Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

L'ambassadrice US appelle le Liban à répondre aux exigences des manifestants

"Les États-Unis soutiennent toujours les revendications légitimes des manifestants dans le contexte des opportunités économiques, de la responsabilité et de la transparence", affirme Dorothy Shea, à l'issue d'un entretien avec Hassane Diab.

L'ambassadrice US à Beyrouth, Dorothy Shea, reçue le 13 mars 2020 par le Premier ministre Hassane Diab au Grand Sérail. Photo Dalati et Nohra

La nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à Beyrouth, Dorothy Shea, a affirmé vendredi que le Liban n'arrivera à restaurer la confiance internationale qu'en répondant aux exigences de réformes exprimées par le mouvement de contestation de la classe dirigeante, alors que le pays traverse sa plus grave crise économique et financière depuis 30 ans.

"Le peuple libanais a légitimement appelé à une réforme, à la fin de la corruption et à l’adoption de politiques efficaces et nécessaires pour sortir le Liban de sa crise économique sans précédent. Les États-Unis soutiennent toujours les revendications légitimes des manifestants dans le contexte des opportunités économiques, de la responsabilité et de la transparence. Ce n'est qu'en répondant à ces exigences que le Liban pourra entamer le long processus de restauration de la confiance internationale", a déclaré Mme Shea dans une déclaration au Grand Sérail à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre Hassane Diab.

"Nous cherchons un avenir radieux pour le peuple libanais, qui mérite un pays stable, sûr, souverain et prospère. Nous soutenons le peuple libanais pour encourager son gouvernement à entreprendre de vrais changements dans ses politiques et à paver la voie pour obtenir la confiance du peuple et le soutien de la communauté internationale", a ajouté l'ambassadrice, insistant sur l'"importance vitale" du partenariat entre le Liban et les Etats-Unis "non seulement pour nos deux pays, mais également pour tous les pays de la région".

Après son entretien avec le chef du gouvernement, Mme Shea s'est rendu au palais Bustros pour un entretien avec le chef de la diplomatie libanaise, Nassif Hitti. Jeudi, l'ambassadrice avait remis ses lettres de créance au chef de l’État, Michel Aoun au cours d’une cérémonie organisée en présence de M. Hitti.

Avec une dette de 92 milliards de dollars -81,5 milliards d'euros, soit environ 170% du PIB-, le Liban fait partie des pays les plus endettés au monde. Samedi dernier, M. Diab avait annoncé que le Liban ne serait pas en mesure de rembourser 1,2 milliard d'eurobonds - des obligations émises en dollars par l'Etat - qui arrivaient à échéance lundi dernier. Face à ce premier défaut de paiement de l'histoire du pays, le chef du gouvernement a dévoilé une prochaine restructuration de la dette, après des négociations avec les créanciers. Jeudi, le Fonds monétaire international avait exhorté le Liban à mettre "rapidement" en œuvre une série de réformes pour endiguer le marasme économique.

Ces dernières semaines, les gouvernements occidentaux et du Golfe ont prévenu que tout soutien à Beyrouth dépendait de la mise en œuvre de réformes longtemps repoussées, pour traiter les causes profondes de ses difficultés, comme la corruption et une gouvernance défaillante.

C'est dans ce contexte de crise économique que la campagne de Washington contre le Hezbollah, considéré comme une organisation terroriste, s'est intensifiée ces dernières semaines. Fin février, de nouvelles sanctions US, inédites dans le genre, ont visé des institutions du Hezbollah, notamment des sociétés pharmaceutiques ainsi que des responsables et des entités liées à la puissante "Fondation du martyr" qui subvient aux besoins des familles des militants du parti chiite tués au combat.


Lire aussi

L’administration US s’apprêterait à sanctionner des Libanais pour corruption

Face au Hezbollah et à l’Iran, Washington n’exclut pas de passer à la vitesse supérieure

La nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à Beyrouth, Dorothy Shea, a affirmé vendredi que le Liban n'arrivera à restaurer la confiance internationale qu'en répondant aux exigences de réformes exprimées par le mouvement de contestation de la classe dirigeante, alors que le pays traverse sa plus grave crise économique et financière depuis 30 ans."Le peuple libanais a légitimement appelé à...
commentaires (3)

ne vous fatiguer pas ce gouvernement fait semblent de vouloire reformer mais il sait pieds et mains liées et ne peut rien faire , les américains aussi tout ce qu ils demandent c est désarmer le hozballah pour sortir le canet de cheque ils le savent sans faire pression sur israel et rendre les parcelles occupées au liban n auront rien en attendant dieu protège le Liban et les libanais

youssef barada

19 h 54, le 24 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • ne vous fatiguer pas ce gouvernement fait semblent de vouloire reformer mais il sait pieds et mains liées et ne peut rien faire , les américains aussi tout ce qu ils demandent c est désarmer le hozballah pour sortir le canet de cheque ils le savent sans faire pression sur israel et rendre les parcelles occupées au liban n auront rien en attendant dieu protège le Liban et les libanais

    youssef barada

    19 h 54, le 24 juin 2020

  • BAS LES MAINS. LAISSEZ LE LIBAN EN PAIX AUX SOINS DE SES ENFANTS QUI POUR UNE FOIS DOIVENT S,ENTENDRE ET COOPERER.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    18 h 32, le 13 mars 2020

  • Petite hypocrisie quand même, les transactions se sont faites en us dollars oui ou non ? Donnez nous les noms de vos alliés qui ont utilisé les TT pour transférer les fonds volés vers la suisse mais aussi l'Amérique le Canada et l'Europe. Vous êtes forts pour déceler les transactions en usd pour sanctionner vos ennemis , oui ou non ? Sinon ne vous fatiguez pas à nous ressortir vos conseil et modalités douteuses .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 39, le 13 mars 2020

Retour en haut