Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Des dizaines de jihadistes français actifs dans la bataille d'Idleb, selon France 24

"Ils sont où ? Ils sont en face" : dans une vidéo d'une quarantaine de secondes, reçues par la chaîne, on peut voir trois combattants retranchés derrière une barricade échangeant des tirs de mitrailleuse et s'exprimant en français.

La ville de Saraqeb, dans la province d'Idleb, bombardée par les forces du régime syrien et de ses alliés, le 28 février 2020. Photo REUTERS/Umit Bektas

Plusieurs dizaines de jihadistes français participent à la bataille d'Idleb en Syrie, dernier bastion insurgé où le régime du président syrien Bachar el-Assad mène une offensive militaire depuis décembre, selon des documents publiés par la chaîne France 24.

"Ils sont où ? Ils sont en face" : dans une vidéo d'une quarantaine de secondes, reçue par la chaîne, on peut voir trois combattants retranchés derrière une barricade échangeant des tirs de mitrailleuse et s'exprimant en français.

Selon le journaliste de la chaîne Wassim Nasr, spécialiste des réseaux jihadistes, il s'agit de combattants français qui affrontent l'armée syrienne à Idleb, province du nord-ouest de la Syrie. "Ce sont quelques dizaines de personnes présentes sur zone depuis 2013 et qui ont constitué un camp à la frontière turco-syrienne", explique t-il. Le journaliste indique avoir interviewé "pendant deux heures" le "plus gros recruteur de français vers la Syrie", Omar Omsen, qui assure être indépendant et ne dépendre d'aucun groupe, ni el-Qaëda, ni Etat Islamique. L'un des combattants sur la vidéo serait par ailleurs l'un des fils d'Omar Omsen, selon le journaliste de France 24.

Depuis décembre 2019, le régime de Bachar el-Assad mène une offensive meurtrière pour reprendre le bastion rebelle d'Idleb. La situation humanitaire y est critique avec près d'un million de déplacés. La ville est également le théâtre d'un conflit diplomatique entre la Russie qui soutient Damas et la Turquie voisine.
Ces dernières semaines, le président turc Recep Tayyip Erdogan a plusieurs fois sommé les forces syriennes de se retirer de certaines zones à Idleb d'ici la fin février, menaçant sinon de les y contraindre par la force. Jeudi, la Turquie a essuyé de lourdes pertes, avec la mort de 33 soldats dans des frappes du régime de Damas. Les forces turques ont riposté et affirmé samedi avoir détruit une "installation d'armes chimiques". Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG, au moins 48 soldats syriens et 14 combattants du Hezbollah, allié de Damas, ont été tués dans des frappes turques.



Lire aussi
Dans les prisons de Syrie, « une armée de Daech en hibernation »


Pour mémoire
Jihadistes détenus en Syrie : la France évoque l'hypothèse d'un rapatriement

Vers un « Nuremberg » pour l'État islamique ? (1/2)

Un tribunal « hybride » en Irak pourrait-il être la solution pour juger les étrangers de l’État islamique ? (2/2)


Plusieurs dizaines de jihadistes français participent à la bataille d'Idleb en Syrie, dernier bastion insurgé où le régime du président syrien Bachar el-Assad mène une offensive militaire depuis décembre, selon des documents publiés par la chaîne France 24."Ils sont où ? Ils sont en face" : dans une vidéo d'une quarantaine de secondes, reçue par la chaîne, on peut voir trois...

commentaires (1)

INCHALLAH LA DEBANDADE TURQUE EST PROCHE. EN LYBIE COMME EN SYRIE. ILS VONT SE FAIRE CASSER LES DENTS ET LES PIEDS EN SYRIE ET EN LYBIE.

SPECIALE RUBRIQUE+NO CENSURE=REABONNEMENT+SOUTIEN.

10 h 54, le 01 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • INCHALLAH LA DEBANDADE TURQUE EST PROCHE. EN LYBIE COMME EN SYRIE. ILS VONT SE FAIRE CASSER LES DENTS ET LES PIEDS EN SYRIE ET EN LYBIE.

    SPECIALE RUBRIQUE+NO CENSURE=REABONNEMENT+SOUTIEN.

    10 h 54, le 01 mars 2020

Retour en haut