Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Raï : Il est honteux d'entamer la nouvelle année sans gouvernement

Les responsables politiques se comportent "comme s'ils n'étaient que des pions sur l'échiquier du Moyen-Orient et des grandes puissances", déplore le patriarche maronite. 

Raï : Il est honteux d'entamer la nouvelle année sans gouvernement

Le patriarche maronite Béchara Raï. Photo ANI

Le patriarche maronite Béchara Raï a estimé vendredi qu'il était "honteux" de commencer l'année 2021 sans que ne soit formé un nouveau gouvernement, regrettant que les responsables politiques chargés de cette mission se comportent "comme s'ils n'étaient que des pions sur l'échiquier du Moyen-Orient et des grandes puissances". Cette nouvelle admonestation du patriarche à la classe dirigeante a été lancée alors que depuis août et la démission du cabinet de Hassane Diab, le nouveau gouvernement n'a pas encore vu le jour.

"Aucun responsable politique, qu'il soit impliqué directement ou pas, n'a le droit de bloquer la formation du gouvernement pour régler des comptes ou pour ses propres intérêts, immédiats ou futurs", a déclaré le patriarche dans son homélie prononcée lors de la messe du Nouvel An à Bkerké.

"Deux mois et dix jours ont passé depuis la désignation (de Saad Hariri, ndlr) et le Liban se dirige rapidement vers l'effondrement total et la faillite", a-t-il regretté. Il a estimé que la responsabilité de mettre sur pied le cabinet est "plus forte et plus grande que celle des personnes qui ont détruit le port de Beyrouth, ravagé la moitié de la capitale et causé des centaines de morts innocentes", sachant que si cette responsabilité n'est pas assumée, c'est "le peuple tout entier et l'État qui en paieront ls prix". 

Retour au point de départ
"Il est honteux d'entamer l'année sans qu'un gouvernement ne soit formé et ne se consacre à sa mission", a encore déclaré le patriarche, qui a également qualifié de "honte" le fait que les personnes bloquant la formation du cabinet "agissent comme si elles n'était que des pions sur l'échiquier du Moyen-Orient et des grandes puissances". Pour certains observateurs, les responsables libanais attendent l'investiture du président américain élu Joe Biden pour que le cabinet voit le jour, sur fond de tensions entre les États-Unis et l'Iran. "Il faut que nous rappelions à la classe politique que la formation du gouvernement est leur premier devoir et qu'il est essentiel", a lancé Mgr Raï. 

Lire aussi

Les obstacles sont "nombreux mais surmontables", estime Salim Jreissati

"En cette occasion, nous réitérons que nous sommes engagés à trouver une solution à la cause libanaise, que cela passe par la volonté des Libanais eux-mêmes ou en coopération avec la communauté internationale et arabe", a ajouté le chef de l'Église maronite, qui a souligné la nécessité de créer "un État de droit dans lequel nous pourrons vivre ensemble, avec une seule armée nationale, une seule Constitution et un seul drapeau". 

Près de cinq mois après la démission du Premier ministre Hassane Diab, le 10 août dernier, dans la foulée de la gigantesque explosion du 4 août au port de Beyrouth, le Liban ne s'est toujours pas doté d'un nouveau gouvernement. Le cabinet sortant est chargé de la gestion des affaires courantes, alors que le pays est englué dans une série de crises socio-économique, politique, financière et sanitaire. Lors de sa désignation comme Premier ministre, le 22 octobre, Saad Hariri s'était engagé à former un cabinet de spécialistes indépendants. Mais il se heurte aux revendications des différentes formations politiques au sujet la distribution des portefeuilles. Il lui est notamment reproché par le chef de l'État et le parti fondé par ce dernier (le Courant patriotique libre, CPL) d'avoir promis au tandem chiite Amal-Hezbollah de pouvoir nommer leurs ministrables mais de refuser ce droit aux autres parties. Pour tenter de sortir de l'enlisement des tractations, le patriarche maronite avait lancé il y a deux semaines une initiative et rencontré dans ce cadre le chef de l'État, le Premier ministre désigné et une série de responsables, mais alors que l'optimisme prévalait avant Noël, il était retombé aussi rapidement, ce qui avait valu aux dirigeants une nouvelle salve de reproches de la part du chef de l'Église maronite. Les négociations sont depuis revenues au point de départ, Saad Hariri étant actuellement à l'étranger.


Le patriarche maronite Béchara Raï a estimé vendredi qu'il était "honteux" de commencer l'année 2021 sans que ne soit formé un nouveau gouvernement, regrettant que les responsables politiques chargés de cette mission se comportent "comme s'ils n'étaient que des pions sur l'échiquier du Moyen-Orient et des grandes puissances". Cette nouvelle admonestation du patriarche à la classe...

commentaires (5)

Monseigneur Hariri ne peut rien faire sans l'aval du Hezbollah ?????

Eleni Caridopoulou

18 h 33, le 02 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Monseigneur Hariri ne peut rien faire sans l'aval du Hezbollah ?????

    Eleni Caridopoulou

    18 h 33, le 02 janvier 2021

  • Mgr Raii devrait faire attention et ménager les politiciens... Mgr Sfeir avait bien été attaquer à Bkérké par des huberlus trop excités...mais, peut être que c'est le prix que paie les HEROS, comme Mgr Sfeir.

    Wlek Sanferlou

    15 h 28, le 02 janvier 2021

  • Si des politiques étaient présent à l'église, ils auraient tous applaudi à l'italienne, pour signifier que les propos du Prélat ne les concernent pas. Chacun d'eux laissant croire que la faute est toujours celle de l'autre. Il serait plus aisé de changer de peuple que de changer ses représentants !

    MGMTR

    12 h 24, le 02 janvier 2021

  • Raï : Il est honteux d'entamer la nouvelle année sans gouvernement Mgr , vous croyez en formant un gouvernement avec les memes acteurs les choses iront mieux ? , c est bien de faire des bons discours , il est temps d agir plutot et reclamer un changement radical , un etat moderne ,civil , loin des réligieux de tout bort ,interressers ,complices des politiques mafieux , le peuple libanais meritent mieux

    youssef barada

    11 h 21, le 02 janvier 2021

  • IL EST PLUTOT CRIMINEL !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    05 h 48, le 02 janvier 2021

Retour en haut