Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Il n’y aura ni changement ni réforme sans changement de la classe dirigeante

Aucun changement et aucune réforme ne se produiront tant que ce régime perdurera et tant qu’il ne sera pas écourté. Également, aucun changement et aucune réforme ne se produiront tant que le Parlement existera toujours avec sa loi électorale. Aucun changement et aucune réforme ne se produiront tant que le régime et le Parlement perdureront ! Au contraire, la situation s’aggravera car la classe dirigeante est le symbole de la corruption qui était soutenable avant la guerre civile, mais qui ne l’est plus après la guerre civile chaude et la guerre civile froide que nous vivons maintenant et qui rend les choses pires à tous les niveaux. La classe dirigeante continuera d’aller de mal en pis…

Cette classe dirigeante empêche toute tentative de réforme incompatible avec sa mentalité féodale, sa culture et son éducation, amenant ainsi le pays dans l’abîme !

Cette classe dirigeante qui s’est fortement accrochée au pouvoir a nommé plus de cinquante mille fonctionnaires, partisans de ses partis politiques, qui n’ont pas de fonctions à remplir et qui d’ailleurs n’ont pas de place dans les ministères et institutions. Ces fonctionnaires n’ont pas les qualifications nécessaires, mais une loyauté envers la classe politique. En outre, ils sont défendus par le Hezbollah qui a bâti un État dans l’État, ayant tout ce qu’un État possède comme pouvoir civil et militaire, et dont le renversement ne saurait se faire par des manifestations ou des sit-in, vu qu’il est capable de mobiliser sa propre rue et qu’il possède un arsenal pouvant le protéger et entraver le risque d’être délogé du pouvoir de façon démocratique.

Aucune des réformes requises ne se produira pour restituer à l’État sa pleine et entière souveraineté et pour que le Liban retrouve sa place politique, diplomatique et internationale !

Les nominations judiciaires resteront gelées ! La loi votée par le Parlement pour établir le mécanisme de nomination des fonctionnaires, notamment ceux de première catégorie, fondé sur la compétence et l’intégrité, a été abrogée par le Conseil constitutionnel qui a été nommé par cette classe dirigeante afin de la protéger. Le conseil d’administration d’Électricité du Liban restera consultatif, il n’émettra pas des décisions et ne mettra pas en œuvre des plans, mais uniquement des recommandations, et la classe dirigeante, seule, décidera.

Le conseil de la Fonction publique, l’Inspection centrale et la Cour des comptes demeureront sans fonctions et leurs décisions resteront lettre morte. Par contre, les décisions de la classe dirigeante, qui sont en violation de la loi, seront mises en vigueur. Le département des adjudications effectuera son travail de manière optimale, mais le cahier des charges des adjudications et le prix des adjudications n’auront aucune valeur si ces adjudications passent par ledit département. L’adjudication s’effectuera et son résultat sera écarté ; elle sera exécutée par des entrepreneurs associés aux partis politiques, donc tout à fait le contraire de l’État de Fouad Chéhab! C’est l’État des milices, l’État dans l’État bâti par le Hezbollah et l’État de Mizyara ! La classe dirigeante de la guerre civile ne recevra pas d’aide financière, ni du Fonds monétaire international, ni des États arabes et ni de la communauté internationale !

Rien ne sera plus utile que de déraciner par la force cette classe dirigeante ! Donc, le changement et la fin de la famine, du chaos et de l’obscurité nécessitent des hommes et des armes ! C’est ce qui s’est produit les derniers jours du mandat de Camille Chamoun, lorsque la chute du trône irakien et du pacte de Bagdad a provoqué la chute de la classe politique soutenant Camille Chamoun. Fouad Chéhab fut alors choisi comme président de la République par l’Amérique et Abdel Nasser. C’est ainsi que la construction d’un pays civilisé et moderne a débuté.

Donc, nous nous attendons à des événements historiques dans la région, à l’instar de ceux qui ont eu lieu lors de la chute du trône irakien. L’Iran est faible mais prêt à être le point de changement comme l’était la chute du trône irakien. La guerre entre l’Iran et l’Amérique est semblable à celle qui sévissait entre Abdel Nasser et l’Amérique à l’époque du pacte de Bagdad.

La position de l’Iran ressemble exactement à celle qui avait caractérisé la chute du trône irakien et du pacte de Bagdad ! À l’époque, Nouri al-Saïd avait considérablement étendu ses horizons vers la Syrie, le Liban et la Jordanie. Cependant, la chute de Nouri al-Saïd avait généré la chute de Camille Chamoun.

Les circonstances que vit la région mettent en avant et rappellent la chute de Nouri al-Saïd et celle de la classe dirigeante corrompue.

Nous abandonnerons la bougie et la lumière jaillira au Liban. Le Liban redeviendra le point de mire de l’Orient. La classe corrompue sera renversée et les cinquante mille fonctionnaires inutiles seront licenciés ! Les autres deviendront productifs et le gaspillage et la corruption qui sévissent dans le pays s’arrêteront. Le Hezbollah sera dissout et la communauté chiite retrouvera sa fierté et se purifiera.

Le Liban redeviendra… le Liban !

Avocat

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Aucun changement et aucune réforme ne se produiront tant que ce régime perdurera et tant qu’il ne sera pas écourté. Également, aucun changement et aucune réforme ne se produiront tant que le Parlement existera toujours avec sa loi électorale. Aucun changement et aucune réforme ne se produiront tant que le régime et le Parlement perdureront ! Au contraire, la situation s’aggravera...

commentaires (1)

lecons -pas encore apprises - : 1-compter sur l'etranger qui qu'il soit,ses interets changent et donc ne sont pas tjrs dans notre interet . 2-ceci dit et appris pour de bon, Interdiction Absolue a n'importe quel officiel libanais, de ttes categories et "genres" de rencontrer des representants de pays etrangers chez eux- N'IMPORTE QUEL PAYS- a moins d'etre delegue par le gouv.

gaby sioufi

11 h 46, le 07 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • lecons -pas encore apprises - : 1-compter sur l'etranger qui qu'il soit,ses interets changent et donc ne sont pas tjrs dans notre interet . 2-ceci dit et appris pour de bon, Interdiction Absolue a n'importe quel officiel libanais, de ttes categories et "genres" de rencontrer des representants de pays etrangers chez eux- N'IMPORTE QUEL PAYS- a moins d'etre delegue par le gouv.

    gaby sioufi

    11 h 46, le 07 août 2020