Rechercher
Rechercher

Environnement - Liban

Grande opération de nettoyage de la réserve naturelle de Tyr après la marée noire

"La réserve de Tyr est touchée par l'équivalent de deux tonnes de goudron, dont 90% est désormais caché dans le sable", déplore le secrétaire général du Conseil national de la recherche scientifique. 

Des bénévoles nettoyant une plage de Tyr, après une marée noire, le samedi 27 février 2021. Photo AFP / Mahmoud ZAYYAT

Munis de râteaux et de pelles, des volontaires d'associations et des riverains ont commencé samedi le nettoyage de la réserve naturelle côtière de Tyr, dans le sud du Liban, touchée par l'importante marée noire chez son voisin israélien.

Israël, avec qui le Liban est officiellement en guerre, a fait état il y a une semaine d'une marée noire ayant touché son littoral, indiquant qu'un navire avait déversé "des dizaines à des centaines de tonnes" de bitume, selon des premières indications. Le drame écologique s'est propagé jusqu'au sud du Liban, où du goudron est visible le long du littoral allant de la ville frontalière de Nakoura jusqu'à Tyr, un peu plus au nord. Cette zone, l'une des plus préservées du littoral libanais, abrite de nombreuses plages de sable et est considérée comme un foyer de tortues marines.

Samedi matin, les volontaires d'une association de défense civile et de jeunes riverains s'activaient sur la plage de la réserve de Tyr.
Certains rassemblaient à l'aide de râteaux de grosses boules de goudron, tandis que d'autres déversaient dans un tamis des pelletées de sable pour isoler la matière noire, a constaté un journaliste de l'AFP.

Lire aussi

Marée noire au Sud : les plages sous surveillance

"La réserve de Tyr est touchée par l'équivalent de deux tonnes de goudron, dont 90% est désormais caché dans le sable", a déploré Mouïn Hamzé, secrétaire général du Conseil national de la recherche scientifique, venu encourager les participants. Les opérations de nettoyage pourraient durer entre une à deux semaines, a-t-il assuré à l'AFP, saluant "l'effort important (...) et l'enthousiasme" des jeunes et des riverains.

La réserve côtière de Tyr se vante sur son site internet de sa "grande diversité de flore et de faune" et dit attirer "les tortues marines durant la nidification". Elle s'étale sur 3,8 km2 de terres et 113 km2 de surface marine.

M. Hamzé soulignait dès jeudi le risque de voir la mer jeter du pétrole sur les côtes "durant deux ou trois mois". Les autorités ont lancé une évaluation des dommages, notamment avec des images prises par drone, mais il faudra du temps pour arriver à une évaluation finale. Rapportant des "dégâts très importants" dans les régions de Nakoura et Bayada, dans le sud, il a assuré que des résidus ont aussi été retrouvés sur une plage de Beyrouth, à une centaine de kilomètres plus au nord.

L'aide de la Finul
Dans la matinée de samedi, la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul) a offert son aide aux autorités libanaises afin de combattre cette catastrophe écologique. La Finul a demandé aux autorités libanaises en quoi la Finul pouvait aider "dans la mesure de ses capacités" pour lutter contre la marée noire et a déjà fourni des aides "immédiates", a indiqué le porte-parole des Casques bleus au Liban, Andrea Tenenti à l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Des appareils et équipements de protection personnels ont notamment été offerts par le contingent italien de la Force onusienne et plusieurs militaires et employés se sont mobilisés pour aider "les communautés locales" à nettoyer la plage de Nakoura, où se situe le siège de la Finul.

Lire aussi

La réserve côtière de Tyr souillée par la marée noire israélienne

Le président libanais, Michel Aoun,  avait demandé jeudi au ministre sortant des Affaires étrangères, Charbel Wehbé, de suivre cette affaire avec les Nations Unies et les organismes internationaux en vue de déposer plainte contre Israël pour cause de pollution de la côte libanaise. Le Liban pâtit toujours des conséquences de la marée noire de juillet 2006. Celle-ci avait été provoquée par un bombardement israélien de la centrale électrique de Jiyeh au Sud, aux premiers jours de la guerre.


Munis de râteaux et de pelles, des volontaires d'associations et des riverains ont commencé samedi le nettoyage de la réserve naturelle côtière de Tyr, dans le sud du Liban, touchée par l'importante marée noire chez son voisin israélien.Israël, avec qui le Liban est officiellement en guerre, a fait état il y a une semaine d'une marée noire ayant touché son littoral, indiquant qu'un...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut