Rechercher
Rechercher

Économie

Calendrier macro-économique :

● Indice de confiance des consommateurs en septembre dans la zone euro (mardi 29 septembre) : l’indice de confiance des consommateurs de la zone euro a diminué en septembre pour tomber à -13,9 points, alors qu’il s’élevait à -14,7 points un mois plus tôt. Ce résultat est supérieur aux attentes du marché, mais reste cependant inférieur aux -11,1 points atteints en mars, soit avant les mesures de confinement décrétées afin de lutter contre la pandémie de coronavirus, qui a contraint les commerces à fermer leurs portes et la population à restreindre ses déplacements. En avril, cet indice a atteint son niveau le plus bas de l’année 2020, enregistrant -22 points. Au niveau de l’Union européenne, l’indice de confiance des consommateurs est toutefois inférieur à celui de la zone euro, s’établissant à -14,9 points en septembre.

● Inflation en Allemagne à fin septembre (mardi 29 septembre) : le taux d’inflation annuel en Allemagne est resté le même en août par rapport à la même période l’année passée, contre une baisse de 0,1 % le mois précédent. Les prix des services ont diminué de 1 % en août, contre -1,2 % en juillet, alors que les prix des biens ont eux connu une baisse de 1,3 % en août, contre -1,4 % un mois plus tôt. Les prix des denrées alimentaires ont également baissé, atteignant 0,7 % en août contre 1,2 % en juillet. Le Bundestag (Parlement allemand) a annoncé en juillet une réduction du paiement de la TVA jusqu’à la fin de l’année, faisant partie du plan de relance économique européen pour faire face aux conséquences des mesures de confinement décrétées pour enrayer la propagation du Covid-19. Le taux d’inflation mensuel s’est, lui, établi à -0,1 % durant le huitième mois de l’année, un taux équivalent au mois précédent.

● Contraction du PIB au Royaume-Uni en juin (mercredi 30 septembre) : l’économie britannique s’est contractée de 20,4 % en juin (deuxième trimestre de l’année) en glissement trimestriel, soit la plus grande récession jamais enregistrée depuis 1954. Ce résultat est en accord avec les prévisions des analystes qui tablaient sur une contraction de 20,5 %. Il s’agit de la deuxième contraction trimestrielle du PIB depuis le début de l’année (-2,2 % au premier trimestre) en raison des mesures de confinement décrétées pour contrer la pandémie de Covid-19. Le pays entre ainsi en récession. La baisse de la consommation des ménages de 23,1 % est responsable de plus de 70 % de la baisse du PIB britannique. Les dépenses publiques sont également en baisse de 14 %. Malgré tout, les importations ont plus diminué que les exportations. En glissement annuel, le PIB britannique s’est contracté de 21,7 %, la plus grande contraction depuis 1956.

● Contraction du PIB des États-Unis en juin (mercredi 30 septembre) : l’économie des États-Unis s’est contractée de 31,7 % en juin (deuxième trimestre de l’année) en glissement annuel, soit la plus grande récession jamais enregistrée, plongeant ainsi la première puissance mondiale en récession, le premier trimestre ayant connu lui aussi une contraction du PIB en glissement annuel de -5 %, en raison des mesures de fermeture des commerces pour lutter contre la propagation du coronavirus. La Banque centrale américaine (la Fed) a elle estimé que le PIB des États-Unis allait se contracter de 6,5 % en 2020.



● Indice de confiance des consommateurs en septembre dans la zone euro (mardi 29 septembre) : l’indice de confiance des consommateurs de la zone euro a diminué en septembre pour tomber à -13,9 points, alors qu’il s’élevait à -14,7 points un mois plus tôt. Ce résultat est supérieur aux attentes du marché, mais reste cependant inférieur aux -11,1 points atteints en mars, soit...

commentaires (0)

Commentaires (0)