Rechercher
Rechercher

Politique - Justice

Washington a fait appel de la décision de libérer Kassem Tajeddine

Pour le département américain de la Justice, l'état de santé de l'homme d'affaires libanais lié au Hezbollah, qui le rendrait vulnérable au coronavirus, ne s'est pas détérioré au point de devoir être libéré d'urgence.


Washington a fait appel de la décision de libérer Kassem Tajeddine

L’homme d’affaires Kassem Tajeddine. Photo d'archives ANI

Le département américain de la Justice a fait appel jeudi dernier la décision prise il y a un mois de libérer un homme d'affaires libanais considéré comme un important contributeur financier du Hezbollah, deux ans avant la fin de sa peine de prison de cinq ans, en raison de ses problèmes de santé et des risques d'attraper le Covid-19.

Dans son appel, le département US de la Justice estime que l'état de santé de Kassem Tajeddine, 65 ans, qui souffre d'hypertension, ne s'était pas gravement détérioré, au point de devoir être libéré d'urgence pour des motifs humanitaires, selon un article publié samedi soir sur le site de la chaîne américaine NBC News.

L'article ne donne pas plus de précisions sur le sort de M. Tajeddine, dont le retour au Liban était attendu dans les semaines à venir, avant cet appel.

Le décryptage de Scarlett HADDAD

Tajeddine et d’autres bientôt relâchés par Washington...

Le 28 mai, un juge fédéral de Washington, Reggie Walton, avait accepté la demande de libération d'urgence de l'homme d'affaires qui arguait que son âge et "ses sérieux problèmes de santé" le rendaient vulnérable au coronavirus. Il avait quitté la prison fédérale de Cumberland, dans le Maryland, après un isolement de deux semaines et a été placé dans un centre de détention.

L'éventuelle libération de M. Tajeddine avait suscité des spéculations, certains faisant l'hypothèse qu'elle était intervenue en réponse à la libération par le Liban en mars de l'Américano-Libanais Amer Fakhoury, un ex-milicien accusé de torture et de collaboration avec Israël. L'avocat de M. Tajeddine, William Taylor, avait rejeté ces allégations.

Engagé dans le commerce de matières premières au Moyen-Orient et en Afrique, M. Tajeddine avait été désigné comme un "important contributeur financier" d'une organisation "terroriste" en mai 2009 en raison de son soutien au Hezbollah, considéré par Washington comme une organisation terroriste. Il avait été expulsé du Maroc vers les États-Unis en 2017, puis condamné à cinq ans de prison et 50 millions de dollars d'amende pour avoir contourné des sanctions américaines.


Le département américain de la Justice a fait appel jeudi dernier la décision prise il y a un mois de libérer un homme d'affaires libanais considéré comme un important contributeur financier du Hezbollah, deux ans avant la fin de sa peine de prison de cinq ans, en raison de ses problèmes de santé et des risques d'attraper le Covid-19.Dans son appel, le département US de la Justice...

commentaires (5)

Ça n’est point un juge libanais c’est un vendu. Il se donne le droit d’interdire au nom de qui ou de quoi. Il devrait être dessaisit de son titre fallacieux et de ses fonctions. . Ça lui apprendra à parler au nom de la république.

Sissi zayyat

15 h 43, le 28 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ça n’est point un juge libanais c’est un vendu. Il se donne le droit d’interdire au nom de qui ou de quoi. Il devrait être dessaisit de son titre fallacieux et de ses fonctions. . Ça lui apprendra à parler au nom de la république.

    Sissi zayyat

    15 h 43, le 28 juin 2020

  • IL Y A DES MARCHANDAGES QU,ENTREPREND SECRETEMENT LE HEZBOLLAH QUI N,HESITE PAS A LE FAIRE AVEC LES USA COMME AVEC ISRAEL MAIS QUALIFIE LES AUTRES DE TRAITES S,ILS SE TROUVENT PAR HASARD DANS UN LIEU OU IL Y A AUSSI DES ISRAELIENS. L,ULEMA AL AMINE EN EXEMPLE. QUI EST LE TRAITRE ?

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    14 h 36, le 28 juin 2020

  • Le juge libanais aurait nuit à la libération de Tajeddine.

    Esber

    14 h 25, le 28 juin 2020

  • C’est un message fort envoyé à HN pour lui signifier que la récré est terminée et que ça n’est pas lui qui décide de la tournure des événements en les roulant dans la farine.

    Sissi zayyat

    11 h 47, le 28 juin 2020

  • en quoi ca nous concerne hein ? des magouilles ou pas on s'en fiche ! notre terre sera pour encore tres longtemps propice a cette permissivité qui fait de nous .... ce que nous sommes devenus.

    Gaby SIOUFI

    10 h 47, le 28 juin 2020

Retour en haut