Liban

Eurobonds, coronavirus, électricité : Joumblatt appelle à soutenir le gouvernement Diab

Le leader druze appelle à "fermer tous les passages de la mort, aux niveaux terrestre, aérien et maritime" afin d'endiguer le nouveau virus.

Le leader druze libanais Walid Joumblatt. Photo d'archives REUTERS/Philippe Wojazer

Le leader druze libanais Walid Joumblatt a appelé mardi à soutenir le gouvernement de Hassane Diab, au moment où celui-ci est conspué par une large partie de la contestation populaire et des partis politiques qui disent se positionner dans l'opposition. "A l'ombre de ces immenses crises, à savoir le coronavirus, le dossier de l'électricité et les eurobonds, il faut soutenir le gouvernement au-delà de toute considération car si le vide sévit à nouveau, nous tomberons tous dans l'inconnu", a prévenu le chef du Parti socialiste progressiste.

Concernant le problème du coronavirus, Walid Joumblatt a appelé à "fermer tous les passages de la mort, aux niveaux terrestre, aérien et maritime, à mettre à disposition tous les moyens de surveillance et à répartir les lieux de quarantaines de manière à faciliter le traitement des cas".
Trois nouveaux cas de coronavirus ont été recensés hier au Liban, portant à treize le nombre de personnes atteintes dans le pays. Tous ces cas sont liés à des personnes ayant séjourné en Iran.



(Lire aussi : « L’État n’est plus en mesure de protéger les Libanais » : l'aveu d'impuissance de Hassane Diab)



Par ailleurs, le leader druze, qui s'oppose à la location de navires-centrales par l'Etat pour la production de courant électrique supplémentaire, a appelé à "se reprendre le dossier des mains de ceux qui l'accaparent et à rejeter le plan basé sur des cahiers de charge préparés à l'avance dans l'intérêt des navires-centrales et qui ne réussira pas à extraire du pétrole ou du gaz avant des années". "C'est un coup de marché entre courtiers (...)", a encore estimé le leader druze.
Le Liban a donné jeudi le coup d'envoi de ses premières explorations d'hydrocarbures en Méditerranée menées par Total, un jour qualifié d'"historique" par les dirigeants du pays, à leur tête le président de la République, Michel Aoun.


Restructuration de la dette
Enfin, Walid Joumblatt a appelé à "mettre en place un programme pour la restructuration de la dette selon des conditions posées par l'Etat, afin d'éviter de tomber dans l'inconnu". "Améliorer notre gestion du secteur public est la clé pour un retour de la confiance (...) au Liban", a encore estimé le chef du PSP, qui a appelé à "sortir de la théorie du paradis fiscal et du mensonge de l'économie libre". Le Liban doit rembourser le 9 mars une tranche d'eurobonds à hauteur de 1,2 milliard de dollars, mais le gouvernement de Hassane Diab semble s'orienter vers une restructuration de cette dette.

Le soutien apporté par M. Joumblatt au gouvernement intervient au lendemain des propos tenus par le Premier ministre Diab, qui ont provoqué la colère de la rue.  Dans un registre inhabituel pour les décideurs du pays, le Premier ministre avait fait preuve d’une rare transparence en brossant un portrait de la triste réalité à laquelle est confronté le pays aujourd’hui : "Malheureusement, l’État se trouve aujourd’hui dans une situation de déchéance et de vulnérabilité qui frôle l’impuissance ; le pays traverse une période extrêmement critique et les Libanais sont inquiets pour leur présent et leur avenir (...)", a déclaré M. Diab. "En toute franchise, compte tenu de la situation dans laquelle il se trouve, l’État n’est plus en mesure de protéger les Libanais et de leur assurer une vie décente. En toute transparence, je dis que cet État a perdu la confiance des Libanais", a-t-il ensuite reconnu. Ces propos ont suscité la colère de Libanais qui, à Jiyé, au sud de Beyrouth, dans la Békaa, au Liban-Nord et même sur la voie express du Ring, ont coupé des routes en soirée. M. Diab a alors tenu à clarifier ses propos, affirmant qu’il n’avait fait que "s’adresser en toute franchise aux gens" et martelant sa détermination à assumer ses responsabilités. Il a, en outre, accusé certaines parties qui pourraient selon lui être malintentionnées d’avoir déformé ses propos.


Lire aussi

Le Hezbollah, point de convergence et de... divergence au sein de l’opposition

L’imbroglio et nous, l'édito de Michel Touma


Le leader druze libanais Walid Joumblatt a appelé mardi à soutenir le gouvernement de Hassane Diab, au moment où celui-ci est conspué par une large partie de la contestation populaire et des partis politiques qui disent se positionner dans l'opposition. "A l'ombre de ces immenses crises, à savoir le coronavirus, le dossier de l'électricité et les eurobonds, il faut soutenir le...

commentaires (7)

Peut être qu’il a eu raison car Le premier ministre est entrain de changer ?!?

Bery tus

06 h 39, le 04 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Peut être qu’il a eu raison car Le premier ministre est entrain de changer ?!?

    Bery tus

    06 h 39, le 04 mars 2020

  • La girouette ose encore donner des conseils à qui veut bien l'entendre. Drôle.

    TrucMuche

    16 h 47, le 03 mars 2020

  • Les masques tombent et ceux qui nous ont mis dans la merde ... veulent maintenant qu’on soutienne le gouv Diab ... mais pas pour les mêmes raisons qu’on croit connaître !! Bande de ridicule et summum de la médiocrité

    Bery tus

    15 h 07, le 03 mars 2020

  • CE SONT TOUJOURS LES MÊME QUI DONNENT LES LEÇONS À SUIVRE. LE GOUVERNEMENT ET SON PREMIER MINISTRE SONT MUETS.

    Gebran Eid

    14 h 55, le 03 mars 2020

  • Sursum Corda ! Enfin , Le bey a compris que le danger est trop grand qui risque de faire éclater tout le Liban, plus volatil que jamais ! Soutenons le gouvernement Diab, nous sommes à un moment crucial où nous risquons de voir le Liban disparaitre et être remplacé comme la Lybie, par des hordes qui s'entretuent !

    Chucri Abboud

    13 h 37, le 03 mars 2020

  • S'il revient à de meilleurs sentiments c'est qu'il est dans le collimateur des corrompus encore plus que les autres . La seule différence est qu'il fait partie du camp des pro occident. Ceux que les yanky ne toucheront pas en général .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 51, le 03 mars 2020

  • Qu'on l'aime ou pas, il a toujours visé juste! Et c’est le premier à avouer que tout le monde était mouillé dans la corruption

    Jack Gardner

    11 h 41, le 03 mars 2020