santé

Coronavirus : Le Liban s'en remet à l'OMS

Le gouvernement confirme l'arrêt des pèlerinages religieux vers les régions mises en quarantaine, dont l'Iran.

Devant l'hôpital gouvernemental de Rafic Hariri à Beyrouth, visiteurs, corps médical et journalistes portent des masques. Photo Nabil Ismail.

Le gouvernement libanais a décidé mardi de prendre les mesures destinées à limiter les déplacements vers et à partir des pays les plus sérieusement touchés par le coronavirus, en fonction des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), également sollicitée par les autorités pour l'installation de chambres d'isolement sur l'ensemble du territoire, quatre jours après que le Liban ait annoncé qu'un premier cas d'infection avait été enregistré.

Le cabinet de Hassane Diab a également confirmé le principe des mesures préventives pour lutter contre le coronavirus Covid-19, prises la veille par la cellule de crise, dont l'arrêt des pèlerinages religieux dans les pays touchés par le virus. "Il y a une décision de limiter le trafic aérien et de stopper les pèlerinages religieux dans les pays touchés par le coronavirus", a affirmé la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad, à l'issue du Conseil des ministres, indiquant que "de nouvelles mesures seront prises dans les prochains jours à l'aéroport de Beyrouth". "Le ministère de la Santé est attaché à mettre en place les mesures recommandées par l'OMS", a-t-elle ajouté.

Selon des informations de notre correspondante à Baabda, Hoda Chedid, aucune décision n'a été prise concernant une éventuelle fermeture des frontières. Toujours selon ces informations, les autorités libanaises coordonnent leur action avec l'OMS, seule habilitée à décréter si tel ou tel pays constitue un foyer infectieux ou non, alors que le débat sur le renforcement des mesures de restriction visant les pays les plus sérieusement touchés par le coronavirus, dont l'Iran, fait rage.

Des milliers de ressortissants de confession chiite du Liban et des pays arabes du Golfe se rendent régulièrement en Iran pour visiter des lieux saints, en particulier Qom et Machhad. Face à la propagation du virus, qui a contaminé 95 personnes en Iran selon un dernier bilan du ministère de la Santé, les voisins de la République islamique ont annoncé des mesures de restrictions des déplacements et de placement en quarantaine. Dernière en date : les Emirats arabes unis, important partenaire commercial de Téhéran, ont suspendu les vols avec l'Iran, à l'instar de l'Arménie, le Koweït, l'Irak, Oman et la Turquie.






"Ternir l'image du gouvernement"
La ministre Abdel Samad a par ailleurs indiqué que le Premier ministre Hassane Diab a salué "les efforts du ministre de la Santé et de l'ensemble des ministres", déplorant les critiques de "certaines parties" contre l'action du gouvernement. "Le cabinet n'est pas la cause du coronavirus. Malheureusement, au Liban, le travail de certains est exclusivement dédié à tenter de ternir l'image de ce gouvernement (...) Ils ne veulent pas que le Liban soit sauvé de l'effondrement. Ce qu'ils veulent, c'est que le gouvernement échoue, et qu'il échoue à traiter toute crise", a déclaré M. Diab, cité par la porte-parole du gouvernement.

Jusqu’à lundi soir, le Liban comptait toujours un seul cas avéré du nouveau coronavirus, aucun passager sur les deux avions en provenance d’Iran ou le troisième en provenance de Milan, en Italie, ne présentant des symptômes d’infection, selon les équipes médicales du ministère de la Santé qui ont examiné également les membres d’équipage. Selon le bulletin d'information quotidien de l'hôpital Rafic Hariri, publié mardi, sept nouveaux patients ont été placés en quarantaine ces dernières heures au sein de l'établissement. Trois autres patients ont quitté l'hôpital pour être placés à l’isolement à leur domicile.






Plus tôt dans la journée, le député Assem Araji, président de la commission parlementaire de la Santé, avait annoncé que le Liban avait demandé à l'OMS d'aider le ministère de la Santé à mettre en place des chambres d'isolement dans plusieurs régions libanaises. "Nous avons demandé à l'OMS d'aider le ministère de la santé à établir des chambres d'isolement dans les régions libanaises", a déclaré M. Araji à l'issue d'une réunion de la commission qu'il préside. Il a en outre indiqué que "des mesures efficaces ont été mises en place à l'aéroport, mais que le nombre des employés est très faible".

De son côté, le président du syndicat des hôpitaux privés, Sleiman Haroun, a déclaré à l'issue de la même réunion que "le ministre de la Santé a promis d'organiser une visite des différents entrepôts pour vérifier le stock des équipements de protection". "Il nous informera ensuite des résultats pour que nous puissions nous éviter une pénurie des masques de protection, à titre d'exemple", a-t-il ajouté. M. Haroun a également indiqué que la possibilité d'équiper l’hôpital gouvernemental de Saïda ainsi que celui de la Békaa était en train d'être étudiée.




Pas nécessaire de fermer les écoles
En outre, la commission parlementaire de l’Éducation s'est réunie pour discuter des mesures préventives à prendre dans les écoles. Hilda Khoury, directrice de la Direction de l’Orientation Pédagogique et Scolaire au ministère de l’Éducation, a affirmé à l'issue de la réunion "qu'il n'y avait pas lieu de paniquer".

"Le ministère de l'Éducation coordonne avec le ministère de la Santé et l'Organisation mondiale de la Santé les mesures préventives à prendre et le virus n'a pas provoqué de mort chez les personnes de moins de 9 ans", a-t-elle assuré. "Jusqu'à maintenant, il n'est pas nécessaire de fermer les écoles, mais il faut souligner l'importance de la stérilisation complète dans toutes les écoles privées et publiques", a déclaré Mme Khoury. "Le ministère de l'Education organisera une série de réunions avec tous les directeurs de toutes les écoles jeudi et vendredi, et nous distribuerons des produits stérilisants pour les écoles publiques. Une équipe de supervision va entreprendre des visites dans les écoles publiques, a-t-elle ajouté. Nous comptons également sur la sensibilisation des parents."






Lire aussi
Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran, le vice-ministre de la Santé infecté

Coronavirus : le Liban a les capacités médicales pour gérer une éventuelle épidémie

Coronavirus : le Liban annonce de nouvelles mesures, dont l'interdiction de voyager dans des régions touchées

Coronavirus : quand les Libanais se lâchent sur les réseaux sociaux


Le gouvernement libanais a décidé mardi de prendre les mesures destinées à limiter les déplacements vers et à partir des pays les plus sérieusement touchés par le coronavirus, en fonction des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), également sollicitée par les autorités pour l'installation de chambres d'isolement sur l'ensemble du territoire, quatre...

commentaires (4)

Comment ils ont osé de stopper des vols de l'Iran , pour aller aux lieux saint .....'..

Eleni Caridopoulou

00 h 15, le 26 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Comment ils ont osé de stopper des vols de l'Iran , pour aller aux lieux saint .....'..

    Eleni Caridopoulou

    00 h 15, le 26 février 2020

  • LES PASSAGERS DES DEUX AVIONS VENANT DE L,IRAN ET DE L,AVION VENANT D,ITALIE AURAIENT DU ETRRE MIS EN QUARANTAINE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 21, le 25 février 2020

  • Vu le degré de civisme de nos concitoyens, autant dire qu'il sont lâchés dans la nature plutôt que confinement à domicile...

    Desperados

    14 h 48, le 25 février 2020

  • Si une personne va au Liban pour 10 jours ?!? Comment peut il s’isoler pour 14?!?

    Bery tus

    14 h 07, le 25 février 2020