Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus

Dans un village de la Békaa-Ouest, des Syriens sommés de rester en quarantaine « sous peine de sanctions »

« Il n’est pas logique de prendre des décisions qui font la distinction entre Syriens et Libanais dans un même village », fait remarquer le caïmacam de la Békaa-Ouest.

Deux femmes portant des masques de protection dans le périmètre de l'hôpital Rafic Hariri à Beyrouth, le 21 février 2020. Photo d'illustration AFP / JOSEPH EID

Le diagnostic du premier cas d’une infection au nouveau coronavirus (Covid-19) au Liban a poussé certaines autorités locales à prendre des mesures contestées pour tenter de lutter contre la propagation du virus dans leurs communautés. Ainsi, le conseil municipal du village de Baaloul, dans la Békaa-Ouest, a publié mardi une décision sommant des réfugiés syriens résidant dans le village et rentrant de Syrie de « s’isoler dans leur lieu de résidence, que ce soit une tente ou une maison, quinze jours durant, sous peine de sanctions ».

Interrogé par L’Orient-Le Jour sur cette mesure, le président du conseil municipal, Mohammad Mohieddine, a expliqué qu’elle englobe les nouveaux venus de Syrie et non l’ensemble des réfugiés syriens dont le nombre s’élève à 1 250 dans le village. « Cette décision vise à protéger les Syriens de la région, a-t-il ajouté. Si l’un d’entre eux se rend en Syrie et attrape le virus, il va faire du tort aux autres Syriens, alors que nous ne disposons pas dans le village de salles d’isolement, si un cas se déclarait. »

Commentant à L’OLJ cette décision, le caïmacam de la Békaa-Ouest, Wissam Nesbiyé, a indiqué qu’il allait suivre l’affaire, soulignant que « toute décision prise par les municipalités ne doit pas porter atteinte aux libertés individuelles ». « Il n’est pas logique de prendre des décisions qui font la distinction entre Syriens et Libanais dans un même village », fait-il remarquer.


(Lire aussi : Deuxième cas de coronavirus au Liban)



M. Nesbiyé a ajouté qu’il s’est réuni avec les présidents des conseils municipaux de la Békaa pour discuter des mesures préventives en vue d’éviter une propagation du virus. Il a ainsi été décidé de coordonner avec le ministère de la Santé publique pour organiser des conférences de sensibilisation à l’intention des familles, mais aussi pour exposer aux directions des écoles les mesures à prendre pour prévenir la propagation du virus. M. Nesbiyé a noté dans ce cadre qu’un atelier de travail sera organisé incessamment à l’intention des notables de la région pour discuter des mesures de prévention, d’autant que la Békaa n’est pas dotée d’infrastructures hospitalières capables de prendre en charge d’éventuels cas.

Les réactions à la décision prise par la municipalité de Baaloul ne se sont pas fait attendre. Sur sa page Facebook, le site Akhbar al-Saha lié au mouvement de contestation a ainsi dénoncé un État « raciste » qui, « au lieu d’arrêter le trafic aérien avec l’Iran ou de prendre des mesures médicales de prévention », impose aux Syriens et aux personnes venant de Syrie de se mettre en quarantaine, rappelant que le premier cas avéré d’infection au coronavirus est celui d’une Libanaise rentrée d’Iran.


Lire aussi

Des masques, pour quoi faire..., l'éditorial de Issa GORAIEB

Les régions libanaises qui accueillent les pèlerins rentrés d’Iran, entre défi et panique

Face aux étals dévalisés à Milan, les Libanais se souviennent des « années de guerre »

Coronavirus : le Liban a les capacités médicales pour gérer une éventuelle épidémie

Coronavirus : quand les Libanais se lâchent sur les réseaux sociaux


Le diagnostic du premier cas d’une infection au nouveau coronavirus (Covid-19) au Liban a poussé certaines autorités locales à prendre des mesures contestées pour tenter de lutter contre la propagation du virus dans leurs communautés. Ainsi, le conseil municipal du village de Baaloul, dans la Békaa-Ouest, a publié mardi une décision sommant des réfugiés syriens résidant dans le...

commentaires (6)

POURQUOI ? SONT-ILS VENUS D,IRAN DE CHINE OR D,ITALIE ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

13 h 56, le 27 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • POURQUOI ? SONT-ILS VENUS D,IRAN DE CHINE OR D,ITALIE ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 56, le 27 février 2020

  • Qu'il est déplorable l'orgueil démesuré et l'aveuglement idéologique dans lesquels sont tombés les partisans de l'Axe vérolé et la fuite des réalités de la part de notre pseudo à gouvernement illégitime qui fait tout pour les protéger. Non mais sans blague. Les faits parlent d'eux mêmes. L'Iran n'est pas le pays le plus contaminé après la Chine et je pense que le trafic aérien entre le Liban et l'Italie est bien plus important que celui entre le Liban et l'Iran. Oui MAIS. Il se trouve que les 2 cas libanais proviennent d'un avion en provenance d'Iran alors que les vols entre le Liban et l'Italie n'ont pas apporté de contamination. OH MAIS POURQUOI ? Parce que de un l'Italie lutte bien mieux que l'Iran contre le virus (taux de décès bien moins élevé) et de deux une part sûrement minoritaire mais probablement non négligeable des personnes qui transitent entre le Liban et l'Iran sont des "résistants" de l'Axe vérolé et donc au dessus des lois y compris des lois sanitaires. Voilà pourquoi selon des considérations uniquement sanitaires un Téhéran-Beyrouth est bien plus dangereux qu'un Milan-Beyrouth. Mais qu'ont à voir les réfugiés syriens dans tout celà ? Alors là le summum de la lâcheté et de l'injustice est atteint par nos "autorités". Aux réfugiés syriens on dit: ne bougez pas sinon les matraques sont prêtes, et aux vraies personnes à risque: il serait mieux que vous restiez chez vous mais faites comme vous voulez, ô Résistants de l'Axe des "déshérités" Tout-Puissant.

    Citoyen libanais

    10 h 55, le 27 février 2020

  • Mesure louable prise par le président municipal . Les iraniens et les syriens ont un fort échange entre eux dont le pèlerinage ; d'où risque . Je m'étonne par la même occasion : un réfugié syrien peut si facilement se rendre dans son pays sans danger et sans crainte pour sa vie et retourner au Liban et garder son statut de réfugié ? !

    Lecteurs OLJ

    09 h 01, le 27 février 2020

  • Toutes les mesures sont bonnes pour la non propagation du virus .

    Antoine Sabbagha

    20 h 25, le 26 février 2020

  • En ce moment à Lyon un match de foot va opposer Lyon à la juve. 6000 supporters italiens seront autorisés à se rendre en France. Nous parler de ségrégation au Liban c'est gentil, mais je pense que c'est bon la chloriquine peut soigner la coronavirus. J'en ai avalé des tonnes pour soigner mes malarias africaines. Les syriens ne craindront plus rien . Les benêts peuvent se calmer.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 16, le 26 février 2020

  • Au pays d'Ubu, ce qui est bon pour les réfugiés syriens n'est pas valable pour les encéphalogrammes plats qui reviennent d'Iran?

    Je partage mon avis

    19 h 40, le 26 février 2020

Retour en haut