Rechercher
Rechercher

Politique - Dans nos archives

Thaoura, Hezbollah, géopolitique : quelques textes de Lokman Slim

Depuis plusieurs années, l’intellectuel assassiné au Liban-Sud, contribuait au débat d'idées dans les colonnes de L'Orient-Le Jour.


Thaoura, Hezbollah, géopolitique : quelques textes de Lokman Slim

Lokman Slim, en février 2009. Reuters TV/via REUTERS

Assassiné froidement jeudi matin au Liban-Sud, l'éditeur et cinéaste Lokman Slim était de ces voix qui incarnaient ce que la communauté des citoyens libanais a de plus précieux : le courage de résister. L'extrême courage de refuser toute assignation communautaire et de ne rien céder à ceux qui veulent usurper le monopole de l'identité. Celui de sortir des rangs, quitte à amener parfois, ses compagnons à penser contre eux-mêmes.

À l'heure où il nous faut tous trouver un second souffle face à la déliquescence, il semble vital d'entendre à nouveau, à travers quelques uns de ses textes que nous avons publiés, cette voix décapante et irréductible. Ne serait-ce que pour revenir à la plus fondamentale des résistances, celle à l'enfermement et à la résignation.

C.N.

Face aux espoirs de changement, la revanche de la « doctrine de la stabilité »

Par Monika BORGMANN et Lokman SLIM, publié le 31 octobre 2020

Un an après la « révolution du 17 octobre », le Liban se retrouve dans une situation paranormale : alors qu’il est quasiment impossible de revenir au statu quo économique, financier et institutionnel d’avant-crise, la classe politique traditionnelle assume son retour visible et complet au pouvoir. Comment expliquer que Saad Hariri, contraint à la démission dès les premières semaines de la « révolution » du 17 octobre, ait pu être à nouveau être investi un an plus tard de la mission de former un « gouvernement de mission » selon les termes de ce que l’on appelle communément l’« initiative française » ?

...Lire la suite

---

Le nouvel échec de la loi d’amnistie, signe d’un essoufflement du système libanais

Par Monika BORGMANN et Lokman SLIM, publié le 06 juin 2020

L’échec, la semaine dernière, de la dernière tentative d’adoption de la nouvelle loi d’amnistie générale au Parlement a fait couler beaucoup d’encre. Quels que soient leurs horizons, la plupart des commentateurs ont convenu que cet échec allait bien au-delà d’une impasse législative ordinaire, pouvant être résolue par des négociations en catimini. D’une certaine manière, il en dit long sur l’actuel état de santé globale du système politique libanais.

...Lire la suite

Lire aussi

Accusations calomnieuses et violences en bandes organisées : que les autorités prennent leurs responsabilités !

---

Vivement le « tawtin » !

Par Lokman SLIM, le 23 juin 2018

Il était une fois, il n’y a pas si longtemps, où l’État libanais n’était pas tout à fait la fameuse mosaïque haute en couleur de confessions et de communautés qui ne cesse d’émerveiller certains. Le premier Parlement libanais (1922-1924) comprenait ainsi quatre communautés dites chrétiennes et trois dites musulmanes (contre respectivement sept et quatre pour la législature élue en juin dernier).

...Lire la suite

---

De Dahyé à Téhéran, l’infaillibilité contestée

Par Lokman SLIM, publié le 06 janvier 2018

Il est, sans doute, un tant soit peu imprudent, et même aventureux, de comparer l'éphémère saute d'humeur que Hay es-Selloum, la pointe sud de Dahyé (banlieue sud de Beyrouth), a connue le 25 octobre dernier, à la vague de protestation qui secoue l'Iran depuis déjà plus d'une semaine.

Les répercussions de ces protestations qu'un consensus quasi général qualifie d'inattendues ne semblent pas, dans le meilleur comme dans le pire des cas, susceptibles de se faire oublier de sitôt ni à l'intérieur de l'Iran même ni partout ailleurs où l'Iran s'impose ou se débat.

...Lire la suite


                                                                               ---

Liban-Arabie saoudite : chronique d’un divorce annoncé

Par Lokman SLIM, le 25 novembre 2017

L'annonce de la démission, extravagante dans sa forme, de Saad Hariri sur les ondes de la chaîne satellite saoudienne al-Arabiya a immédiatement cédé la place à deux récits antagonistes qui ont ensuite rythmé le débat politique au Liban.

L'un, porté par le Hezbollah et la présidence de la République, a mis en avant les circonstances absurdes qui ont accompagné cette démission. L'autre, soutenu par les faucons de ce qui fut un jour l'alliance du 14 Mars, a fait l'impasse sur les circonstances de la démission et insisté sur les motifs invoqués par Hariri pour la justifier – à savoir la mainmise du Hezbollah sur le Liban et la menace que celui-ci fait peser sur le royaume saoudien.

...Lire la suite



Assassiné froidement jeudi matin au Liban-Sud, l'éditeur et cinéaste Lokman Slim était de ces voix qui incarnaient ce que la communauté des citoyens libanais a de plus précieux : le courage de résister. L'extrême courage de refuser toute assignation communautaire et de ne rien céder à ceux qui veulent usurper le monopole de l'identité. Celui de sortir des rangs, quitte à amener...

commentaires (2)

Qui sera le prochain ?

Eleni Caridopoulou

16 h 47, le 04 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Qui sera le prochain ?

    Eleni Caridopoulou

    16 h 47, le 04 février 2021

  • Merci pour la rédaction de L'OLJ, de nous faire mieux connaître, feu Mr Lockman SLIM, Paix à son âme.

    DJACK

    15 h 56, le 04 février 2021

Retour en haut