Rechercher
Rechercher

Focus

Le grand écart réussira-t-il à Gebran Bassil ?

Même si le chef du CPL s’est récemment démarqué du Hezbollah sur des sujets internes et externes, son alliance avec le parti pro-iranien n’est pas en cause, selon plus d’un analyste.

Le grand écart réussira-t-il à Gebran Bassil ?

L’ancien ministre Bassil s’est adonné à un véritable exercice d’équilibriste lors de sa conférence de presse, dimanche dernier. Photo d’archives ANI

La dernière conférence de presse de Gebran Bassil, ancien ministre des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, dimanche dernier, a constitué un véritable exercice d’équilibriste. Il y a lancé des messages dans plusieurs directions, évoquant des sujets sur lesquels il a semblé se démarquer de son principal allié, le Hezbollah. Il a ainsi critiqué la visite du chef du Hamas Ismaïl Haniyé au Liban, estimant qu’elle « augmente la menace sur la souveraineté du pays et son unité » ; il a évoqué le retrait du Hezbollah de Syrie, en tenant des propos favorables à la neutralité prônée par le patriarche maronite et rejetée par les milieux du Hezb ; il s’est prononcé en faveur de la démarcation des frontières avec Israël et a encore ressorti la question de la stratégie de défense…

Beaucoup y ont vu un repositionnement effectué par celui qui est considéré comme l’homme fort du mandat Michel Aoun, à la lumière des dernières sanctions américaines contre deux autres anciens ministres de son camp, Ali Hassan Khalil (Amal) et Youssef Fenianos (Marada). Et selon des sources concordantes, de nouvelles sanctions à venir pourraient toucher des personnalités de son entourage ou même le viser personnellement, ce qui expliquerait ce changement. Mais s’agit-il véritablement d’un repositionnement et jusqu’où peut-il aller ?

Lire aussi

Ultimes tentatives pour sauver l’initiative française

S’il y a un point sur lequel tous les analystes interrogés convergent, c’est que le chef du CPL se trouverait actuellement dans une posture difficile. Selon des analystes ayant requis l’anonymat, Gebran Bassil, qui croyait son avenir assuré du fait de son accord avec l’ancien Premier ministre Saad Hariri et son alliance avec le Hezbollah – qui lui conféraient une couverture autant sunnite que chiite–, a perdu un appui important de par son éloignement du chef du courant du Futur. Par ailleurs, ses mauvaises relations avec certaines factions de son camp, telles que le mouvement Amal et les Marada, ainsi qu’avec le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt et la majorité des autres partis chrétiens, l’isolent aujourd’hui sur la scène interne. Un isolement accentué par le mouvement de contestation du 17 octobre, qui l’a particulièrement pris pour cible. Les sanctions américaines – imposées à des personnalités proches du Hezbollah – sont venues compliquer encore davantage sa situation.

Une alliance « solide »

Cette situation menace-t-elle toutefois dans le fond l’alliance de Gebran Bassil avec le Hezbollah ? Beaucoup pensent que le parti chiite comprend les difficultés que traverse son allié et ne se formalise pas de cette « distanciation » dont il fait preuve, tant que le fond de la collaboration politique reste inchangé. « Gebran Bassil fait face à de nombreux défis internes et externes, souligne Kassem Kassir, analyste politique proche de la ligne du Hezbollah. C’est ce qui explique ce nouveau langage et cette nouvelle position qu’il affiche. Toutefois, je pense que le Hezbollah comprend ces difficultés, et je suis convaincu que l’alliance est solide et devrait se maintenir. » L’analyste estime cependant qu’après tant d’années, le texte de l’accord de Mar Mikhaël (du nom de l’église où il a été conclu en 2006, signé par l’actuel président Michel Aoun et le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah) doit faire l’objet d’un dialogue, afin de l’adapter à tous les développements qui ont eu lieu depuis.

Dans la presse, les milieux dits du 8 Mars ne se privent toutefois pas de critiquer M. Bassil, l’accusant même, dans certains articles, d’être pratiquement sorti de cet accord. « Les forces du 8 Mars sont devenues très diverses, affichant souvent des opinions radicalement différentes, et M. Bassil n’y compte pas que des amis, explique M. Kassir. Mais, selon moi, ce son de cloche n’est pas conforme à la réalité, l’accord de Mar Mikhaël tient toujours. »

« Objectif : isoler le Hezbollah »

Le chercheur et analyste politique Makram Rabah rappelle pour sa part que « ce n’est pas la première fois que Gebran Bassil se démarque de ses alliés par ses propos ». « Généralement, il le faisait pour des objectifs internes, comme pour pousser à la réalisation de projets qui lui tiennent à cœur, poursuit-il. Mais, cette fois, il a évoqué des sujets plus polémiques comme l’application de la résolution 1701 ou le retour du Hezbollah de Syrie (où le mouvement chiite est impliqué dans la guerre aux côtés du régime syrien depuis des années, NDLR). Or les États-Unis savent bien qu’il n’a aucune influence sur ces sujets-là. »

Lire aussi

Un cabinet ou un saut dans l’inconnu ?

Selon le chercheur, ce serait dès lors la crainte légitime des sanctions qui pourraient le frapper – ou des personnes de son entourage – qui expliquerait ce revirement. Un revirement en paroles seulement, qui ne modifie pas en profondeur la nature de l’alliance entre les deux partis, ajoute-t-il. « Il faut savoir que les Américains mènent aujourd’hui leurs actions visant à limiter l’influence du Hezbollah, indépendamment des acteurs locaux qui sont tous obligés de s’asseoir à la même table que lui, même s’ils lui sont hostiles, ajoute Makram Rabah. C’est d’autant plus le cas de Gebran Bassil qui, pour les États-Unis, a grandement facilité la mainmise du Hezbollah sur le pays. » L’ancien ministre pourrait-il se sortir d’affaire en se démarquant ainsi dans ses propos? M. Kassir pense que « les sanctions imposées par les Américains ne sont l’écho que de leurs propres calculs : leur objectif est d’isoler le Hezbollah sur la scène interne, et les prises de position de M. Bassil n’y changeront pas grand-chose ». Certaines sources interrogées pensent que M. Bassil aurait, dans son viseur, un accord qui serait conclu, à terme, entre les États-Unis et l’Iran. « La région a énormément changé et, avec les accords de paix conclus entre plus d’une nation arabe (Émirats arabes unis et Bahreïn) et Israël récemment, le rôle du Liban est marginalisé, estime pour sa part Makram Rabah. Par conséquent, même en cas de victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, on ne peut s’attendre à ce qu’il mène la même politique que Barack Obama, notamment vis-à-vis de l’Iran. Je pense qu’ils tentent tous de gagner du temps, M. Bassil inclus. »


La dernière conférence de presse de Gebran Bassil, ancien ministre des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, dimanche dernier, a constitué un véritable exercice d’équilibriste. Il y a lancé des messages dans plusieurs directions, évoquant des sujets sur lesquels il a semblé se démarquer de son principal allié, le Hezbollah. Il a ainsi critiqué la visite du...

commentaires (12)

I knew of this guy when I was still in school in Lebanon in the late 1980s. I probably knew of him before anybody ever heard of him. I can assure you he doesn’t have the intellect, class and presence of a statesman. He was vulgar and few paid even attention to him. His actions in the last 10 years have gradually and directly contributed to where we are today. He is and should be finished. Best he deserves is to be a mokhtar or councilman for the town of Batroun.

hrychsted

00 h 08, le 18 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • I knew of this guy when I was still in school in Lebanon in the late 1980s. I probably knew of him before anybody ever heard of him. I can assure you he doesn’t have the intellect, class and presence of a statesman. He was vulgar and few paid even attention to him. His actions in the last 10 years have gradually and directly contributed to where we are today. He is and should be finished. Best he deserves is to be a mokhtar or councilman for the town of Batroun.

    hrychsted

    00 h 08, le 18 septembre 2020

  • Bouffon bouffi d'orgueil et de cupidité.

    Je partage mon avis

    22 h 31, le 17 septembre 2020

  • BEAU-PERE ET GENDRE ESSAIENT DE SAUVER LEUR PEAU. TRUMP, LES SANCTIONS SVP AU PLUS VITE CONTRE TOUTES LES CLIQUES QUI GOUVERNENT ET LES MERCENAIRES QUI EXPLOITENT CE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 16, le 17 septembre 2020

  • Il est incompétent depuis les bancs de l ecole et l uni, il n’est rien, des que Aoun partira, il redeviendra a sa taille( de zéro), sauf si le Hezbolla l utilisera encore

    Jack Gardner

    14 h 11, le 17 septembre 2020

  • he should go hide in his wonderful big house in london just to take some vacations until he will be the next president of lebanon ....

    Souraya Fakhoury

    12 h 25, le 17 septembre 2020

  • Le Gibran apprend vite de ses tuteurs. Il fait des déclarations pour se distancer de ses alliés et demande à son beau père de bloquer derrière. C’est le rôle que HN a joué avec son binôme Berry. Il prend les américains pour des amateurs et compte ainsi échapper à leurs sanctions grace à son tour de passe passe. N’est pas bête politique qui veut. Ce qu’il ignore c’est que les américains ont une liste longue comme un bras sur ses agissements et ne se laissent pas influencé par une fausse repentance née soudainement comme par hasard pour leur montrer sa bonne foi et se racheter momentanément en attendant que la tempête passe. Ils savent que c’est un scénario bien écrit pour les rouler dans la farine. Personne n’aimerait être à sa place actuellement car quoiqu’il fasse il se retrouve au pied du mur et il subira le retour du boum rang en laine gueule. Il a joué avec le feu on verra s’il est capable de subir les conséquences des brûlures qui promettent d’être létales. On ne badine pas avec la souveraineté de son pas contre des intérêts personnels. C’est la morale de l’histoire.

    Sissi zayyat

    10 h 53, le 17 septembre 2020

  • est-ce que M Bassil est encore audible ? qui écoute sérieusement ce qu'il dit ? est-il besoin d'analyser ses discours-girouettes ? Pas sur.

    Lebinlon

    09 h 35, le 17 septembre 2020

  • Les sanctions vont quand même tomber. Ces sanctionnés vont passer leurs vacances en Iran où il y a de très beaux sites à visiter. Côté shopping ça sera un peu plus triste. Quant à se baigner sur les belles plages, le burkini va si bien à ces dames qu’elles en seront ravies, un peu moins pour le bronzage certes

    Liberté de Penser

    07 h 54, le 17 septembre 2020

  • Un véritable microbe, ce bacille...

    Gros Gnon

    07 h 26, le 17 septembre 2020

  • LE PLUS HAI DANS LE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 00, le 17 septembre 2020

  • A force de retourner la veste, celle-ci va craquer, il ne restera plus que le pantalon a retourner !

    Aboumatta

    04 h 20, le 17 septembre 2020

  • Viendra le jour où Bassil va réaliser que le shopping que son épouse fait: c’est en europe et USA, Non en Iran ou à Damas ou Ghaza. Les partisans et responsables Aounisto CPL vont réaliser. Un jour qu’ils ne pourront p’us passer des vacances en occident..A quoi aurait servi toute la fortune amassée par les uns et les autres? Si leur fric était gelé ou confisqué ? Mme et M qui vivent au kesrouane, Metn ou achrafieh boivent alcool et participent aux diverses activités artistiques, de Miss, de show et danses etc.. rien à voir avec la mentalité islamiste rigoriste du Hezbollah..A ce jour, ils ne voyaient que la rigueur wahabite oubliant que le khomeynisme occupait le pays et étendait son idéologie. Macron et Trump sont là pour le leur rappeler

    RadioSatellite.co

    01 h 03, le 17 septembre 2020