 3e et de terminale seront amenés à présenter les examens officiels en présentiel, assure à L’Orient-Le Jour un responsable au sein du ministère, sous couvert d’anonymat.

« Il n’y aura pas d’ouverture des écoles ce lundi, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’ouverture du tout, s’empresse d’ajouter toutefois ce responsable. Il y a consensus sur le fait que les examens officiels seront effectués, mais on ne sait pas encore quand. Ce sera uniquement en présentiel et le ministre donnera tous les détails sur les conditions de la tenue des examens », ajoute-t-il.

En attendant la conférence de presse du ministre de l’Éducation, le père Boutros Azar, secrétaire général des écoles catholiques et coordonnateur de la Fédération des associations éducatives privées, affiche un niet catégorique face à toute possibilité de reprise des cours au sein même des établissements. « Nous n’ouvrirons certainement pas les écoles catholiques, à moins que certaines conditions sanitaires ne soient respectées. Il faut que nos élèves et enseignants soient vaccinés. En attendant, les cours continueront d’être dispensés à distance », explique le père Azar à L’OLJ.

Lire aussi

« Mon cadeau d’anniversaire ? Voir le virus partir... »

En ce qui concerne le baccalauréat, le secrétaire général des écoles catholiques se dit en faveur de la tenue des épreuves officielles, alors que l’année dernière des attestations avaient été délivrées pour les élèves de terminale et que les examens du brevet avaient été tout simplement annulés. « Il est indispensable de tenir les épreuves du bac cette année. Car les attestations délivrées l’année dernière n’ont aucune valeur, le Qatar et la Syrie par exemple n’ont pas accepté certains élèves à qui ces attestations ont été délivrées », révèle le père Azar. « Au cas où le ministère veut annuler les épreuves du brevet, nous lui demandons de ne pas l’annoncer tout de suite », ajoute le religieux, afin que les élèves ne laissent pas tomber leurs études avant la fin de l’année scolaire.

Le père Azar révèle par ailleurs que les écoles catholiques « sont prêtes à accueillir les examens officiels dans leurs bâtiments, mais chaque école le fera uniquement pour ses propres élèves ». « Nous ferons cela à condition que les épreuves soient supervisées par des personnes issues de l’enseignement public, afin que le ministère dispose des assurances nécessaires », ajoute-t-il.

Test PCR exigé

« Tant que les enseignants et les élèves n’auront pas reçu le vaccin contre le Covid-19, on n’ouvrira pas », affirme pour sa part à notre journal la directrice d’un établissement catholique proche de la capitale, qui a souhaité ne pas être identifiée. « Je ne veux pas exposer ma communauté éducative à un danger possible, avant que tout le monde ne soit vacciné. S’il y a bac en présentiel, j’exigerai un test PCR la veille des examens pour les élèves et les professeurs car la vague actuelle est effrayante », ajoute-t-elle. « Nos élèves sont heureux en ligne et le suivi est soutenu. Ce n’est pas l’idéal, mais c’est le mieux que l’on puisse faire à l’heure actuelle », souligne la directrice.Maya Géara, conseillère juridique de l’Union des parents d’élèves et des comités de parents dans les écoles privées du Liban, affirme que la plupart des parents d’élèves s’opposent au retour de leurs enfants en classe à l’heure actuelle. « Les parents préfèrent ne pas envoyer leurs enfants à l’école, avant que ces derniers n’aient été vaccinés, souligne-t-elle. Il n’y aura sans doute pas de reprise dans les écoles et les cours continueront à être donnés en ligne. »

Mirella Alonzo, mère d’un garçon de 12 ans et d’une fille de 8 ans scolarisés dans la banlieue est de Beyrouth, se dit « totalement opposée au retour des enfants sur les bancs de l’école ». « J’ai peur pour mes enfants lorsqu’ils prendront le bus ou iront aux toilettes par exemple, rien ne garantira qu’ils n’attraperont pas le Covid-19. Ils sont encore jeunes pour mesurer le danger », estime-t-elle.

Lire aussi

L’Unicef donne l’alerte : les enfants du Liban face à une crise sans précédent

Une minorité de parents d’élèves seraient toutefois en faveur d’une reprise des cours en présentiel et invoquent le bien-être psychologique de leurs enfants. « Je suis prête à envoyer mes enfants à l’école parce qu’il faut bien qu’ils sortent de la maison. De toute manière, étudier à la maison, ce n’est pas sérieux et les enfants n’ont pas l’attitude qu’il faut », confie Carine Khalil, mère d’un garçon de 13 ans et d’une fille de 10 ans scolarisés dans une école du Metn. « Cela fait un an qu’ils ne sortent plus et c’est toxique. Leur vie sociale est réduite à zéro. Les enfants sont isolés et ils s’enferment dans leurs chambres. Or, l’école, c’est 50 % de travail éducatif et 50 % de vie sociale. Je n’ai pas peur du Covid-19 si l’école applique les mesures sanitaires requises », ajoute-t-elle.Dans un tweet daté du 1er mars, le Dr Firas Abiad, directeur de l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri, révèle pour sa part que « les enfants et les adolescents peuvent transmettre l’infection aux autres ». « Les études varient sur la question mais il semblerait que les adolescents peuvent être assez contagieux. Dans tous les cas, nous ne conseillons pas aux écoles d’ouvrir avant d’avoir mis en place des mesures appropriées, dont des tests (PCR) », écrit-il. « La réouverture des écoles à l’heure actuelle n’est pas sans risque. Sauf que les écoles jouent un rôle au niveau du bien-être psychologique et social des élèves, sans oublier l’impact éducatif. Le débat n’est donc pas de savoir si les écoles doivent rouvrir, mais dans quelles circonstances elles devraient le faire », ajoute le Dr Abiad.

Les écoles ne rouvriront pas leurs portes ce lundi et les cours continueront à être administrés en ligne. Telle est l’annonce que devrait faire aujourd’hui le ministre de l’Éducation Tarek Majzoub, lors d’une conférence de presse prévue à 10h. Seuls les élèves de 3e et de terminale seront amenés à présenter les examens officiels en présentiel, assure à L’Orient-Le Jour un...
commentaires (3)

Il en a encore beaucoup de ces perles ce sinistre à nous annoncer? Il participe activement à l’effondrement du système scolaire comme on lui a ordonné de le faire. Non parce qu’il faut qu’il nous explique le but de sa décision. Il a le devoir d’étayer ses prises de positions calamiteuses sinon on ne saura pas qu’il est vendu lui aussi, on peut juste le deviner.

Sissi zayyat

18 h 11, le 08 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il en a encore beaucoup de ces perles ce sinistre à nous annoncer? Il participe activement à l’effondrement du système scolaire comme on lui a ordonné de le faire. Non parce qu’il faut qu’il nous explique le but de sa décision. Il a le devoir d’étayer ses prises de positions calamiteuses sinon on ne saura pas qu’il est vendu lui aussi, on peut juste le deviner.

    Sissi zayyat

    18 h 11, le 08 mars 2021

  • Il en a encore beaucoup de ces perles ce sinistre à nous annoncer? Il participe activement à l’effondrement du système scolaire comme on lui a ordonné de le faire. Non parce qu’il faut qu’il nous explique le but de sa décision. Il a le devoir d’étayer ses prises de positions calamiteuses sinon on ne saura pas qu’il est vendu lui aussi, on peut juste le deviner.

    Sissi zayyat

    18 h 11, le 08 mars 2021

  • Cessez d’innover et de réfléchir en prenant des décisions négatives. Prenez exemple sur l’Europe et les mesures prises. L’école est un élément indispensable au développement de l’enfant. Nous sommes en train de sacrifier toute une generation à cause de l’incompétence flagrante de nos dirigeants. Bien entendu, les plus nantis assurent des cours particuliers à leurs enfants mais ces enfants manquent totalement d’épanouissement et de sociabilité

    Lecteur excédé par la censure

    07 h 12, le 05 mars 2021

Retour en haut