Mode

Prada à Milan : puissance femme

Prada automne-hiver 2020-21. Photos DR

L’un des défilés les plus remarqués de la semaine de la mode milanaise fut sans aucun doute, le 20 février, celui de Miuccia Prada pour l’automne-hiver 2020-21 de Prada. La créatrice, issue de la gauche radicale et connue pour son engagement social, célébrait une féminité puissante en réalisant le tour de force de détourner les clichés liés à la fragilité du sexe longtemps dit faible pour les transformer en éléments d’armures. Ici, dentelles délicates, transparences sensuelles, fleurs romantiques et étoffes caressantes sont tout sauf complices du glamour. Et c’est littéralement une armée de femmes que Prada a fait défiler dans un décor rétro-futuriste, tout en rouge, noir et blanc, couleurs évidentes de la révolution.

Pour illustrer la nouvelle guerrière, la maison milanaise avait perché le public à cinq mètres au-dessus du podium, ce qui donnait l’impression de voir entrer des gladiateurs (-trices ?) dans l’arène du Colisée. Les mannequins rejoignaient le catwalk à partir de plusieurs entrées, chacune ornée d’une silhouette de 3 mètres de haut représentant Atlas portant le monde. À défaut de porter le monde sur leurs épaules, les femmes Prada portaient de grandes vestes ceinturées, cet étranglement de la taille gonflant spectaculairement les épaules. Si les jupes sont longues et visuellement enveloppantes, l’illusion retombe rapidement dès qu’on constate qu’elles sont constituées de simples franges. D’autres sont fendues très haut sur la cuisse ou formées de longs rubans de feutre enchevêtrés, et d’autres encore sont taillées dans une mousseline de soie claire et légère, portées en transparence sur d’épais collants noirs. Les tissus eux-mêmes incarnent les engagements de notre époque : traçabilité des sources, quand il s’agit de coton ou de soie, ou polyester issu du recyclage. Changer le regard des hommes sur les femmes, aider les femmes à définir leur propre identité et leur être-au-monde au sein de leur époque sont deux des responsabilités de la mode, pleinement assumées par Prada qui annonce pour la prochaine saison froide une confirmation du statut précurseur de la femme des années 2020. Portant le monde sur ses épaules, il lui faut des épaulements solides, matelassés, des détails métalliques offensifs autant que défensifs, de l’oversize et des bottes solides, presque des bottes de ski interprétées en coloris pastel. Autant de contrastes qui réconcilient les contraires et réaffirment ad libitum le slogan de ces dernières saisons :The future is female.



Dans la même rubrique

À New York, Hermès célèbre l’innovation

Le vêtement, messager subliminal aux Oscars

Azzi & Osta, comme un thé à Trianon

Lobnan Mahfouz et l’art du noir



L’un des défilés les plus remarqués de la semaine de la mode milanaise fut sans aucun doute, le 20 février, celui de Miuccia Prada pour l’automne-hiver 2020-21 de Prada. La créatrice, issue de la gauche radicale et connue pour son engagement social, célébrait une féminité puissante en réalisant le tour de force de détourner les clichés liés à la fragilité du sexe longtemps...

commentaires (0)

Commentaires (0)