Rechercher
Rechercher

Confinés en cuisine

Le pain de Rouba Khalil, un « geste gratifiant  »

En ces temps de confinement, alors que les heures s’étirent dans nos intérieurs, pourquoi ne pas réinvestir notre cuisine, histoire de se faire du bien, de passer le temps, de redécouvrir le plaisir du fait maison. Pour vous accompagner dans cette savoureuse aventure, « L’Orient-Le Jour » vous propose, deux fois par semaine, des recettes faciles et rapides, des recettes « bonne humeur » confiées par des chefs libanais établis au pays ou dans un autre coin de ce monde à l’arrêt. Entre une pincée de sel et de poivre, ils nous confient, aussi, comment cette épidémie bouleverse leur vie, leur travail, leurs rêves. Aujourd’hui, Rouba Khalil nous accompagne aux fourneaux.


Le pain, un geste gratifiant. Photos DR

« Ce que nous vivons aujourd’hui est fracassant pour le secteur de la restauration. Notre raison d’être repose sur les retrouvailles de personnes autour d’une table pour partager. Que faire lorsque réunir et partager sont aujourd’hui synonymes de danger, contagion et maladie ? Comment maintenir à flot une petite entreprise qui tente de subvenir aux besoins de familles, sans mettre la santé de ses employés et ses clients en danger ?

Je suis la chef propriétaire de Rouba Khalil Kitchen, nous sommes traiteurs à domicile et travaillons principalement avec des produits de saison locaux. Nous possédons également une pâtisserie à Achrafieh où nous vendons des cakes, cookies et glaces. Notre laboratoire de cuisine n’a pas eu un moment de répit depuis octobre. Nous sommes en situation de crise depuis six mois. La crise financière bat toujours son plein. Nous luttons pour notre survie, trouver des solutions aux ruptures de stock, vivre la fluctuation de la monnaie au quotidien, et j’en passe… La pandémie a apporté de nouveaux obstacles. Au début du mois de mars, j’ai demandé à mon équipe de rester chez elle jusqu’à nouvel ordre. Entre-temps, nous avons réorganisé la cuisine pour faire face à la pandémie. Nous avons rajouté une zone sanitaire à l’entrée, une zone de quarantaine pour les marchandises livrées, et nous nous sommes armés de tenues de protection. Nous avons pu rouvrir les portes de notre cuisine, mais seulement pour la moitié de l’équipe afin d’éviter au maximum le contact entre les membres.

Dans notre pâtisserie à Achrafieh, nous avons introduit une nouvelle gamme de produits comfort food à chauffer à la maison : des lasagnes et des pâtes fraîches, des sauces pour pâtes, des quiches… nous nous sommes adaptés. Nous sommes passés d’un laboratoire culinaire avec comme ambition la découverte et l’exploration de saveurs inédites et raffinées, à la préparation de bons petits plats à réchauffer !

Quant à moi, je passe la plupart de mes journées à gérer la cuisine et la boutique. Cependant, il me reste toujours beaucoup de temps libre, ce qui est rare en temps normal. Car mon métier de chef me fait généralement travailler quand les autres sont en vacances et font la fête. Je suis souvent absente des réunions familiales, des fêtes et des anniversaires.

Aussi, contrairement à ce que les gens pensent, les chefs ne préparent pas de mets fins et délicats chez eux vêtus d’une toque. Nos frigidaires sont souvent vides ou remplis de bière et de spiritueux de provenance exotique. Il n’y a pas de “dîners à la maison” après une longue journée de travail qui se termine à minuit, il n’y a que des grignotages debout dans la cuisine au-dessus de l’évier !

En ces temps de pandémie, j’essaie de faire le plus d’activité physique possible, je poste régulièrement des photos de mon travail sur mon Instagram roubakhalilkitchen et je cuisine à la maison. Et j’essaie de faire du pain… Car faire du pain, c’est simple, mais ça demande un ingrédient que je ne trouvais pas auparavant : le temps.

Je partage donc avec vous une recette de pain facile. Cette recette ne requiert pas de pétrissage ni d’ingrédients farfelus : juste de la farine, du sel, de l’eau de la levure et… du temps !

Faire son pain est un pur bonheur, il n’y a rien de plus gratifiant que de couper sa première tranche et de se dire : c’est moi qui l’ai fait… »

PAIN SANS PÉTRISSAGE

Ingrédients

3 tasses de farine

¼ c. à café de levure de pain instantané

1¼ c. à café de sel fin

385 ml d’eau potable à température ambiante.

Préparation

Dans un saladier, mélangez la farine, le sel et la levure avec un fouet. Ajoutez l’eau et mélangez avec une cuillère en bois, vous obtiendrez une pâte collante. Couvrez avec un film étirable et laissez lever 18 à 21 heures à température ambiante (21° C).

La pâte est prête quand la surface est mousseuse. Farinez un plan de travail, versez la pâte sur le plan de travail. Farinez vos mains et le dessus de la pâte, et pliez la pâte deux fois, elle sera collante. Travaillez rapidement. Recouvrez avec un film étirable et laissez reposer 15 min.

Avec des mains farinées, formez une boule avec la pâte et placez-la sur une serviette farinée. Glissez la pâte avec la serviette dans un saladier et recouvrez avec un autre torchon. Laissez lever 2 heures jusqu’à ce que la pâte double de volume. Trente minutes avant qu’elle ne soit prête, préchauffez votre four à 250 ° C, placez une cocotte dans le four pour qu’elle préchauffe avec le four.

Quand la pâte est prête, enlevez le torchon du dessus et renversez la pâte dans la cocotte préalablement chauffée. Fermez le couvercle et enfournez.

Laissez cuire 30 minutes, puis 15 minutes sans couvercle jusqu’à ce que le pain prenne de la couleur.

Laissez refroidir complètement avant de déguster.



Dans la même rubrique

Les « courgettes aux tomates de téta » de Karim Haïdar

La glace au lait, tout en goûts et textures, de Anissa Helou

Le poisson printanier d’Aline Kamakian

La tarte tatin d’Olivier Gougeon, un peu de douceur normande

La tarte tomate et labné antigaspi d’Andréa Boueiz


« Ce que nous vivons aujourd’hui est fracassant pour le secteur de la restauration. Notre raison d’être repose sur les retrouvailles de personnes autour d’une table pour partager. Que faire lorsque réunir et partager sont aujourd’hui synonymes de danger, contagion et maladie ? Comment maintenir à flot une petite entreprise qui tente de subvenir aux besoins de familles, sans...

commentaires (0)

Commentaires (0)