Rechercher
Rechercher

Société - Explosion au port de Beyrouth

Six mois plus tard, toujours pas de justice, déplore HRW

L'ONG appelle une nouvelle fois à la mise en place d'une enquête "internationale indépendante".

Six mois plus tard, toujours pas de justice, déplore HRW

Vue aérienne du port de Beyrouth, dévastée par la gigantesque explosion meurtrière du 4 août 2020. Photo d''archives AFP

L'ONG internationale Human Rights Watch (HRW) a déploré mercredi l'absence de justice, à la veille des six mois depuis la gigantesque explosion au port de Beyrouth qui a fauché la vie de plus de 200 personnes, et en a blessé plus de 6.500 autres tout en ravageant des quartiers entiers de la capitale libanaise.

"Les autorités libanaises ont échoué durant les six derniers mois à rendre une quelconque forme de justice après l'explosion catastrophique au port de Beyrouth le 4 août 2020", déplore HRW. "L'enquête locale bloquée et minée par de sérieuses violations sur le plan procédural, ainsi que les tentatives des dirigeants politiques de mettre un terme à l'investigation, renforcent le besoin d'une enquête internationale indépendante", estime l'ONG.

Lire aussi

Explosion du port de Beyrouth : 25 détenus et d’innombrables questions

Toute la République était au courant des dangers que posait la présence de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port sans mesures de sécurité depuis 2014, et à proximité des quartiers résidentiels de Beyrouth. Le président Michel Aoun, le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab, des membres de son gouvernement mais aussi des responsables des services de sécurité avaient été avertis. Une grande partie de la population fait d'ailleurs assumer aux dirigeants politiques et sécuritaires actuels la responsabilité de la double explosion. 

"Cinq jours"

Le juge Fadi Sawan, en charge de l'enquête sur l'explosion, a déjà inculpé le Premier ministre sortant, Hassane Diab, et trois anciens ministres pour négligence. Mais l'enquête fait du surplace depuis plusieurs semaines, face aux ingérences de divers responsables politiques, au grand dam d'une large frange de la population qui réclame une enquête indépendante. Les anciens ministres et députés (Amal) Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter, mis en accusation, ont ainsi déposé un recours contre le juge, ce qui a forcé la suspension temporaire de l'enquête en décembre dernier. Le procureur a été autorisé, mi-janvier, à reprendre ses investigations, mais rien n'a jusque là filtré sur d'éventuels nouveaux interrogatoires qui auraient été menés. Les appels à une enquête internationale ont été rejetés par les autorités libanaises qui ont toutefois été épaulées par des experts internationaux lors des premières investigations sur le terrain. Dernièrement, des informations de presse ont évoqué l’implication présumée d’hommes d’affaires syriens proches du régime de Bachar el-Assad dans l’importation du nitrate d’ammonium qui a explosé au port de Beyrouth, alors que la Syrie se trouve sous le coup de sanctions internationales et cherche à les contourner par tous les moyens, notamment à travers des trafics en tout genre via le Liban.

Lire aussi

Ces trois hommes d’affaires syriens qui seraient impliqués dans l’acheminement du nitrate d’ammonium

"Les autorités libanaises ont publiquement promis que l'enquête prendrait cinq jours. Mais six mois plus tard, le public attend toujours des réponses", regrette Aya Majzoub, chercheuse sur le Liban au sein de HRW. "De plus, le tribunal en charge du dossier semble avoir malmené les droits des détenus dans l'affaire", signalant par là qu'il n'est pas prêt ou ne veut pas rendre justice", ajoute Aya Majzoub.

Une trentaine de personnes, notamment des responsables sécuritaires et militaires, ainsi que des civils, sont derrière les verrous dans le cadre de l'enquête, alors que plusieurs d'entre eux clament leur innocence et que les groupes de défense des droits de l'Homme s'inquiètent de violations de leurs droits les plus basiques.

"Priver les défendants d'un procès équitable ne contribue pas à rendre justice aux victimes de l'explosion", prévient la chercheuse. "Une enquête internationale indépendante, ainsi que des réformes urgentes au sein du processus juridique libanais, sont les meilleures garanties afin que le peuple obtienne les réponses qu'il mérite", conclut-elle. En octobre dernier, HRW affirmait déjà que l'enquête menée par les autorités libanaises n'était "ni transparente ni indépendante".


Lire l'intégralité de la note de HRW ici


L'ONG internationale Human Rights Watch (HRW) a déploré mercredi l'absence de justice, à la veille des six mois depuis la gigantesque explosion au port de Beyrouth qui a fauché la vie de plus de 200 personnes, et en a blessé plus de 6.500 autres tout en ravageant des quartiers entiers de la capitale libanaise."Les autorités libanaises ont échoué durant les six derniers mois à rendre une...

commentaires (5)

"Les autorités libanaises ont échoué durant les six derniers mois à rendre une quelconque forme de justice après l'explosion catastrophique au port de Beyrouth le 4 août 2020", déplore HRW. Elles n'ont pas échoué, elles n'ont pas voulu...

DJACK

20 h 19, le 03 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "Les autorités libanaises ont échoué durant les six derniers mois à rendre une quelconque forme de justice après l'explosion catastrophique au port de Beyrouth le 4 août 2020", déplore HRW. Elles n'ont pas échoué, elles n'ont pas voulu...

    DJACK

    20 h 19, le 03 février 2021

  • ON N,OSE MEME PAS NOMMER L,UTILISATEUR ET PROPRIETAIRE DU NITRATE NOMME DEJA PAR PLUSIEURS PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 07, le 03 février 2021

  • Plus rien ne justifie que le Liban soit considéré comme un Etat, une nation ou une république. C'est tout simplement un ramassis de hors-la-loi. Toutes ses instances sont vérolées, ses propres frontières sont contestées, c'est tout le pays qui est une zone de non-droit. Et on parle encore de justice ?

    Robert Malek

    15 h 16, le 03 février 2021

  • Cinq jours !!!! l'on savait tous que ce n'était qu'un serment d'ivrogne.... en l'occurrence une promesse sans aucune valeur. Qui eut pu croire ces paroles prodiguées sans intention de les mettre à exécution mis à part quelques tarés endoctrinés à qui l'on a donné des explications pour les amener à penser qu'il ne faudrait que cinq jours, sachant que dans tout pays normalement constitué et développé, il faudrait au moins cinq mois pour démêler cet écheveau d'éléments embrouillés à l'image de nos politiciens..

    c...

    14 h 18, le 03 février 2021

  • Il y a longtemps que "Justice" n'est plus un mot libanais même si un mercenaire nous bassine avec le "prestige de l'état", (tout en minuscule)..

    Je partage mon avis

    13 h 02, le 03 février 2021

Retour en haut