Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Pas de vacances au Liban cet été !

Bien que je l’attendais, cette phrase a eu un effet de choc pour moi quand je l’ai entendue de mes parents.

Eh oui, mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Tout le monde connaît le corona, oui ? Ce virus contagieux originaire de Wuhan en Chine. À cause (ou grâce à, ça dépend si vous êtes élève, parent ou enseignant) de ce virus, les écoles et universités et bien plus de secteurs ont dû continuer avec des cours (et du travail) en ligne. Beaucoup de pays ont vu une baisse dans l’économie, les travaux ont été suspendus, des gens ont perdu leur boulot et tous les voyages ont été annulés.

Bien sûr, il y a quelque chose de positif en tout, et les bonnes nouvelles selon moi sont :

• Le fait que la couche d’ozone se rétablit

• Il y a moins de pollution

• Et plus d’aide des pays développés aux moins développés.

Cependant, les mauvaises nouvelles sont aussi au rendez-vous comme :

• Le grand nombre de morts

• La chute de l’économie de certains pays

• La perte de métiers

• L’impuissance de la science devant cette pandémie.

Encore pire pour le Liban :

Avant le Covid-19, le Liban était déjà en révolution contre son gouvernement et son système économique. Même avec le rejet de mes parents de parler de politique libanaise, selon eux, il n’y a rien à apprendre des hommes politiques libanais sauf peut-être comment défaire un pays. J’étais attiré par le fait que mes copains d’enfance aussi jeunes que moi participaient à cette révolution. Mon amour et ma fierté d’être libanais n’ont fait que grandir.

Malheureusement, ce mouvement a aussi souffert après le début de la pandémie. Le Liban commence à vivre dans un climat de pauvreté et la livre libanaise s’affaiblit de manière inquiétante (oui, j’ai commencé à regarder les nouvelles durant ce confinement).

Au Liban, il y avait des coupures d’électricité mais maintenant elles sont beaucoup plus fréquentes et longues. Malgré tout cela, comme tout le monde, je veux que ce virus se termine car je veux revenir au Liban, voir ma famille, faire des randonnées avec mes amis, voir la beauté des forêts, ma maison de montagne où on dînait en famille, les lieux historiques comme les musées et Baalbeck, les concerts comme celui de Kendji Jirac. C’est la parfaite balance entre lieux antiques et modernes. Même les coupures d’électricité me manquent (mais pas quand elles me font perdre tout le progrès dans mes jeux vidéo) ! Je ne peux que rêver de toutes les aventures et visites que je pourrais faire après la fin de ce virus.

Cette dernière semaine, j’ai vu passer sur YouTube des vidéos qui encourageaient les Libanais à quitter leur pays et ça m’a fait mal au cœur. Bien que j’aie grandi à l’étranger, je me rappelle ne jamais avoir manqué une fugue en famille pour un week-end de ski au Liban, ou pour n’importe quelle excuse, et surtout les grandes vacances d’été. Ce que je peux faire en un jour au Liban, j’ai besoin d’une semaine pour le faire ailleurs, et cela malgré les embouteillages !

Ce n’est pas la situation actuelle qui va m’empêcher de revenir et d’en rêver, et peut-être un jour pour de bon.

Comme mes parents le disent, ce que les politiciens libanais ont réussi à faire est de retarder notre retour, mais ils ne réussiront jamais à nous empêcher de revenir ! Pour moi, c’est vital de pouvoir y retourner, et le plutôt possible, car peu importe ce qui se passe au Liban, c’est ma patrie et rien au monde ne me pousserait à la trahir. Alors, les vacances au Liban ? Ce n’est que partie remise !

(12 ans)

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Bien que je l’attendais, cette phrase a eu un effet de choc pour moi quand je l’ai entendue de mes parents.

Eh oui, mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Tout le monde connaît le corona, oui ? Ce virus contagieux originaire de Wuhan en Chine. À cause (ou grâce à, ça dépend si vous êtes élève, parent ou enseignant) de ce virus, les écoles et universités et bien...

commentaires (0)

Commentaires (0)