Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

Vers un prolongement du bouclage total au Liban

Le Liban a enregistré hier un nouveau record, avec 53 décès.

Vers un prolongement du bouclage total au Liban

Le bouclage total pourrait être prolongé. Aziz Taher/Reuters

Au terme de cinq jours d’un bouclage total, précédé de quatre jours d’un bouclage partiel, les chiffres au compteur du Covid-19 poursuivent leur hausse vertigineuse, principalement en termes de mortalité. Le pays a en effet enregistré hier un nouveau record avec 53 décès, sachant que, depuis une semaine, ce bilan est en constante hausse avec une moyenne quotidienne de 40 morts.

Également hier, 3 144 nouvelles contaminations au coronavirus ont été signalées, avec un taux de contaminations par rapport au nombre de tests effectués pour les deux dernières semaines de 19,6 %. Ces chiffres font grimper à 255 956 le nombre cumulé des contaminations depuis la détection du premier cas du virus dans le pays en février dernier, au nombre desquelles 1 959 décès et 154 611 guérisons, selon le bilan quotidien du ministère de la Santé. Parmi les cas toujours actifs, 2 038 personnes sont hospitalisées, dont 750 en soins intensifs, soit 24 hospitalisations de plus en une journée, et six admissions supplémentaires en soins intensifs.

Lire aussi

À Kahalé, des villageois solidaires livrent médicaments et respirateurs aux malades

Ce bilan laisse conclure que le bouclage n’a pas encore commencé à atteindre ses objectifs, notamment pour ce qui est de l’allègement de la pression sur les hôpitaux. D’ailleurs, le nombre relativement bas des nouveaux cas par rapport aux jours précédents est dû au fait qu’une grande majorité des laboratoires accrédités par le ministère de la Santé sont fermés le dimanche.

La tendance se dirige vers un prolongement du bouclage total d’au moins trois à quatre semaines, selon une source proche de la commission nationale chargée du suivi du Covid-19, qui devrait se réunir demain pour émettre une recommandation dans ce sens.

« Situation désespérée »

Commentant l’évolution de la pandémie au Liban, Firas Abiad, directeur de l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri, a rappelé qu’« au cours des derniers jours, le Liban a enregistré plus de 30 nouveaux patients atteints du Covid-19 en soins intensifs et 40 décès au quotidien ». « C’est tragique, a-t-il écrit sur son compte Twitter. Les hôpitaux sont actuellement saturés et davantage de lits sont nécessaires de toute urgence. » Pour le Dr Abiad, la solution la plus rapide se trouve du côté des hôpitaux privés qui sont appelés à augmenter « temporairement leur capacité ». « Compte tenu de la situation désespérée, le faire est une obligation morale et même légale, indépendamment de tout calcul financier », a-t-il ajouté, annonçant que l’établissement qu’il dirige allait prochainement « suspendre toutes ses activités médicales non essentielles » afin d’allouer un maximum de ressources aux unités traitant les patients souffrant du virus.

Sur le plan des vaccins, alors que le ministre sortant de la Santé a signé dimanche matin la version finale du contrat avec la société américaine Pfizer pour l’achat de plus de 2,1 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 qui doivent progressivement arriver au Liban à partir du début du mois de février, M. Abiad s’est interrogé sur l’aspect logistique.

Dans Le Commerce du Levant

Covid-19 : trop tard pour soulager les hôpitaux libanais

« Les barrières juridiques et financières ont été levées, le vaccin arrive, a-t-il dit. À présent, la logistique est essentielle. Les centres médicaux, épuisés par le traitement des patients du Covid-19, peuvent-ils encore organiser une campagne de vaccination efficace ? Les ressources nécessaires sont-elles disponibles ? La population a-t-elle été bien informée ? » s’est-il encore interrogé.

Quant au député et président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji, il a rappelé que « le respect des mesures préventives contre le coronavirus est un devoir humanitaire, moral et religieux, nécessaire pour préserver la santé publique ». « L’État doit aider les familles dans le besoin par tous les moyens », a-t-il appelé, estimant que le début de la campagne de vaccination devrait pouvoir aider à « soulager » la population.

Premier versement aux hôpitaux

Par ailleurs, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a annoncé dans la matinée avoir approuvé le premier versement de fonds destinés à plusieurs hôpitaux publics et privés qui traitent actuellement les patients souffrant du Covid-19, dans le cadre d’un prêt d’urgence de 40 millions de dollars octroyé au Liban par la Banque mondiale en avril dernier pour lutter contre la pandémie. Le ministère de la Santé n’a pas précisé le montant de ces versements ni celui de chaque transfert aux différents hôpitaux.

Nouvelles exemptions

Par ailleurs, le ministère des Transports a annoncé de nouvelles exemptions concernant les mesures prises à l’Aéroport de Beyrouth à l’intention des passagers qui sont tenus de s’isoler pendant 72h dans un hôtel, dans l’attente des résultats des tests PCR effectués à l’arrivée. Dans une circulaire, il explique que toute personne ayant déjà contracté le Covid-19, et qui détient un PCR négatif « récent » ainsi qu’un test positif datant de plus de 15 jours, n’est plus tenue de s’isoler dans un hôtel à son arrivée. De même, sont exemptées les personnes munies des résultats d’un test sérologique d’anticorps IgG positif avec un taux plus élevé que la moyenne requise, selon chaque technique de test. Enfin, les personnes souffrant d’un handicap, de mobilité réduite ou d’autisme, rapport médical à l’appui, sont également exemptées de la quarantaine à l’hôtel. Un médecin accrédité par le ministère libanais de la Santé devra valider ces rapports sur place.

Lire aussi

Confinement : les supermarchés demandent une nouvelle fois à pouvoir ouvrir leurs portes

Enfin, la présidence du gouvernement a demandé en soirée aux ministères de l’Économie, de la Santé et de l’Industrie d’accélérer les formalités nécessaires à l’importation de respirateurs et de bonbonnes d’oxygène, alors qu’une grave pénurie provoque l’inquiétude dans le pays.


Au terme de cinq jours d’un bouclage total, précédé de quatre jours d’un bouclage partiel, les chiffres au compteur du Covid-19 poursuivent leur hausse vertigineuse, principalement en termes de mortalité. Le pays a en effet enregistré hier un nouveau record avec 53 décès, sachant que, depuis une semaine, ce bilan est en constante hausse avec une moyenne quotidienne de 40...

commentaires (6)

, Hamad Hassan, a annoncé dans la matinée avoir approuvé le premier versement de fonds destinés à plusieurs hôpitaux publics et privés qui traitent actuellement les patients souffrant du Covid-19, dans le cadre d’un prêt d’urgence de 40 millions de dollars octroyé au Liban par la Banque mondiale en avril dernier pour lutter contre la pandémie JE LIS BIEN OCTROYE EN AVRIL DERNIER ??? POUR LUTTER CONTRE LA PANDEMIE??? DONC ON A LAISSE CET ARGENT DEPUIS AVRIL 2020 EN CAISSE ET ON NE L'A PAS DONNE AUX HOPITAUX POUR SE PREPARER A CETTE PANDEMIE? MAIS QUI DIABLE GOUVERNE CE PAYS ? ON A ATTENDU QUOI?? PROBABLEMENT DE SAVOIR QUI PAIERA PLUS POUR LES OBTENIR N'EST CE PAS? LA VERITE UNE GUERRE POPULAIRE REELLE SE PREPARE CONTRE L'INCOMPETENCE ET LA MEDIOCRITE DE NOS DIRIGEANTS TOUS CONFONDUSPOUR NE PAS DIRE LEURS CRIMES ENVERS LA POPULATION BIENTOT ON SE REVEILLERA AU CRIS DE " AUX ARMES CITOYENS " ET QUE PERSONNE NE VIENNENT DIRE QUE CES DIRIGEANTS MERITENT MIEUX QUE CELA

LA VERITE

15 h 04, le 19 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • , Hamad Hassan, a annoncé dans la matinée avoir approuvé le premier versement de fonds destinés à plusieurs hôpitaux publics et privés qui traitent actuellement les patients souffrant du Covid-19, dans le cadre d’un prêt d’urgence de 40 millions de dollars octroyé au Liban par la Banque mondiale en avril dernier pour lutter contre la pandémie JE LIS BIEN OCTROYE EN AVRIL DERNIER ??? POUR LUTTER CONTRE LA PANDEMIE??? DONC ON A LAISSE CET ARGENT DEPUIS AVRIL 2020 EN CAISSE ET ON NE L'A PAS DONNE AUX HOPITAUX POUR SE PREPARER A CETTE PANDEMIE? MAIS QUI DIABLE GOUVERNE CE PAYS ? ON A ATTENDU QUOI?? PROBABLEMENT DE SAVOIR QUI PAIERA PLUS POUR LES OBTENIR N'EST CE PAS? LA VERITE UNE GUERRE POPULAIRE REELLE SE PREPARE CONTRE L'INCOMPETENCE ET LA MEDIOCRITE DE NOS DIRIGEANTS TOUS CONFONDUSPOUR NE PAS DIRE LEURS CRIMES ENVERS LA POPULATION BIENTOT ON SE REVEILLERA AU CRIS DE " AUX ARMES CITOYENS " ET QUE PERSONNE NE VIENNENT DIRE QUE CES DIRIGEANTS MERITENT MIEUX QUE CELA

    LA VERITE

    15 h 04, le 19 janvier 2021

  • DE MALHEUR EN MALHEUR LE PAYS ET LE PEUPLE SOUFFRENT ET LES MEMES CLIQUES MAFIEUSES SONT TOUJOURS AU POUVOIR. LA LIBERTE ET LES REFORMES NE S.OBTIENNENT PARTOUT DANS LE MONDE QUE PAR LA REVOLUTION POPULAIRE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 35, le 19 janvier 2021

  • AH SI SEULEMENT CETTE CRASSE POLITIQUE N'EXISTAIT PAS ! SI NOUS AVIONS DES RESPONSABLES DIGNES DE CE NOM ! NOUS AURIONS EU PRESQUE PAS A REDIRE D'UNE TELLE DECISION, LA SEULE CAPABLE DE COMBATTRE LA PANDEMIE. OUI LA SEULE. MAIS COMMENT FAIRE POUR VENIR EN AIDE AUX MILLIONS QUI EN ONT BESOIN ?

    gaby sioufi

    11 h 53, le 19 janvier 2021

  • Et si tout simplement on demandait aux personnes qui veulent/doivent sortir de passer un test PCR négatif, et d'avoir le certificat sur eux en cas de contrôle?

    Gros Gnon

    11 h 25, le 19 janvier 2021

  • Tout cela est politique bien sûr, puisque les "chiffres" en démontrent l'inutilité, l'on sait bien qui sont les donneurs d'ordres, libanais, réveillez vous!

    Je partage mon avis

    10 h 34, le 19 janvier 2021

  • Tous ceux qui gèrent la crise, sont en retard à ce qu'il fallait faire bien avant. Surtout le ministre de la santé, qui a tardé jusqu'à présent pour débloquer l'aide urgente aux hôpitaux. Le blocage total ne peut continuer avec 2 mesures : on retient ceux qui s'y conforment sans aucun soutien, en leur interdisant même de se nourrir, en fermant l'accès aux supermarchés, tandis que d'autres font ceux qu'ils veulent et aggravent les contaminations. Si la prolongation. on va se faire de la sorte, rares qui vont y adhérer. Pour ceux qui continuent à faire des propositions, qu'ils cessent leurs bavardages.

    Esber

    07 h 59, le 19 janvier 2021

Retour en haut