diplomatie

A Dimane, Boukhari salue les propos de Raï sur la "neutralité du Liban"

Le patriarche maronite a également reçu le soutien des Forces libanaises.

A Dimane, Boukhari salue les propos de Raï sur la

Le patriarche maronite, Béchara Raï, s'entretenant à Dimane avec l'ambassadeur saoudien, Walid Boukhari, le 7 juillet 2020. Photo ANI

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, qui a été reçu mardi par le patriarche maronite Béchara Raï à Dimane (siège estival du patriarcat, Ndlr), a salué les propos du prélat sur la "neutralité" du Liban, en référence à l'homélie qu'il a prononcée dimanche et dans le cadre de laquelle il a mené une charge virulente contre les responsables politiques.

Lors de cette homélie, le patriarche maronite avait pressé le président de la République, Michel Aoun, de "briser le siège imposé à la libre décision nationale". Il avait également appelé la communauté internationale à "voler au secours du Liban", adjurant l’ONU d’œuvrer "à rétablir l’indépendance et l’unité du Liban, à l’application des résolutions internationales et à la proclamation de sa neutralité". Le patriarche Raï sortait ainsi du discours traditionnel de la déploration, alors que le Liban fait face à sa pire crise économique et se retrouve de plus en plus isolé sur la scène internationale.

Lire aussi

La neutralité, garantie de pérennité, plaide l’Église maronite

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), l'ambassadeur Boukhari a estimé que le patriarche Raï "a rectifié les choses avec ses propos, surtout sur le plan de la neutralité du Liban et sa distanciation" par rapport aux conflits régionaux. Le diplomate a estimé que le discours du chef de l'Eglise maronite contribuent à "regagner la confiance de la communauté arabe et internationale dans le Liban". Walid Boukhari a également fait savoir que l'Arabie était toujours prête à soutenir le Liban et se tenir à ses côtés. Le royaume wahhabite était en froid avec Beyrouth ces dernières années, accusant le pouvoir de laisser le Hezbollah contrôler le pays, le parti chiite étant allié à l'Iran, rival de l'Arabie dans la région.

Soutien de Geagea
Le patriarche maronite a également reçu une délégation de députés membres du groupe parlementaire "La République forte", affilié aux Forces libanaises de Samir Geagea, Chawki Daccache, Ziad Hawat et Joseph Ishac. 

"Notre visite au patriarche maronite est une visite traditionnelle, surtout après son homélie de dimanche dernier, durant laquelle il a décrit la dure réalité dans laquelle nous vivons et a dressé une feuille de route pour une sortie de crise", a expliqué M. Daccache à l'issue de l'entretien. "Nous avons transmis à Mgr Raï les salutations du chef des FL, Samir Geagea, et son soutien aux propos qu'ils a prononcés dimanche", a-t-il ajouté. "Les propos du patriarche ont remis les points sur les i en disant clairement dit qu'il ne pouvait y avoir de sortie de crise (...) sans une distanciation du Liban", a expliqué Chawki Daccache. "En tant que Forces libanaises, nous joignons notre voix à l'appel du patriarche et nous implorons, avec lui, le président de la République, à lever le blocus sur la légalité et la décision nationale libre", a-t-il ajouté.


L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, qui a été reçu mardi par le patriarche maronite Béchara Raï à Dimane (siège estival du patriarcat, Ndlr), a salué les propos du prélat sur la "neutralité" du Liban, en référence à l'homélie qu'il a prononcée dimanche et dans le cadre de laquelle il a mené

commentaires (6)

Il ne faut pas oublier que la Constitution de TAEF nous avait mis sous la coupe des wahabites derrière lesquels se cachent les américains ! Comment peut-on parler de distanciation ? Et comment ne pas comprendre la réaction des iraniens ? Il fallait choisir une authentique distanciation en refusant d'aller signer TAEF ! Nous aurions ainsi réussi une vraie neutralité !

Chucri Abboud

01 h 35, le 08 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Il ne faut pas oublier que la Constitution de TAEF nous avait mis sous la coupe des wahabites derrière lesquels se cachent les américains ! Comment peut-on parler de distanciation ? Et comment ne pas comprendre la réaction des iraniens ? Il fallait choisir une authentique distanciation en refusant d'aller signer TAEF ! Nous aurions ainsi réussi une vraie neutralité !

    Chucri Abboud

    01 h 35, le 08 juillet 2020

  • FAUT PAS OUBLIER QUE DES PRESIDENTS MARONITES ET DES PARENTS ET GENDRES ONT SERVI DE COUVERTURE AUX MILICES ETRANGERES QUI ONT DETRUIT LES AMITIES ARABES ET INTERNATIONALES DU PAYS. PATRIARCHE FAUT METTRE DE L,ORDRE DANS LES ECURIES D,AUGIAS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 12, le 07 juillet 2020

  • Bkerke et Dimane demeureront à jamais la fondation solide du Liban. Il ne peut y avoir de Liban sans le Patriarche Maronite et sans les Maronites, bien entendu en coexistence pacifique et tolérante réciproque avec les autres communautés. Le Pivot Central demeure le Premier des Maronites, à savoir Le Patriarche et aucune autre personnalité aussi forte se croit elle. Point à la ligne

    Liberté de Penser

    17 h 16, le 07 juillet 2020

  • Merci Monseigneur. En espérant que ça n’est q’un début et que la suite sera prometteuse. Maintenant il faut chercher l'appui Des autres pays amis pour nous sortir de ce cauchemar

    Sissi zayyat

    16 h 31, le 07 juillet 2020

  • propos du patriarche ont remis les points sur les i en disant clairement dit qu'il ne pouvait y avoir de sortie de crise (...) sans une distanciation du Liban", merci monseigneur mais vous avez oublié l essentielle les vrais reformes que le peuple a besoin : etat laic, égalité homme femme ,non confessionnel, non corrompu,un président avec un vrai pouvoir élu par le peule , un parlement non partisane et on peut citer beaucoup d autres, limoger les incompétents et corrompus.....

    youssef barada

    15 h 18, le 07 juillet 2020

  • Bravo Monseigneur...!

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 01, le 07 juillet 2020