Rechercher
Rechercher

Incendies au Liban

Les hélicoptères de l'armée interviennent pour tenter d'éteindre les flammes

Le député Kassem Hachem, affilié au mouvement Amal de Nabih Berry, accuse Israël de provoquer des incendies dans les hameaux occupés de Chebaa.

Les hélicoptères de l'armée interviennent pour tenter d'éteindre les flammes

Vue aérienne des feux qui embrasent des espaces verts dans le Metn, au Liban, le 9 octobre 2020. Photo AFP

Au lendemain d'une triste journée marquée par une série d'incendies qui ont ravagé de nombreux hectares verts à travers le territoire, les hélicoptères de l'armée libanaise intervenaient dans le Akkar, au Liban-Nord, et dans le Metn, pour tenter de venir à bout des flammes, alors que le pays enregistre des températures très élevées par rapport à la norme, avec de forts vents chauds.

Des hélicoptères de l'armée ont notamment été déployés afin d'éteindre des feux dont les foyers étaient difficilement atteignables dans les forêts entourant les localités de Safinit el-Kaytaa et Bzal dans le Akkar, de Bater dans le Chouf et de Deir el-Haref et Ras el-Metn, dans le Metn, a indiqué la troupe dans un communiqué publié en fin de journée. 

Les feux de Jdaydet al-Kaytaa et Kaf al-Choumar, dans la région de Ouyoun el-Samak dans le Akkar, avaient eux été éteints dans la journée par les hélicoptères militaires.

Dans la région de Batroun, une très large superficie de terrains situés sur la côte de Selaata a également pris feu. Dans le Koura, la Défense civile luttait contre les flammes près de quelques habitations de la localité d'Amioun et dans des pinèdes et oliveraies de Wadi Fayeh. 

Des pins partis en fumée
Sur les hauteurs du Metn, la Défense civile, épaulée par les riverains, travaillait également sans relâche contre les incendies qui ont ravagé de nombreux arbres de pins, source importante de revenus pour les habitants.Un hélicoptère tentant d'éteindre un incendie sur les hauteurs du Metn, au Liban, le 10 octobre 2020. Photo ANI

Au sud de Beyrouth, à Maghdouché, les équipes de la Défense civile tentaient encore samedi de venir à bout des flammes. Encore plus au Sud, à la frontière avec Israël, un énorme feu ravageait des espaces verts dans le secteur de Fachkoul à l'intérieur du hameau occupé de Chebaa. Le député Kassem Hachem, affilié au mouvement Amal de Nabih Berry, a accusé Israël de provoquer ces incendies et appelé l'armée libanaise et la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) à intervenir.

La Békaa-ouest non plus n'a pas été épargnée par les flammes. Un feu d'envergure a ravagé des espaces verts à l'aube à l'entrée de la ville de Aïtanit, emportant avec lui des arbres fruitiers et des oliviers. La municipalité affirme que l'incendie est "d'origine criminelle". Dans la Montagne libanaise, du côté de Niha, Bater et Jezzine, les feux n'étaient toujours pas maîtrisés par endroits, malgré les efforts soutenus des secours.

"Situation insensée"
"La situation est insensée, les incendies sont partout", a déclaré à l'AFP le directeur des opérations à la défense civile libanaise, Georges Abou Moussa. Si la majeure partie des feux a été maîtrisée, certains incendies font toujours rage dans les régions du Chouf (sud) et du Akkar (nord), "difficiles à atteindre", selon M. Abou Moussa. "Le vent et la chaleur contribuent à la propagation des incendies", a-t-il ajouté sans pouvoir déterminer la cause de leur déclenchement.

Hier, des dizaines d'hectares sont partis en fumée en raison d'importants incendies qui se sont déclarés dans le Nord, le Sud, le Chouf et le Metn, favorisés par de forts vents chauds et des températures élevées. Une chute des températures actuelles est attendue dans les prochains jours, dans l'espoir que cela atténuera l'impact des incendies en cours.

L'ANI rapporte par ailleurs qu'un incendie dû à un court-circuit électrique avait ravagé une habitation de Haouchab dans le Akkar, sans toutefois faire de victime.

L'année dernière, des incendies encore plus importants avaient brûlé d'immenses espaces verts du pays, provoquant la colère de la population qui accusent les responsables de corruption et d'incompétence face à ce genre de catastrophes. Quelques jours plus tard, c'était une révolte populaire inédite qui éclatait le 17 octobre 2019, alors que le pays avait déjà entamé sa descente aux enfers, dans un contexte de grave crise économique et sociale.

"La Syrie brûle"
En Syrie voisine également, les feux se propageaient à grande vitesse, rapporte l'AFP. "La Syrie brûle", lit-on sur des images et vidéos circulant sur les réseaux sociaux, pendant que la télévision d'Etat syrienne diffuse depuis samedi matin des images des incendies qui s'étendent sur des centaines d'hectares. Trois personnes sont décédées depuis vendredi à Lattaquié, dans l'ouest de la Syrie, selon un nouveau bilan donné samedi par le ministère de la Santé qui a également recensé 70 cas de suffocation.

Vendredi soir, le ministre syrien de l'Agriculture, Mohamad Hassane Katna, avait indiqué sur une radio locale le déclenchement de plusieurs dizaines d'incendies, "dont 45 à Lattaquié, 33 à Tartous" (ouest) et d'autres à Homs (centre). "Nous sommes confrontés à la plus grande série d'incendies qui a jamais eu lieu dans la province de Lattaquié", ont déploré sur leur page Facebook les pompiers de la ville. Plusieurs familles ont fui les zones résidentielles situées non loin des incendies, selon les médias locaux. Selon l'agence officielle Sana, des habitations ont été incendiées dans la ville de Banias (Tartous). 


Au lendemain d'une triste journée marquée par une série d'incendies qui ont ravagé de nombreux hectares verts à travers le territoire, les hélicoptères de l'armée libanaise intervenaient dans le Akkar, au Liban-Nord, et dans le Metn, pour tenter de venir à bout des flammes, alors que le pays enregistre des températures très élevées par rapport à la norme, avec de forts vents...

commentaires (2)

QUELLE INEPTIE. ET QUI PROVOQUE LES INCENDIES DANS LES AUTRES REGIONS D,ISRAEL ? LE HEZBO ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 40, le 10 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • QUELLE INEPTIE. ET QUI PROVOQUE LES INCENDIES DANS LES AUTRES REGIONS D,ISRAEL ? LE HEZBO ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 40, le 10 octobre 2020

  • "... Le député Kassem Hachem, affilié au mouvement Amal de Nabih Berry, accuse Israël de provoquer des incendies dans les hameaux occupés de Chebaa. ..." -.- BRAVO! Bien vu. La connerie des locaux n’a rien à voir. C’est la faute de l’"autre". Fier d’être libanais!

    Gros Gnon

    14 h 02, le 10 octobre 2020