Rechercher
Rechercher

Gouvernement

L’isolement du tandem chiite s’accentue

Le CPL critique l’attitude du binôme Amal-Hezbollah concernant le ministère des Finances.

L’isolement du tandem chiite s’accentue

Les quatre ex-Premiers ministres réunis à la Maison du Centre le 22 juin 2020. Photo d’archives/ Dalati et Nohra

Au-delà du bras de fer sunnito-chiite qui se joue au niveau de la formation du gouvernement, l’isolement du tandem chiite, en particulier du Hezbollah, s’accentue à mesure que l’on tarde à former la nouvelle équipe ministérielle. Ce ne sont plus uniquement les adversaires du parti chiite qui critiquent son attitude en matière de formation du cabinet. Ses alliés le font aussi. Sans que, pour l’instant, la position du tandem concerné n’en soit modifiée.

Trois semaines après la nomination de Moustapha Adib pour former un gouvernement de « mission » tel que voulu par le président français, Emmanuel Macron, le tandem chiite n’en finit pas de lui compliquer la tâche en insistant pour conserver le portefeuille des Finances. C’est ce qui explique l’immobilisme des tractations gouvernementales. Et c’est ce qui a poussé le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à s’en prendre avec virulence hier aux formations chiites, les accusant de « paralyser » le pays.

Dans son homélie dominicale, le chef de l’Église maronite s’est posé la question de savoir « en quelle qualité une communauté réclame un ministère déterminé, comme s’il lui appartenait, et bloque la formation du gouvernement pour obtenir gain de cause, provoquant de la sorte une paralysie politique et des dommages aux niveaux économique, financier et social ».

Réitérant son appui au Premier ministre désigné, Mgr Raï l’a appelé à « se conformer à la Constitution et à former le gouvernement attendu par les Libanais et la communauté internationale ». « Il ne faut pas se plier aux conditions posées, retarder la naissance du cabinet ou se récuser. (…) En dépit de toutes les anomalies constatées, le système libanais reste démocratique et parlementaire (…). Formez votre équipe et laissez le jeu parlementaire prendre son cours. Vous n’êtes pas seul. »

Lire aussi

Raï à Adib : « Foncez, vous n’êtes pas seul »

Ces propos surviennent alors qu’il est depuis quelques jours question d’une récusation du Premier ministre désigné face au nœud constitué par le ministère des Finances. Il semble d’autre part que la cellule de crise française chargée du dossier libanais l’ait aussi poussé à patienter. La position chiite, soutenue par les autorités religieuses de cette communauté, dérange de plus en plus le Courant patriotique libre, allié traditionnel du Hezbollah. À l’heure où les rapports entre les deux partis passent par de sérieuses secousses liées à la gestion des dossiers locaux, le comité politique du CPL s’en est pris samedi sans les nommer aux deux formations chiites. Dans un communiqué, le comité a exprimé son refus de voir « une partie imposer son contreseing aux Libanais d’une manière étrangère à la Constitution et aux coutumes en vigueur ». Le chef du CPL, Gebran Bassil, avait, lors de sa dernière conférence de presse, le 13 septembre, mis en garde contre les conséquences d’une telle démarche qui pourrait selon lui mener au système de la répartition par tiers (tiers chrétien, tiers sunnite et tiers chiite) en lieu et place de la parité islamo-chrétienne consacrée par l’accord de Taëf. Pour parer à ce problème, le CPL a proposé d’attribuer les portefeuilles régaliens aux alaouites, druzes, Arméniens et minorités chrétiennes.

Comme pour faire bonne mesure, le CPL s’en est pris également aux anciens Premiers ministres sunnites, qu’il a accusés, tout comme le Hezbollah, de se cacher derrière M. Adib et « d’imposer aux Libanais les noms de tous les ministrables », non sans rappeler que le camp en question ne dispose pas d’une majorité parlementaire. Il s’agit là d’une critique adressée à la détermination du Premier ministre, appuyé par ses prédécesseurs, à choisir les membres de son équipe, contrairement à la volonté du 8 Mars. Celui-ci presse pour que les formations politiques choisissent leurs représentants au sein du cabinet.

Le décryptage de Scarlett Haddad

L’attitude de Hariri au sujet du portefeuille des Finances, une énigme pour Amal et le Hezbollah

Mais les anciens Premiers ministres n’en démordent pas. Pour eux, il revient au chef du gouvernement désigné de former son équipe et d’en choisir les membres. Une position qu’ils ont réitérée au lendemain d’une réunion tenue vendredi à la Maison du Centre. « Nous incitons le chef du gouvernement désigné à s’attacher à ses prérogatives pour mettre sur pied une équipe ministérielle le plus rapidement possible, en concertation avec le président de la République et conformément aux règles constitutionnelles », peut-on lire dans un communiqué publié samedi.

La pression internationale
Face à cette impasse, Michel Aoun ne compte pas rester les bras croisés. Selon notre correspondante à Baabda, Hoda Chédid, il s’exprimerait aujourd’hui autour de l’impasse gouvernementale. On ne sait pas, en revanche, si M. Adib doit se rendre ce lundi au palais présidentiel pour annoncer sa récusation. Une des solutions envisagées à ce stade serait de confier le ministère des Finances à un chrétien relevant du bloc du président de la Chambre, Nabih Berry.

D’autre part, le président Aoun avait proposé samedi à Mohammad Raad, chef du bloc parlementaire du Hezbollah, qu’il avait reçu à Baabda, de nommer lui-même un ministre chrétien aux Finances, dont il se porterait garant. Mais M. Raad s’était montré intraitable.

Lire aussi

Pourquoi les chiites tiennent tant au ministère des Finances


En attendant d’y voir plus clair, la pression internationale est maintenue. Le Groupe international de soutien (GIS) au Liban a appelé samedi les autorités libanaises à former « rapidement un gouvernement efficace et crédible, capable de mener des réformes essentielles pour répondre aux défis auxquels fait face le Liban et aux aspirations et besoins légitimes du peuple libanais ». « Les responsables libanais doivent agir pour répondre aux différents besoins du Liban, a plaidé le GIS dans un communiqué. Ils doivent le faire de manière décisive dans un esprit de responsabilité, en donnant la priorité à l’intérêt national. »


Au-delà du bras de fer sunnito-chiite qui se joue au niveau de la formation du gouvernement, l’isolement du tandem chiite, en particulier du Hezbollah, s’accentue à mesure que l’on tarde à former la nouvelle équipe ministérielle. Ce ne sont plus uniquement les adversaires du parti chiite qui critiquent son attitude en matière de formation du cabinet. Ses alliés le font aussi....

commentaires (11)

Pourquoi vous ne faites pas venir un libanais de l'étranger qui n'est dans aucun parti?

Eleni Caridopoulou

18 h 22, le 21 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Pourquoi vous ne faites pas venir un libanais de l'étranger qui n'est dans aucun parti?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 22, le 21 septembre 2020

  • Il est faux de répéter "le tandem chiite"... Car les chiites libanais sont mal représentés par ces deux partis politiques sous la guise du chiisme. Ils ont truqué les frères et sœurs chiites pour les éloigner de leurs vrais racines et les manipuler pour leurs propres intérêts et pour diviser le Liban pour le plaisir de l'Iran, la Syrie et surtout Israël. C'est le tandem hezbiote ou amaliote ou amti-unité mais sûrement pas chiite!!

    Wlek Sanferlou

    14 h 46, le 21 septembre 2020

  • LE PM ADIB DOIT ALLER A BAABDA ET PRESENTER SON CABINET COMME FORME PAR LUI D,INDEPENDANTS COMME PROMIS ET QUE AOUN L,ACCEPTE OU LE REFUSE ET QUE LE PARLEMENT LUI DONNE CONFIANCE OU LA LUI REFUSE. QUE LE JEU DEMOCRATIQUE SOIT SUIVI ET QUE CHACUN SOIT RESPONSABLE DE SON ATTITUDE DEVANT TOUT LE PEUPLE LIBANAIS APPAUVRI ET AFFAME. POINT D,AUTRE ALTERNATIVE. J,AI LA MAUVAISE IMPRESSION QUE LE TANDEM DU DIABLE POUSSE LE PAYS VERS UNE GUERRE CIVILE COMME IL EN MENACE DANS TOUS SES DISCOURS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 34, le 21 septembre 2020

  • Monsieur Adib doit refuser que l’annonce de son gouvernement soit bloqué au palais présidentiel et il doit exiger de Aoun de lui donner le feu vert pour le proposer au parlement pour le vote de confiance. Ce jeu de Aoun qui consiste à bloquer dans ses murs l’annonce du gouvernement au parlement n’est qu’un jeu pour sauver son gendre d’être dévoiler au cas où il serait obligé de tenir sa parole vis à vis des américains à qui il a promis de ne plus collaborer et la punition du HB si jamais il oserait donner son accord au futur Gouvernement. Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures. C’est clair comme de l’eau de roche. Voilà pourquoi Mgr. Raï a dû dans son homélie du dimanche parler aussi du camp chrétien qui sabote toute solution. Cela aurait empêché les dignitaires chiites de parler de communauté et de guerre de confession. Il faut appeler les choses par leur nom et désigner tous les coupables de la destruction de ce pays quelque soit leur religion pour enfin arriver à parler d’union sacrée du peuple de ce pays.

    Sissi zayyat

    10 h 36, le 21 septembre 2020

  • Je ne comprends pas cette expression : "l’immobilisme des tractations gouvernementales". Ces "tractations " n'ont absolument pas lieu d'être. Que le premier ministre désigné forme son équipe et, après avoir obtenu la signature du président, la présente à la Chambre. D'ici là, les partis n'ont aucun droit d'intervenir. Du moins, c'est ce que prévoit la Constitution ... mais qui s'en soucie ?

    Yves Prevost

    09 h 54, le 21 septembre 2020

  • Donc le CPL n'est ni pour, ni contre . Bien au contraire ! a force de vouloir jouer les équilibristes ils vont faire un grand-ecart au dessus du vide ! Vite, des elections legislatives !

    Lebinlon

    09 h 50, le 21 septembre 2020

  • L’isolement du tandem chiite s’accentue... qui aboutira à l'isolement du pays tout entier. Est-ce un calcul supplémentaire du "tandem"?

    Sybille S. Hneine

    09 h 23, le 21 septembre 2020

  • Le Président fort s’est vu refuser par un simple parlementaire une proposition que le Président fort cautionnait personnellement. La force est toute relative en fonction des interlocuteurs. Au fait, la vrai force semble être aux mains de ceux qui possèdent les armes. Ainsi la milice appelé police du parlement est plus forte que les manifestants pacifiques parce que elle possède et utilise des armes. . De même la milice qui s’appelle résistance est plus forte que les autres bords politiques car elle possède des armes qu’elle a utilisé en interne en 2008 et menace à nouveau de les utiliser. La donne est donc très simple, ou bien Adib accepte le chantage du tandem chiite ou bien il ne pourra pas former un gouvernement

    Liberté de Penser

    08 h 23, le 21 septembre 2020

  • "...confier le ministère des Finances à un chrétien relevant du bloc du Président de la chambre, Nabih Berry..."...donc, derrière le paravent "chrétien" on retrouverait encore et toujours Berry !? Messieurs, heureusement que votre entêtement ridicule ne tue pas ! Par contre...il anéantit le pays tout entier, on vous dit un grand M E R C I !!!! - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 32, le 21 septembre 2020

  • La proposition de Aoun est aussi anticonstitutionnelle que celle de Berry et Nasrallah: ce n'est pas aux chefs de partis à nommer les ministres, mais au premier ministre. Quant à l'appartenance communautaire, on s'en fiche. Le ministre des finances peut être chiite, maronite ou protestant: on s'en fiche! tout ce qu'on veut, c'est qu'il soit compétent, intègre et INDEPENDANT.

    Yves Prevost

    07 h 00, le 21 septembre 2020

  • MAIS ARRÊTEZ AVEC VOTRE CUISINE, ENFIN!

    Gros Gnon

    03 h 55, le 21 septembre 2020