Transactions

« Petits » dépôts : le dispositif de retrait au taux du marché pas encore appliqué

La Banque centrale a fixé hier à 2 600LL pour un dollar le taux applicable cette semaine dans le cadre de son nouveau mécanisme.

Les banques doivent se préparer à la mise en œuvre des circulaires n°148 et n°149 publiées vendredi dernier. Photo P.H.B.

Les banques n’ont pas encore commencé à appliquer le dispositif prévu par la Banque du Liban (BDL) pour permettre aux petits déposants de retirer leurs économies en livres ou en dollars au taux du marché plutôt qu’à celui de 1507,5 livres, en vigueur jusqu’à présent, donc à des conditions en principe plus avantageuses pour eux mais pour une durée de trois mois seulement.

C’est ce qu’ont confirmé à L’Orient-Le Jour plusieurs sources bancaires, qui ont toutes assuré que le secteur aurait besoin « de quelques jours » pour mettre en place les procédures nécessaires même si le texte est d’ores et déjà entré en vigueur d’un point de vue normatif. Si la première circulaire (n°148) publiée vendredi dernier – et qui s’adresse aux déposants concernés dont le total cumulé de l’ensemble des comptes dans une même banque ne dépasserait pas 5 millions de livres ou 3 000 dollars au taux officiel, détaille la procédure prévue, la seconde (n° 149) se focalise sur la mise en place d’une unité devant fixer le taux applicable pour les opérations en question.


« Faux départ »

Selon les sources contactées, ni la BDL ni les banques ne sont encore prêtes à mettre en œuvre le texte. « La BDL doit se préparer de son côté pour mettre en place l’unité formée avec les changeurs pour fixer le taux de change applicable pour les opérations prévues dans le cadre de ce mécanisme. Les banques doivent, elles, faire le nécessaire pour monter la plate-forme électronique dédiée et les procédures internes liées aux opérations qui seront prévues. Tout cela va prendre un peu de temps », détaille l’une d’entre elles.

Une autre source estime qu’il faudra peut-être attendre la fin des restrictions imposées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété le 15 mars pour contrer la propagation du Covid-19 pour que les banques commencent effectivement à appliquer ce mécanisme. « Pour l’instant, la majorité des établissements n’ouvrent qu’une infime portion de leurs agences et demandent généralement à leurs clients de prendre rendez-vous pour les opérations autres qui font partie de la palette de services assurés pendant le confinement », estime une autre.

Ce « faux départ » serait lié, selon une autre source bancaire, au fait que les circulaires ont été publiées dans un calendrier précis de mise en œuvre ainsi qu’à l’annonce de la BDL hier fixant unilatéralement le taux applicable cette semaine pour les opérations prévues dans le cadre du mécanisme mis en place à 2 600 livres pour un dollar. « L’annonce de ce taux est une façon pour la BDL de montrer que les choses avancent. Maintenant, rien n’interdit à une banque qui aurait déjà achevé tous les préparatifs de réaliser l’opération prévue par la circulaire n°148 si un petit déposant le demande », souligne une troisième source, sans toutefois trop sembler croire à cette hypothèse. Sur le site lebaneselira.org, ce taux a d’ailleurs remplacé celui de 2 000 qui faisait office de taux officiel pour les bureaux de change, un plafond imposé par une autre circulaire de la BDL (n°456) qui n’a cependant jamais été réellement appliqué. Ces deux taux – celui officiel de 1 507,5 livres maintenu par la BDL et celui du marché des changeurs agréés, coexistent avec un troisième taux, celui du marché noir, qui s’est stabilisé au-dessus de 2 800 livres.

Une quatrième source estime enfin que la BDL doit impérativement préciser certains points qui ne sont « pas clairs », notamment concernant les modalités de financement de l’opération entre les banques et elle.


Une « décision positive » pour Morgan Stanley

La BDL a fait la une de l’actualité vendredi en publiant ces deux circulaires qui mettent en place les bases d’un nouveau régime de change tout en permettant aux petits déposants de comptes en livres ou en dollars de réaliser une plus-value équivalente à la différence entre le taux officiel et le taux pratiqué par les changeurs autorisés. Une mesure prise pour amorcer la transition d’une politique de stabilisation du taux de change maintenue depuis 1997 mais désormais en fin de course tout en augmentant temporairement le pouvoir d’achat des déposants les plus modestes en plein contexte de crise économique et financière, marquée par l’assèchement des liquidités en devises dans le pays.

L’Association des banques du Liban, qui avait été consultée en amont, a salué la publication de ces circulaires dans un communiqué publié dimanche soir. Même son de cloche du côté des changeurs qui ont réagi hier, renouvelant au passage leur appel adressé aux autorités à mettre les changeurs illégaux au pas. Enfin le dispositif mis en place par la BDL a déjà été commenté par la banque américaine d’investissement Morgan Stanley dans une note adressée aux investisseurs que L’Orient-Le Jour a pu consulter. Les analystes de la banque ont salué une décision « positive » qui constitue un premier pas vers « une dé-dollarisation de l’économie libanaise » en commençant par « les petits comptes ». La banque reconnaît néanmoins les limites du dispositif en termes d’impact, dans la mesure où les dépôts en dollars visés pèsent « moins de 1 % » de ceux en devises enregistrés dans les banques libanaises.



Lire aussi

Pourquoi la restructuration du secteur bancaire libanais est inévitable

Coronavirus au Liban : seuls les retraits de « dollars frais » sont désormais possibles



Les banques n’ont pas encore commencé à appliquer le dispositif prévu par la Banque du Liban (BDL) pour permettre aux petits déposants de retirer leurs économies en livres ou en dollars au taux du marché plutôt qu’à celui de...

commentaires (8)

Quelques chefs de tribus veulent offrir des cadeaux à leurs valets soumis . ils ont acheté les dollars au taux officiel de 1500L.L et obligent les banques à vendre ce dollar à 2600L.L et le comble les banques et les changeurs officiels sont fermés.

Antoine Sabbagha

17 h 12, le 07 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Quelques chefs de tribus veulent offrir des cadeaux à leurs valets soumis . ils ont acheté les dollars au taux officiel de 1500L.L et obligent les banques à vendre ce dollar à 2600L.L et le comble les banques et les changeurs officiels sont fermés.

    Antoine Sabbagha

    17 h 12, le 07 avril 2020

  • De quel droit les autorités volent l’argent des citoyens pour en disposer et sortir tous les jours des décisions pour mieux les plumer? Les libanais devraient intenter un procès sans tarder auprès des instances internationales pour que leur argent leur soit rendu illico sans aucune condition sous peine de voir les institutions à son tour plumées faute de paiement et ça s’appelle une désobéissance civile. Les ordres camouflés pour instaurer une dictature doivent être réfutés et c’est le peuple qui devrait tenir l’état en otage et non le contraire. Vous bloquez notre argent on arrête de payer nos factures. Un point c’est tout.

    Sissi zayyat

    13 h 52, le 07 avril 2020

  • Encore un coup pas du tout fourré de la part des banques....

    NAUFAL SORAYA

    11 h 20, le 07 avril 2020

  • Et pourquoi les banques payent 50% des intérêts au taux de 1507,50LL. C’est contraire à la Constitution de traiter de façon inégale les citoyens. Mais l’association des b.... du Liban et les technocrates alternés ont beaucoup d’imagination et de savoir faire pour voler la population de même qu’à continuer à gaspiller l’argent public avec le barrage qui coûte des centaines de millions de $ alors que selon leur rapport au GIS 50% de la population est sous le seuil de la pauvreté. Ces technocrates ont dépassé leurs prédécesseurs par la débilité de leurs décisions

    Liberté de Penser

    10 h 03, le 07 avril 2020

  • C,EST DE PIEGE TENDU PAR LES PREDATEURS BANQUIERS VOLEURS DES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS QU,IL EN EST QUESTION.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 50, le 07 avril 2020

  • LE TAUX DU MARCHE EST DEJA A 3500/3600. ILS VEULENT PIEGER LES TRES PETITS DEPOSANTS ET DEVALISER LES PLUS GRANDS. LA TACTIQUE DES PREDATEURS BANQUIERS VOLEURS DES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS EST UNE TACTIQUE MAFIEUSE. AVEC LA BENEDICTION DES ABRUTIS CORROMPUS ET VOLEURS QU,AUCUNE JUSTICE N,INQUITE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 48, le 07 avril 2020

  • pas du tout confiance dans cette opération de change pour les petits déposants. Pourquoi ils doivent fermer leur compte ? En fait ils veulent ramasser 700 millions de usd pour financer sad bisri.

    Sayegh Aline

    09 h 33, le 07 avril 2020

  • Irresponsables et voleurs oeuvrant en synergie avec une autorité absente.

    Ô Liban

    08 h 27, le 07 avril 2020