Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Coronavirus : le bilan au Liban passe à 248 cas

Les pharmacies appelées à ne vendre les médicaments à base de chloroquine que sur ordonnance.

Du désinefctant vaporisé près d'un camp informel de réfigués syriens à Saïda, le 22 mars 2020. AFP / Mahmoud ZAYYAT

Le nombre total de personnes contaminées par le nouveau coronavirus au Liban s'élève désormais à 248, selon un dernier décompte du ministère de la Santé rendu public dimanche, avec 18 nouveaux cas enregistrés ces dernières 24 heures. 

Dans un rapport publié par la Chambre d'opérations nationale pour la gestion des catastrophes (installée au Sérail gouvernemental), 56% des personnes contaminées jusqu'à présent au Liban sont des hommes, pour 44% de femmes. 225 cas sur les 248 (soit 91%) sont de nationalité libanaise. Les 9% restants sont répartis sur plusieurs nationalités, notamment : des Syriens (3 cas), des Égyptiens (3 cas), des Soudanais (2), Néerlandais (2), Iraniens (2), Éthiopiens (2), Bangladais (2), et des cas isolés de ressortissants togolais, saoudiens, qataris, irakiens, français, britanniques et autrichiens. 

Le ministère de la Santé indique, lui, que cinq autres cas ont été déclarés positifs selon des tests pratiqués par des laboratoires non homologués, dans l'attente d'une confirmation de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri. Dans ce cadre, la Santé appelle toutes les personnes diagnostiquées positives par les laboratoires non homologuées (dont la majorité ne développe pas de symptômes), à rester à l'isolement chez elles en attendant le résultat de leur test de confirmation.

Selon un dernier bilan, quatre personnes sont décédées des suites du coronavirus, et quatre autres se trouvent dans un état critique. En revanche, huit personnes porteuses du virus ont été guéries. Dans son rapport journalier, l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth a annoncé en soirée que 58 personnes étaient actuellement à l'isolement au sein de l'établissement, dont 3 dans un état grave.

"Nous ne sommes pas encore au stade 4, mais à celui de la propagation limitée du virus", a déclaré le ministre de la Santé, Hamad Hassan, lors d'un entretien à la radio. Indiquant que la source de la contamination reste inconnue pour six personnes, M. Hassan a dit "craindre une propagation sociale" du Covid-19.

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus, le ministre de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a affirmé dans la journée que les infractions menaçant la santé publique seront réprimées, tandis que l'armée libanaise et les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont renforcé leurs patrouilles afin de faire appliquer les mesures de confinement, conformément aux directives annoncées samedi par le Premier ministre Hassane Diab dans le cadre de la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus.



(Lire aussi : Le nerf de la coronaguerre, l'édito de Issa GORAIEB)



Chloroquine
Par ailleurs, le ministre de l'Industrie, Imad Hobballah a assuré que le Liban disposait d'un stock suffisant de masques et de désinfectants, lors d'une tournée d'inspection des usines de fabrication de ces produits dans plusieurs régions du pays.

En outre, le ministère de la Santé et l'Ordre des pharmaciens ont appelé dans la journée les pharmacies à ne vendre que sur ordonnance les médicaments à base de chloroquine, un traitement contre le paludisme, présumé efficace dans la lutte contre le nouveau coronavirus.

La chloroquine, un antipaludéen utilisé depuis des décennies, a fait l'objet d'essais cliniques encourageants sur un petit nombre de patients en Chine et en France comme possible traitement pour les malades du Covid-19. Et jeudi, le président américain Donald Trump a prédit un recours imminent à ce médicament aux Etats-Unis, affirmant qu'il espérait le rendre "disponible quasiment immédiatement". Mais nombre d'experts ont appelé à la prudence en soulignant l'absence de données cliniques solides et publiques sur ses effets.



Lire aussi
Tout ce que vous voulez savoir sur le coronavirus au Liban est sur le site du ministère de la Santé

« Chacun a pleuré seul, dans son coin » : les funérailles au temps du coronavirus

Le pouvoir accusé de tirer profit du coronavirus pour intimider les protestataires

« Le stock d’équipements de protection individuelle de la Croix-Rouge libanaise est presque épuisé »


Le nombre total de personnes contaminées par le nouveau coronavirus au Liban s'élève désormais à 248, selon un dernier décompte du ministère de la Santé rendu public dimanche, avec 18 nouveaux cas enregistrés ces dernières 24 heures. Dans un rapport publié par la Chambre d'opérations nationale pour la gestion des catastrophes (installée au Sérail gouvernemental), 56% des...

commentaires (7)

En ce qui concerne la CHLOROQUINE, je voudrai dire que j'en ai avalé des quantités phénoménales en Afrique , pour avoir été atteint de malaria . On avait l'habitude tout jeune d'avaler 1 comprimé après le déjeuner en préventif, MON père nous la donnait à table. Elle nous a avait toujours protégée contre le palu, et puis un jour on nous a expliqué que les effets secondaires étaient très nocifs . Je ne sais pas pour le covid 19 , mais je pressent ici aussi une question de gros sous et arnaques du fait que comme le bifteck semble passer sous le nez de certains , on se remette à critiquer cette médication qui semblerait avoir fait son effet positif . L'éminent professeur Raoult est attaqué par Yves Lévy, le mari de Mme Buzyn qui n'apprécie pas ce professeur et veut lui mettre des bâtons dans les roues . Bien sûr ne jamais perdre de vue que c'est toujours une question de gros sous , ces histoires là.

FRIK-A-FRAK

15 h 13, le 23 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • En ce qui concerne la CHLOROQUINE, je voudrai dire que j'en ai avalé des quantités phénoménales en Afrique , pour avoir été atteint de malaria . On avait l'habitude tout jeune d'avaler 1 comprimé après le déjeuner en préventif, MON père nous la donnait à table. Elle nous a avait toujours protégée contre le palu, et puis un jour on nous a expliqué que les effets secondaires étaient très nocifs . Je ne sais pas pour le covid 19 , mais je pressent ici aussi une question de gros sous et arnaques du fait que comme le bifteck semble passer sous le nez de certains , on se remette à critiquer cette médication qui semblerait avoir fait son effet positif . L'éminent professeur Raoult est attaqué par Yves Lévy, le mari de Mme Buzyn qui n'apprécie pas ce professeur et veut lui mettre des bâtons dans les roues . Bien sûr ne jamais perdre de vue que c'est toujours une question de gros sous , ces histoires là.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 13, le 23 mars 2020

  • DOMMAGE ! LES GENS CIRCULENT TOUJOURS COMME SI DE RIEN N,ETAIT. L,IRRESPONSABILITE INDIVIDUELLE ET GENERALE...

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    19 h 42, le 22 mars 2020

  • Seulement 2 Iraniens ? Permettez moi que j'endoute.

    Eleni Caridopoulou

    18 h 46, le 22 mars 2020

  • La chloroquine se fait rare en effet dans les pharmacies mais il faut être prudent .

    Antoine Sabbagha

    18 h 27, le 22 mars 2020

  • Il y a eu un rush sur les pharmacies pour acheter la chloroquine. Pour éviter de voir disparaître le stock inutilement,et pour le garder éventuellement pour les cas de coronavirus, il a été décidé de ne pas le vendre sans ordonnance. Autrement, les effets secondaires ne sont pas en cause, car il en a comme tous les autres médicaments.

    Esber

    18 h 04, le 22 mars 2020

  • Le bilan du Liban selon Nabil...

    Gros Gnon

    17 h 55, le 22 mars 2020

  • La chloroquine semble efficace, mais peut avoir des effets secondaires très graves. Elle ne doit être utilisée que sous surveillance médicale.

    Yves Prevost

    17 h 19, le 22 mars 2020

Retour en haut