Rechercher
Rechercher

Politique - Formation du gouvernement

Le numéro deux du Hezbollah appelle Aoun et Hariri à "arrondir les angles"

"Les négociations entre les États-Unis et l'Iran n'ont rien à voir avec l'évolution des relations entre le Hezbollah et Washington", affirme le numéro deux du parti chiite.

Le numéro deux du Hezbollah appelle Aoun et Hariri à

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem. Photo d'archives Ani

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a appelé vendredi le président libanais Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri à "arrondir les angles" dans leur approche du dossier de la formation d'un gouvernement, alors qu'un bras de fer oppose les deux hommes sur cette question.

Le Liban est sans gouvernement depuis presque six mois, après la démission du cabinet de Hassane Diab le 10 août 2020 dans la foulée de l'explosion meurtrière au port de Beyrouth. Saad Hariri a été nommé au poste de Premier ministre le 22 octobre dernier. Mais les tractations sont désormais au point mort, les deux responsables ne se sont pas entretenus depuis fin décembre et les tensions sont vives entre leurs formations respectives. 

"Le mandat du président américain Joe Biden sera celui du dialogue avec l'Iran et d'une tentative de retour à l'accord nucléaire, bien que cela demande du temps", a affirmé Naïm Kassem lors d'une interview sur les ondes de la radio "al-Nour", proche du parti chiite. "Je m'attends à ce que les choses se calment", a-t-il estimé, soulignant toutefois que "les négociations entre les États-Unis et l'Iran n'ont rien à voir avec l'évolution des relations entre le Hezbollah et Washington". "Les questions dont l'Iran discute avec les États-Unis concernent l'accord nucléaire et l'intérêt des deux pays. Le Hezbollah n'a qu'une préoccupation, c'est la présence sioniste dans la région, et il n'y a pas de place dans un avenir proche pour des discussions entre l'Amérique et le Hezbollah. En effet, nous voyons qu'il ne sert à rien de s'asseoir avec eux, car les résultats sont connus à l'avance, c'est-à-dire que l'Amérique favorisera Israël", a-t-il tranché.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Gouvernement : blocage interne ou externe, deux thèses s’affrontent

"L'Iran n'a rien à voir avec les décisions du Hezbollah dans le dossier de formation du gouvernement, et le Hezbollah œuvre pour que le cabinet soit formé sans aucune interférence", a-t-il poursuivi, notant qu'"après les élections américaines, il est devenu clair que le blocage au Liban est principalement interne". Et le responsable chiite d'appeler Michel Aoun et Saad Hariri à "arrondir les angles et essayer de trouver une solution à leurs désaccords", assurant que "le tiers de blocage n'a été évoqué par aucune des deux parties". Le CPL et Michel Aoun sont accusés par leurs détracteurs de chercher à obtenir le tiers du nombre total de ministres au sein du futur gouvernement, ce qui leur accorderait la possibilité de faire tomber le cabinet en cas de démission de leurs ministres.

"Coopératifs"
"Nos discussions avec les Français n'ont jamais été interrompues et elles se poursuivent. Il y a des signes indiquant un retour de l'initiative de Paris, mais nous n'avons pas encore compris les conditions posées et à quel point celle-ci est sérieuse. Nous encourageons toute initiative constructive, car la formation d'un gouvernement est la solution", a en outre affirmé Naïm Kassem. "Il est nécessaire que nous œuvrions collectivement et positivement à la mise en place d'un cabinet, et quand la mouture du gouvernement sera prête, nous serons coopératifs", a-ajouté M. Kassem.

Lire aussi

Paris et Washington appellent à former d'urgence un gouvernement "crédible et efficace"

Le 1er septembre, lors de sa deuxième visite au Liban en moins d'un mois, le président français, Emmanuel Macron, avait présenté une initiative pour le redressement économique et financier du pays. Dans cette feuille de route figuraient plusieurs priorités, en tête desquelles la formation d'un "cabinet de mission", dont toutes les formations politiques libanaises s'étaient engagées à faciliter la mise sur pied dans un délai de quinze jours. Près de six mois se sont écoulés depuis cet engagement. C'est dans ce contexte que M. Macron avait annoncé il y a une dizaine de jours qu'il entendait revenir à Beyrouth pour une troisième visite. Et dans un entretien téléphonique avec son homologue libanais samedi dernier, il avait déclaré "être prêt à aider" Beyrouth à former le nouveau gouvernement.

Entente avec le CPL
Le numéro deux du Hezbollah est par ailleurs revenu sur l'entente liant le parti pro-iranien au Courant patriotique libre (CPL, aouniste). "Le document d'entente avec le CPL repose sur 10 points et nous avons constaté mutuellement que certains d'entre eux doivent être clarifiés et détaillés, d'où la nécessité d'y apporter des changements après quinze années". La perspective d'un dialogue entre les deux formations concernant leur relation avait déjà été évoquée le 10 janvier par le chef du CPL, Gebran Bassil.

Le responsable chiite a en outre commenté les incidents de Tripoli de la semaine dernière qui constituent selon lui "un acte de vandalisme qui pave la voie à l'instrumentalisation politique de la souffrance du peuple". La semaine passée, la capitale du Nord a été le théâtre de manifestations contre la situation socio-économique aggravée par le confinement strict, qui ont dégénéré en affrontements entre contestataires et forces de l'ordre, faisant un mort et plusieurs centaines de blessés. "Il faut trouver une réponse à la crise socioéconomique afin que les fauteurs de troubles ne l'instrumentalisent pas à des fins sécuritaires", a estimé M. Kassem.


Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a appelé vendredi le président libanais Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri à "arrondir les angles" dans leur approche du dossier de la formation d'un gouvernement, alors qu'un bras de fer oppose les deux hommes sur cette question.Le Liban est sans gouvernement depuis presque six mois, après la démission du...

commentaires (7)

Bon sang, mais c'était qui déjà qui a fait des pieds et des mains pour exiger le ministère des finances pour les chiites, ce qui a enrayé tout le processus de formation du gouvernement? Je l'ai sur le bout de la langue. Ça va me revenir...

Gros Gnon

18 h 33, le 05 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Bon sang, mais c'était qui déjà qui a fait des pieds et des mains pour exiger le ministère des finances pour les chiites, ce qui a enrayé tout le processus de formation du gouvernement? Je l'ai sur le bout de la langue. Ça va me revenir...

    Gros Gnon

    18 h 33, le 05 février 2021

  • Cher Numéro 2, vous parlez pour ne rien dire. C’est tellement insipide que nous ne retenons rien de cet article en dehors de votre incapacité de combattre Israël et là vous vous retournez contre les innocents et inoffensifs comme Lokman slim... et ben Bravo

    mokpo

    17 h 20, le 05 février 2021

  • Dear #2, après l'assassinat de notre frère Lokman, joignant ainsi la pléiade de martyrs pour notre Liban, vos déclarations, à tout niveau et à propos de tout sujet, ne sont plus et ne seront plus que graffiti brouillon et inutile.

    Wlek Sanferlou

    16 h 29, le 05 février 2021

  • LE NO 2 PARLE POUR NOUS DIRE QUE AOUN EST LIBRE PAR SES DÉCISIONS !. MAIS TOUT LE MONDE SAIT QUE AOUN N'EST QU'UN INSTRUMENT ENTRE VOS MAINS CHER MONSIEUR LE NO 2. IL BLOQUE LA FORMATION D'UN GOUVERNEMENT SUIVANT LES ORDRES IRANIENNES VIA VOTRE HEZBOLLAH.

    Gebran Eid

    15 h 10, le 05 février 2021

  • Encore de l’encre et du temps perdu pour relayer ses mensonges loufoques. La présence sioniste que vous combattez est en train de s’émanciper et de faire des petits dans toute la région et même mondialement pendant que vous êtes terrés sous sol en attendant une autre excuse pour justifier votre barbarie et utiliser vos armes alors que plus rien ne justifie leur achat et leurs fabrications . Vous allez périr avec et ainsi la boucle sera bouclée.

    Sissi zayyat

    14 h 59, le 05 février 2021

  • L'Iran, le nucléaire, le Hezbollah, leurs larbins, leurs sawawikh, leurs turbans..... qu'est-ce que les libanais s'en tapent!

    Je partage mon avis

    13 h 03, le 05 février 2021

  • QU,ILS DEGAGENT TOUS LES MAFIEUX ET SOIENT JUGES PAR LE PEUPLE ET VOTRE ORGANISATION DE MERCENAIRES AVEC.

    RAISON OBLIGE A SOUTENIR L,OLJ MALGRE SA CENSURE

    12 h 31, le 05 février 2021

Retour en haut