Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Une visite française de haut niveau sur fond de bras de fer irano-US

Ce que les diplomates ne disent pas clairement, les militaires le font. Au cours de sa visite au Liban, la semaine dernière, le commandant du US Central Command – le commandement militaire américain en charge de la région du Moyen-Orient –, le général américain Kenneth McKenzie, aurait clairement dit à ses interlocuteurs que l’administration américaine « veut amener l’Iran à la table des négociations à genoux ». Il a aussi ajouté : « Si les Iraniens ne viennent pas grâce aux sanctions économiques, nous avons plusieurs autres moyens pour les obliger à le faire, notamment l’usage de la force. »

Lire aussi

La relation des USA avec l'armée libanaise est "profonde", affirme le général McKenzie

Ces propos, qui ont été recoupés par plusieurs sources concordantes, tendraient à montrer que le bras de fer qui se joue actuellement entre les États-Unis et l’Iran, et qui pèse sur l’ensemble de la région, dont le Liban, n’est pas près d’être réglé ou de baisser d’intensité. Cette fois, l’administration du président Donald Trump semble déterminée à aller jusqu’au bout, pour des raisons qui lui sont sans doute propres. Ce qui est souvent dit sur le pragmatisme américain et sur le fait que les administrations successives ont toujours dans leurs tiroirs des plans de rechange prêts à être appliqués, au cas où le plan initial échoue, ne semble pas devoir s’appliquer aujourd’hui. Le Liban, de par son emplacement géographique et en raison du développement du Hezbollah depuis le retrait israélien sans contrepartie en 2000 en dépit de toutes les tentatives pour l’affaiblir – qu’il s’agisse d’une guerre militaire en 2006 ou des tentatives de l’entraîner dans des conflits internes–, est pratiquement au cœur de cette confrontation entre les États-Unis et l’Iran. Toutes les tentatives menées jusqu’à présent par le gouvernement présidé par Hassane Diab pour chercher à épargner le Liban n’ont pas réussi à modifier la position des États-Unis. Il y a eu ainsi la relaxe de l’ancien geôlier de Khiam Amer Fakhoury qui, malgré l’opposition du Hezbollah, a été décidée sur une base légale et juridique, dans le but d’amadouer l’administration américaine, selon certaines sources. Il y a eu aussi, lors de la formation du gouvernement, la décision du Hezbollah d’accepter de participer à cette équipe à travers des personnalités qui n’ont aucun lien direct avec lui (l’un des deux ministres considérés comme proches du Hezbollah a même la nationalité américaine) et dont les noms lui ont été proposés par M. Diab lui-même. Il y a eu encore le fait que le Hezbollah n’a aucune part dans les nominations financières et administratives qui ont été récemment avalisées par le gouvernement, ayant préféré laisser le président de la Chambre, Nabih Berry, choisir les personnalités chiites. Malgré tout cela, la position américaine est restée la même.

Selon des sources gouvernementales, il y aurait eu toutefois un léger allégement dès que le cabinet a commencé à prendre des mesures concrètes pour trouver des solutions de rechange au blocus indirect auquel le pays est soumis. Ainsi, dès que l’ambassadeur de Chine est venu officiellement au Sérail pour faire des propositions concrètes de coopération et d’investissement chinois dans certains secteurs au Liban, des responsables américains ont indiqué que la loi César, qui vise à sanctionner tous ceux qui coopèrent avec le régime syrien de quelque façon que ce soit, n’est pas dirigée contre le Liban. De plus, face aux propositions iraniennes d’aider directement le Liban notamment en matière de pétrole et d’énergie, la porte de l’Irak s’est soudainement ouverte. Et comme le pétrole irakien ne semble pas conforme aux besoins du Liban, c’est le Koweït qui se prépare à aider le pays dans ce domaine en promettant d’accorder en contrepartie des facilités de paiement qui devraient s’échelonner sur deux ans. Le Qatar devrait lui aussi proposer une certaine aide à travers le renforcement des échanges commerciaux. Mais toutes ces initiatives ne sont pas destinées à assurer une sortie de crise. Elles ont un plafond clair : il s’agit de donner un peu d’oxygène pour maintenir le pays en vie, sans lui permettre pour autant de retrouver la santé.

L'éditorial de Issa GORAIEB

Grands mots vs gros mots

Profitant de cette petite marge qui lui a été accordée, le gouvernement cherche à agir, tout en étant confronté à l’état dramatique dans lequel se trouvent les institutions de l’État et l’administration en général, minées par le laisser-aller, le clientélisme et la corruption. Plus même, il doit aussi composer avec les parties politiques qui sont en général très contentes de le voir assumer les responsabilités de leurs propres erreurs et essuyer la colère de la population en cette période difficile, tout en attendant le bon moment pour se retourner contre lui et revenir en force sur le devant de la scène, une fois que la situation régionale et internationale le permettra.

C’est dans ce contexte compliqué, où les petites brèches ne suffisent pas à éclairer le quotidien, que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian effectuera en principe une visite à Beyrouth entre le 22 et le 24 du mois. Selon les milieux gouvernementaux, il devrait rencontrer les officiels libanais, mais aussi un éventail élargi de personnalités, et devrait de nouveau insister sur la nécessité pour le gouvernement de procéder à des réformes structurelles indispensables à toute relance économique. Toutefois, la version française des réformes est différente de celle des Américains, lesquels, sous ce titre, cherchent essentiellement à atteindre leur objectif principal qui consiste à isoler le Hezbollah et à l’étouffer économiquement... En dépit de ces nuances entre les Français et les Américains, le Liban attache une grande importance à la visite du ministre français, la première de ce niveau depuis la formation du gouvernement...


Ce que les diplomates ne disent pas clairement, les militaires le font. Au cours de sa visite au Liban, la semaine dernière, le commandant du US Central Command – le commandement militaire américain en charge de la région du Moyen-Orient –, le général américain Kenneth McKenzie, aurait clairement dit à ses interlocuteurs que l’administration américaine « veut amener l’Iran...

commentaires (5)

EXCELLENT ARTICLE DE SCARLETT COMME TOUJOURS , PLEIN D'INFORMATIONS INDISPENSABLES : Trump est prêt à détruire le Liban s'il le faut ! L'inconséquence de déchirer un accord nucléaire qui avait demandé dix années de préparation et de négociations entre plusieurs puissances a orienté l'Iran vers la Chine et l'a définitivement poussée dans ses bras , tout en faisant de Trump le seul coupable de la déstabilisation géopolitique actuelle au Moyen-Orient . Politique hautement aventurière dont on se demande si finalement elle sera vraiment profitable a Israel comme le prétendait l'horrible Natanyahou ! Le proche avenir nous le dira . En tout cas Trump aura été le grand responsable du déchirement profond du Liban causé par la dénonciation de l'accord nucléaire ! Néfastes américains toujours !

Chucri Abboud

14 h 17, le 18 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • EXCELLENT ARTICLE DE SCARLETT COMME TOUJOURS , PLEIN D'INFORMATIONS INDISPENSABLES : Trump est prêt à détruire le Liban s'il le faut ! L'inconséquence de déchirer un accord nucléaire qui avait demandé dix années de préparation et de négociations entre plusieurs puissances a orienté l'Iran vers la Chine et l'a définitivement poussée dans ses bras , tout en faisant de Trump le seul coupable de la déstabilisation géopolitique actuelle au Moyen-Orient . Politique hautement aventurière dont on se demande si finalement elle sera vraiment profitable a Israel comme le prétendait l'horrible Natanyahou ! Le proche avenir nous le dira . En tout cas Trump aura été le grand responsable du déchirement profond du Liban causé par la dénonciation de l'accord nucléaire ! Néfastes américains toujours !

    Chucri Abboud

    14 h 17, le 18 juillet 2020

  • Si c’est un article humoristique au second degré, bravo, c’est très réussi. Si l’autrice de ce papier pense réellement ce qu’elle écrit, c’est affligeant ! Pauvre Liban.

    JB El catalán

    13 h 44, le 18 juillet 2020

  • Il faudrait relire vos récits avant de les publier MADAME. Le retrait d’Israel sans condition en 2000 prouve une chose, Israël n’a aucune intention de faire du Liban un pays ennemi et ni de l’envahir. Quant à 2006, sous la pression des états amis un consensus a été trouvé pour épargner aux libanais déjà épuisés par des années de guerre la destruction totale de leur pays pour une raison qu’ils ignorent jusqu’à maintenant. Ils ne voulaient pas contrairement au HB sacrifier tout un pays avec son peuple pour satisfaire HN dont le projet n’était autre que l’anéantissement de notre Liban. Quant aux américains qui veulent que l’Iran négocie à genoux ou à plat ventre avec ses différents protagonistes, en quoi cela nous concerne? Notre pays est bien le LIBAN et notre soucis est de garder une neutralité totale et une distance avec  les problèmes régionaux. Personne n’est venu aider notre pays lorsqu’il était à feu et à sang, bien au contraire chacun y allait de sa participation pour attiser le feu en espérant gagner grace à leurs collaborateurs de tout genre pour avoir ce petit bijou sous leur domination. Un d’eux a réussi à le faire et on constate tous les jours les déboires et les méfaits de cette trahison sans nom. Vous voulez que ça continue apparemment alors dites nous de quelle nationalité êtes-vous? Et savez-vous que ce parti a la volonté de terroriser les libanais et personne d’autre pour défendre l’Iran et la Syrie. Si vous le faites en connaissance de cause c’est pitoyabl

    Sissi zayyat

    12 h 14, le 18 juillet 2020

  • LA PARISIENNE: La stratégie (objectifs) de la France et des USA est la même: Elle consiste à obtenir du gouvernement libanais des réformes économiques profondes.. C'est la tactique envers l'Iran-puissance atomique potentielle, et le Hezbollah conquérant qui diffère. Pour la diplomatie française, il s'agit de les faire plier et marginaliser sans affrontements armés. Pour la diplomatie américaine , c'est la contrainte qui prévaut, la première puissance mondiale ayant les moyens de s'imposer sur les plans économiques et militaires. La France et l'Union européenne vont dans le même sens que Washington, mais avec leurs moyens propres, en tête desquels la culture et l'éducation.

    Saab Edith

    10 h 53, le 18 juillet 2020

  • Une question : qu’est ce que cet article nous apprend de nouveau? Mme Haddad a relaté les événements qui se sont produits ces derniers mois tout en n’oubliant pas d’encenser son idole et gourou. A part ça, rien du tout. Une succession de mots pour dire ce que tout le monde sait

    Censuré par l’OLJ

    10 h 51, le 18 juillet 2020

Retour en haut