Liban

Berry exhorte le gouvernement "à en finir avec les plans sur le papier et à se mettre concrètement au travail"

Le président de la Chambre appelle les pays arabes à s'unir contre le "deal du siècle" de Donald Trump pour le Proche-Orient. 

Le président de la Chambre, Nabih Berry, prononçant un discours à Aïn el-Tiné, le 22 mai 2020. Photo Hassan Ibrahim / Parlement libanais

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a exhorté vendredi le gouvernement à "travailler concrètement et sur le terrain" au lieu de se contenter de "plans sur le papier". Le chef du Législatif a tenu ces propos au lendemain d'un discours du Premier ministre Hassane Diab, dans lequel ce dernier a évoqué les différents "accomplissements" réalisés par son gouvernement au cours de ses 100 premiers jours en exercice.
Dans son discours, prévu à l'occasion de la "Journée mondiale de Jérusalem", du 20e anniversaire de la libération du Liban-Sud et de la fin du mois de ramadan, Nabih Berry a appelé les pays du Proche-Orient à "s'unir" pour lutter contre le "deal du siècle" pour la paix au Proche-Orient, présenté en janvier par l'administration de Donald Trump. 

S'exprimant avant une réunion du bureau de la Chambre, Nabih Berry a affirmé que la Journée mondiale de Jérusalem était célébrée pour "se souvenir des injustices subies par les lieux sacrés de l'islam et de la chrétienté en raison des hostilités israéliennes". Il a dans ce contexte condamné à nouveau "le deal du siècle" qui a, selon lui, pour objectif de "diviser toujours plus la région" et réitéré son soutien au peuple palestinien dans sa "résistance" à ce plan. "Nous refusons la naturalisation" des réfugiés palestiniens, a-t-il déclaré, exprimant l'espoir de l'établissement d'un "État palestinien indépendant, avec Jérusalem pour capitale". Il a encore invité le Liban, la Syrie, la Jordanie et l’Égypte à faire preuve d'unité afin de lutter pour la Palestine, et tous les pays arabes à s'opposer au "projet de paix" de l'administration américaine, rejeté par les Palestiniens. Ce plan, rappelle-t-on, prévoit notamment l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies israéliennes établies en Cisjordanie occupée, ainsi que la création d’un État palestinien sur un territoire réduit.

Lire aussi

Malgré les assurances de Diab, le bateau coule toujours


La journée de Jérusalem est célébrée le dernier vendredi du mois de ramadan en signe de solidarité avec les Palestiniens qui s'opposent à l'annexion de Jérusalem-Est et au projet israélien en général. Cette commémoration coïncide avec le 20e anniversaire du retrait par l'armée israélienne du Liban-Sud, un territoire sous influence du Hezbollah proche de Téhéran. Mercredi, son secrétaire général, Hassan Nasrallah, avait réaffirmé son engagement "ferme" envers la Palestine.
Il y a deux ans, le président américain Donald Trump avait reconnu Jérusalem, ville au statut contesté, comme capitale d'Israël, provoquant une onde de choc dans le monde arabe et musulman. 

Nabih Berry a par ailleurs mis en garde contre "les voix qui commencent à s'élever au Liban pour réclamer le fédéralisme comme solution aux crises" que connaît le pays, soulignant que ni ces crises ni "la faim" du peuple ne pourraient servir de prétextes pour "se plier aux projets d'Israël".

Fin du communautarisme et du confessionnalisme
"il est temps pour les Libanais et leurs responsables politiques de mettre un terme aux surenchères, qui ne mènent qu'à encore plus de confusion, et d'arrêter de se lancer des accusations réciproques, alors que le moment est venu pour les responsables de faire preuve du courage nécessaire pour libérer le Liban du communautarisme et du confessionnalisme", a en outre lancé le président de la Chambre. Il a dans ce cadre appelé la classe politique à "être à nouveau productive" et à préparer une loi électorale "qui sorte du cadre confessionnel et permette à tous de participer, sur base d'un système proportionnel avec une seule circonscription". Il a en outre réitéré son appel à l'établissement d'un Sénat, "en attendant la mise sur pied d'un État civil".

Lire aussi

Berry et Salamé tentent d’unifier la position officielle libanaise face au FMI


Nabih Berry a encore exprimé l'espoir d'une future indépendance de la justice par rapport à "toute appartenance politique" et invité les ministres à "sortir de leurs tiroirs les lois qui y dorment". "Le secteur de l'électricité doit également se libérer de la mentalité du partage de gâteau confessionnel", a-t-il déclaré, demandant que les réformes de ce secteur "passent par la Direction des adjudications".

"Travail sur le terrain"
"Le gouvernement doit commencer à travailler concrètement, sur le terrain, et en finir avec les plans sur le papier. Il nous faut des actes, bien plus que des mots", a par ailleurs lancé le président de la Chambre.

"La sécurité alimentaire et la santé des Libanais ne peuvent plus rester victimes de politiques financières et bancaires erronées, ni devenir des otages des grands commerçants et de la corruption", a encore lancé M. Berry. Et de déclarer à nouveau que "les avoirs des Libanais dans les banques sont sacrés", mettant en garde contre toute atteinte aux économies des gens. 

Le chef du législatif s'est également penché sur la question de la normalisation des relations avec la Syrie, estimant qu'une réouverture des relations avec le régime de Bachar el-Assad est "plus que nécessaire". 

Le gouvernement libanais a adopté un plan de redressement, qui ambitionne de remettre sur pied dans un délai de cinq ans au moins, l’économie et le système financier du pays qui traverse la pire crise depuis la fin de la guerre civile en 1990. Cette crise est par ailleurs aggravée par les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus, qui a contaminé 1024 personnes, dont 26 sont décédés. 

Hassane Diab s'est entretenu vendredi après-midi avec M. Berry au sujet de la séance parlementaire plénière prévue jeudi prochain. Il a quitté Aïn el-Tiné sans faire de déclaration.


Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a exhorté vendredi le gouvernement à "travailler concrètement et sur le terrain" au lieu de se contenter de "plans sur le papier". Le chef du Législatif a tenu ces propos au lendemain d'un discours...

commentaires (15)

faut pas s'offusquer plus que nécessaire ! n'oublions pas qu'un anniversaire- 3 en l'occurrence- est pour nous rappeler le passe auquel nous tenons et qui nous fait tellement plaisir que nous en souhaitons la continuation ce que mr berri souhaite encore plus que nous. mr aoun itou mais lui c la continuation via gendron

gaby sioufi

10 h 43, le 24 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • faut pas s'offusquer plus que nécessaire ! n'oublions pas qu'un anniversaire- 3 en l'occurrence- est pour nous rappeler le passe auquel nous tenons et qui nous fait tellement plaisir que nous en souhaitons la continuation ce que mr berri souhaite encore plus que nous. mr aoun itou mais lui c la continuation via gendron

    gaby sioufi

    10 h 43, le 24 mai 2020

  • Il veut un Sénat? Lol, pour y caser ses shia-shia? LOOOOOL! C'est vrai que l'argent pousse à ce qu'il reste d'arbres au Liban.

    Je partage mon avis

    18 h 34, le 22 mai 2020

  • il est temps de libérer le Liban du communautarisme et du confessionnalisme", a en outre lancé le président de la Chambre. Il a dans ce cadre appelé la classe politique à "être à nouveau productive" et à préparer une loi électorale "qui sorte du cadre confessionnel et permette à tous de participer, sur base d'un système proportionnel avec une seule circonscription". Il a en outre réitéré son appel à l'établissement d'un Sénat, "en attendant la mise sur pied d'un État civil". bravo il y a ka je sais ds le passé vous disiez favorable pour un état laic mais est ce que vous avez fait de sorte que ? ou vous attendez les autres pour le faire.

    youssef barada

    16 h 44, le 22 mai 2020

  • LA PALESTINE pfff c'est le discours de tous les losers..le train est en marche l Egypte et la Jordanie sont en tete..le Maroc l'Arabie les Emirats sont confortablements dans les wagons du milieu, le Soudan accroche le dernier wagon..et le Liban..il prefere les trotinettes iraniennes et syriennes..NON MERCI EN VOILA assez

    Liban Libre

    16 h 26, le 22 mai 2020

  • La Syrie , Jérusalem, la Palestine etc... Les libanais ont d’autres chats à fouetter. Le Liban peut toujours appliquer une décentralisation très élargie mais m4 Berry sera contre également parce ça n’arrangera pas ‘ses affaires.

    EL KHALIL ABDALLAH

    16 h 19, le 22 mai 2020

  • Il est le premier sur la liste de ceux que le peuple libre ne veut plus voir, ni de près ni de loin, ni l'entendre faire de beaux discours ! Cela fait plus de 30 ans qu'il danse avec tous les responsables corrompus de ce pays, engrengeant des millions qu'il a su planquer ailleurs ! Et maintenant il croit se dédouaner en nous parlant de: travail...d'unité...et d'autres beaux mots qui ne sont aussi, de sa part, que de l'encre sur du papier...!!! Trump, Jerusalem et la Palestine, la Syrie...sont le dernier de nos soucis...ils ne nous concernent pas ! Notre pays se nomme le LIBAN, et nous avons déjà assez de problèmes pour le maintenir vivable, indépendant et respectable devant la communauté internationale ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 27, le 22 mai 2020

  • En effet. Lorsque ce gouvernement se mettrait à travailler ( au conditionnel parce qu'il ne sert à rien ). L'une des premières décisions est de récupérer le fric volé, détourné et vidé des caisses de l'état ou des commission / parts prises à chaque formalité dans le sud ou ailleurs parce certains. Ca vous parle aussi? vous souhaitez vraiment que le gouvernement bosse? Outre les annonces démagogiques sentant la révolution renaître...vous faites comme le Bassil?? prendre le train en marche?

    RadioSatellite.co

    15 h 24, le 22 mai 2020

  • Le bon dicton libanais qui dit On lui crache sur le visage il dit qu'il pleut...lui qui envoie ses hordes avec leurs motos à Mirna chalouhi, qui envoie ses hommes à tout faire tabasser les révolutionnaires et les journalistes tout en scandant son nom, lui qui durant 30 ans comme Président du Parlement n'a même pas bouger le doigt pour sauver le pays, lui qui salue ses propres milices, sensées sauver la Palestine, lors de défilés fantoches à Beyrouth longtemps après la fin de la guerre civile, lui... Bref il vient jouer au tonton-conseil... Quelle comédie macabre! Vivement la libération du Liban de cette basse cour de pseudo-dirigeants...kelloun yaané kelloun

    Wlek Sanferlou

    15 h 00, le 22 mai 2020

  • Diab 100 jours, Berri 10000 jours. Tout selon vos goûts, mais , malheureusement c'est impossible.

    Ô Liban

    14 h 57, le 22 mai 2020

  • DU BALAI, on vous a assez subi. Tant que cette équipe pourrie tient le pouvoir, le Liban ne sera pas un pays. Il faut faire le ménage et nous débarrasser d’eux pour les remplacer par des citoyens qui ressemblent au peuple libanais, ils ont défiguré le pays et terni l’image des libanais dans le monde. IL VIENT PRODIGUER DES CONSEILS SUR LE BON FONCTIONNEMENT DU GOUVERNEMENT ALORS QU’IL FAIT DE TOUT POUR L’EMPÊCHER DE TRAVAILLER LUI ET SES ALLIÉS IRANIENS.

    Sissi zayyat

    14 h 05, le 22 mai 2020

  • AVEC LES DEUX MAINS ET LA LANGUE ON MENDIE ET AVEC L,ESPRIT, SI ESPRIT IL Y EN A, ON DIVAGUE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 56, le 22 mai 2020

  • TOUS SONT DES EXPERTS EN MOTS VIDES. TOUS SE PRESENTENT EN SAUVEURS. DE PYROMANES ILS VEULENT SE PRESENTER EN SAPEURS-POMPIERS. NOUS AVONS MARRE DE TOUS CES ENERGUMENES POURRIS ET QUI PUENT DU SOMMET DE L,ECHELLE ET JUSQU,A SA BASE. DES CORROMPUS, DES VOLEURS, DES INCOMPETENTS, DES NULS ! SEUL LE BON DEBARRAS DE TOUTES CES CLIQUES PEUT DONNER DE L,ESPOIR AU PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 51, le 22 mai 2020

  • Quel ton paternaliste du président de la Chambre, quand il exhorte le gouvernement ""à en finir avec les plans sur le papier et à se mettre concrètement au travail""… Avec les salaires et les retraites, non pas un chouïa raboté, mais presque de moitié, comment les parents payeront les droits d’inscription de leurs enfants, quand ils n’arrivent pas à payer leur employée de maison ? Laissons à l’Autorité palestinienne le soin de régler ses affaires, et qu’on s’occupe des nôtres… Je vous admire M. Berry, vous êtes le beau-père de la nation..........

    C. F.

    13 h 34, le 22 mai 2020

  • Nous aurions souhaité voir et vivre les accomplissements des élus et des gouvernements précédents . ''Travailler encore sur le papier après 100 jours car tout est à refaire '' ,en plus de la gestion de la pandémie et du rapatriement des expats .

    Lecteurs OLJ

    13 h 22, le 22 mai 2020

  • Tu parles de Palestine et de la solidarité Arabe alors que vous et Hezbollah avait été les complices de la plus meurtrière et de la plus grande catastrophe migratoire conséquences des guerres en Syrie depuis la seconde guerre mondiale ! Je vois que vous êtes à court d' arguments et d' inspiration pour vos troupes et si troupe s il y a encore car ils sont partis grossir le rang de ceux qui ont perdu tout leur pognon à cause de vous ! Pariez que HN aura le même discours ce soir quand il n y a pas de solution HOP ! On ressort la Palestine !Occupez vous de CHEBAA si vous voulez déjà libérer un territoire !

    PHENICIA

    13 h 19, le 22 mai 2020