Epidémie

Coronavirus : mesures pour soutenir l'économie, ruée sur les masques

Plus de 92.700 cas au total, dont plus de 3.100 décès, 77 pays et territoires touchés.

Des personnes contaminées par le coronavirus transportées à bord d'une ambulance vers un hôpital de Wuhan, en Chine, le 3 mars 2020. AFP / STR

La communauté internationale commençait à se mobiliser face à une économie mondiale paralysée par le nouveau coronavirus, avec notamment la baisse surprise mardi des taux de la banque centrale américaine, tandis que la crainte d'un manque d'équipements de protection grandissait.

Attendu avec impatience par les marchés financiers, victimes la semaine dernière d'une chute des cours inédite depuis 2008, le G7, qui compte parmi les pays les plus riches de la planète, s'est dit "prêt à agir, y compris à prendre des mesures budgétaires si c'est approprié", pour soutenir l'économie.

La Fed (la banque centrale américaine) a dans la foulée abaissé de 0,5 point de pourcentage ses taux face aux "risques" que fait courir l'épidémie aux Etats-Unis. Un geste rare, car intervenant en dehors du calendrier habituel, qui n'a cependant pas réussi à satisfaire le président Donald Trump. Les marchés ne savaient pour leur part pas très bien comment réagir à cette nouvelle qui a fait l'effet d'une bombe. Si les Bourses européennes l'ont applaudie, l'indice vedette de Wall Street a reperdu du terrain.

Rien ne dit en effet que l'engagement du G7 et la décision de la Fed suffiront à réveiller une économie mondiale qui ralentit au fur et à mesure que la maladie se diffuse: plus de 92.700 cas au total, dont plus de 3.100 décès, 77 pays et territoires touchés, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles à 17H00 GMT.



(Lire aussi : Petit tour du monde des nouveaux us et coutumes en temps de coronavirus)


La propagation s'accélère
L'épidémie semble certes faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes visent plus de 50 millions de personnes depuis fin janvier. Le recul y est "réel", a noté mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais la province orientale du Zhejiang (est) a annoncé que huit Chinois de retour d'Italie étaient porteurs du virus, confirmant les craintes d'une recontamination du pays, cette fois par l'extérieur.

Et la propagation s'accélère au niveau international : dans des pays déjà atteints tels la Corée du Sud qui compte le plus grand nombre de cas (5.186, dont 28 décès) derrière la Chine et l'Iran où l'on recense désormais le plus de morts (77) liées à la maladie en dehors du territoire chinois; ou en allumant de nouveaux foyers, comme en Ukraine, au Maroc ou en Lettonie, qui viennent chacun de signaler un premier cas.

Conséquence, l'Union européenne a relevé lundi son évaluation du risque et les ministres de la Santé de ses Etats membres auront une "réunion extraordinaire" vendredi à Bruxelles. En Italie, le pays le plus touché en Europe, 79 décès ont été recensés et plus de 50.000 habitants sont en quarantaine dans une "zone rouge". Le pape François, souffrant d'un "rhume" qui le fait tousser, a toutefois été testé négatif au nouveau coronavirus. Les négociateurs européens et britanniques, réunis mardi pour une deuxième journée de discussions sur les relations post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni, se sont quant à eux "mis d'accord" pour éviter de se serrer la main. Et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé par mesure de prévention de fermer à la presse sa rencontre prévue pour jeudi et vendredi à Vienne.

Aux Etats-Unis, plus de 90 malades ont été recensés, dont la moitié sont des personnes rapatriées de l'étranger. D'autres sont sans lien connu avec un foyer de l'épidémie, ce qui laisse à penser que le virus commence à circuler sur le sol américain, encore très épargné.



(Lire aussi : Le nouveau coronavirus rouvre le débat entre science et religion en Iran)



Pas assez de masques ?
Dans ce contexte, les fabricants de masques de protection peinent à suivre une demande qui explose, l'OMS alertant mardi sur le "rapide épuisement" des stocks d'équipements pour lutter contre le coronavirus. En France, le président Emmanuel Macron a annoncé mardi que l'Etat réquisitionnait "tous les stocks et la production de masques de protection" pour les distribuer au personnel soignant et aux personnes porteuses du virus.

L'épidémie bouleverse non seulement l'activité économique, mais aussi la vie sportive et les gestes de tous les jours. Google a demandé à certains de ses employés en Irlande, ayant été en contact avec un collègue présentant des symptômes grippaux, de travailler à domicile et Twitter a "fortement" encouragé son personnel faire de même dans le monde entier. La NBA a conseillé aux joueurs de basket aux Etats-Unis de faire des poing-à-poing plutôt que des "high five" (tapes dans la paume de main) avec les fans, selon un média américain. Le Comité olympique international continue toutefois à se préparer "pour des jeux Olympiques de Tokyo-2020 réussis", a dit mardi son président, à moins de cinq mois de la cérémonie d'ouverture.

Parallèlement, nombre des supermarchés signalent une ruée sur les pâtes, l'eau minérale ou le papier toilette. "Il est peu probable qu'acheter des lingettes, des nouilles déshydratées ou même des masques aide les gens à être en sécurité. Mais le simple fait d'acheter ces biens peut les calmer et leur donner l'impression qu'ils ont encore un peu de contrôle sur leurs vies", analysent Andy Yap et Charlene Chen, chercheurs à l'école de management Insead.



Lire aussi
Coronavirus : quelle est l'ampleur réelle de l'épidémie en Iran?

Comment la propagation du virus bouscule les habitudes au Liban


La communauté internationale commençait à se mobiliser face à une économie mondiale paralysée par le nouveau coronavirus, avec notamment la baisse surprise mardi des taux de la banque centrale américaine, tandis que la crainte d'un manque d'équipements de protection grandissait.

Attendu avec impatience par les marchés financiers, victimes la semaine dernière d'une chute...

commentaires (0)

Commentaires (0)