Nos Lecteurs ont la Parole

Le jumping de Trump

Pour le président états-unien Donald Trump, il est maintenant temps de « faire redémarrer l’Amérique », le pic de la pandémie étant… probablement passé. Bien entendu, les gouverneurs des 50 États de l’Union auront le dernier mot, mais rien n’interdit de leur forcer la main. Ainsi a-t-il appelé belliqueusement sur Twitter à « libérer » trois États gouvernés par des démocrates : le Michigan, le Minnesota et la Virginie, des États-clés pour sa réélection.

Le président a été entendu : des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes contre le confinement. Dans n’importe quel autre pays occidental, ces manifestants, dont plusieurs lourdement armés, auraient encouru de lourdes amendes pour avoir désobéi aux consignes de confinement ou de distanciation sociale, mais dans le pays du 2e amendement, on laisse aller.

Je parie ma chemise que les États gouvernés par les républicains seront plus enclins à suivre les recommandations de leurs coreligionnaires à Washington, alors que ceux gouvernés par les démocrates se montreront plus circonspects. Solidarité oblige.

Ne nous y trompons pas,

Trump est pressé parce qu’il pense d’abord à sa réélection. Et comme il a promis une économie florissante durant son présent mandat, il doit vite la remettre sur les rails avant le 3 novembre. Ceux qui sont morts à cause de la Covid-19, il s’en fout comme de l’an quarante, ses vieux étant déjà six pieds sous terre.

Montréal-Québec

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Pour le président états-unien Donald Trump, il est maintenant temps de « faire redémarrer l’Amérique », le pic de la pandémie étant… probablement passé. Bien entendu, les gouverneurs des 50 États de l’Union auront le dernier mot, mais rien n’interdit de leur forcer la main. Ainsi a-t-il appelé belliqueusement sur Twitter à « libérer » trois États...

commentaires (0)

Commentaires (0)