La Mode

À New York, Hermès célèbre l’innovation

Forte d’une culture humaniste, d’un humour subtil et d’un ADN inclonable, la maison Hermès soumet chaque année ses nouvelles créations à une thématique dévoilée au cours d’une fête secrète, en un lieu secret. Pour 2020, « Le geste innovant » a été célébré à New York en présence d’un panel de conférenciers, et couronné par une fête doux-dingue sur le chantier du nouvel espace Hermès, Madison av.

Hermès University. Photos Carol Sachs

Issue de l’univers du cheval, la maison Hermès fait plutôt figure de zèbre dans la coterie de la mode où elle évolue en solitaire. Ignorant les crises, elle se développe, selon une philosophie de son ancien président Jean-Louis Dumas, cité par son fils Pierre-Alexis, actuel directeur artistique de la maison : « Avec deux jambes pour marcher, l’une dans la tradition, l’autre dans l’innovation. Le tout est de trouver l’équilibre en surveillant ses pas. » Lancée par le même Jean-Louis Dumas, la tradition du thème est, au-delà d’une occasion de resserrer les liens entre les principaux acteurs et partenaires d’Hermès, un moment ludique, propice à une réflexion aussi intense que décalée sur notre époque, ses désirs et ses enjeux. Dans l’univers jugé frivole de la mode, Hermès se tient en retrait et affiche sa différence en apportant son écot à la quête de sens (avec toutes les acceptions de ce mot) qui taraude notre civilisation.


L’innovation en gestation
Comment traduire Innovation in the making ? La gestation d’une idée est un mystère et son aboutissement le fruit d’un cheminement semé d’erreurs et de regrets. Pour réfléchir à ce processus, Hermès a transformé ses complices en collégiens d’un jour, les entraînant à Governors Island, au cœur du port de New York, entre Lower Manhattan et le front de mer de Brooklyn. Là, en retrait de l’excitation de la Grande Pomme, se déploie un complexe historique qui abrite le centre artistique du Lower Manhattan Cultural Council : une résidence d’artistes dirigée par Lili Chopra depuis 2018 et dont l’originalité est de mettre les créateurs en contact permanent avec le public. C’est sous les poutres et les lambris de cette salle de classe pas comme les autres que, sagement assis devant leurs cahiers à rayures, les collégiens ont assisté à une série de causeries données par des personnalités d’exception. Le philosophe, helléniste et sinologue François Jullien, la biochimiste, chercheuse et astronaute américaine Peggy Whitson, le paléoanthropologue britannique et curateur émérite du Muséum d’histoire naturelle américain de New York Ian Tattersall, la chorégraphe igbo-nigériane et américaine Okwui Okpokwasili et le célèbre designer américain de Apple, sir Jony Ive, que Steve Jobs considérait comme son « partenaire créatif », désormais à la tête de sa propre agence LoveFrom, ont tour à tour partagé leur vision du processus créatif et de l’évolution de la pensée humaine.



Quelques leçons
On retiendra de François Jullien la magie du mot inouï qui renvoie à des réalités en soi audibles mais qui attendent d’être entendues. D’Okwui Okpokwasili, performance à l’appui, on garde un écho d’une rare intensité, entre chant et gestuelle, magnifique éloge de la lenteur et des connections rhizomiques qui peuvent en résulter, liant les humains entre eux et ces derniers à la terre. Du Dr Peggy Whitson, le témoignage inestimable de plus de 600 jours dans l’espace, et puis ce contresens de la « marche » dans l’espace, puisqu’on y marche, dit-elle, avec les mains. Expliquant la lourdeur des combinaisons et la sophistication de la fabrication d’un simple gant d’astronaute, elle s’est notamment arrêtée sur la magie de la main et l’importance vitale de la complicité de l’intelligence et de l’entraide entre gens de même mission. D’Ian Tattersall, on n’oubliera pas un véritable traité de l’histoire de la main, celle-ci ayant évolué, à la faveur d’une catastrophe dont a résulté une désertification, d’un outil permettant de se déplacer en s’accrochant aux arbres à un membre intelligent, capable de fabriquer des outils de précision. De cette nouvelle relation entre la main et le cerveau est né l’Homo sapiens dont l’évolution s’est prodigieusement accélérée. Enfin, sir Jony Ive, contre toute attente, a parlé d’amour. Ce n’est pas par hasard que sa nouvelle agence s’appelle LoveFrom, lui qui croit fermement, rejoint en cela par Pierre-Alexis Dumas et la philosophie d’Hermès, que seuls les objets conçus avec amour et bienveillance peuvent toucher le public et contribuer à rendre le monde meilleur. Pour conclure cette matinée studieuse, la préparation du déjeuner avait été confiée à la jeune chef mexicaine Daniela Soto-Innes, fondatrice à New York des restaurants Cosme et Atla, et par ailleurs médaillée meilleure chef femme en 2019.



Après la sagesse, un moment de folie
Dûment diplômés, les sages collégiens d’Hermès, riches d’une expérience d’une rare intensité, furent invités le 13 février au soir à une fête déjantée, mais pas dans le sens que l’on pourrait supposer. Sur le chantier du futur magasin Hermès à Madison Avenue, un monument de quatre étages dont on devine déjà l’élégance des traits entre les murs de ciment, de curieuses machines en bois évoquaient le cheminement de la pensée. Le modèle artisanal d’Hermès était ici illustré dans toute sa beauté, osant la folie douce sous le thème Heuréka, avec la complicité d’une équipe de chercheurs loufoques, les Groomakers de Playtronica, vêtus d’habits de toile de couture et de chapeaux haut de forme démesurés. Ces derniers jouaient de la musique sur des instruments inattendus (inouïs ?), ananas, étriers, sacs ou autres, tous équipés de senseurs. Au troisième étage se déroulait un rituel d’une grande poésie : le tournage en chambre, entre plateaux équipés de paysages miniatures évoquant les quatre saisons et petite maison où se prépare une naissance, avec pour acteurs Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey dansant à l’intérieur avec leurs doigts, le tout projeté simultanément sur grand écran.

On regarde ses propres mains, extraordinaire outil capable de tant d’audace, et l’on se dit que ce cerveau à cinq doigts est à lui seul l’illustration de l’expression « réfléchir hors de la boîte ». « À condition de rester dans la boîte orange », renchérit Pierre-Alexis Dumas.


Issue de l’univers du cheval, la maison Hermès fait plutôt figure de zèbre dans la coterie de la mode où elle évolue en solitaire. Ignorant les crises, elle se développe, selon une philosophie de son ancien président Jean-Louis Dumas, cité par son fils Pierre-Alexis, actuel directeur artistique de la maison : « Avec deux jambes pour marcher, l’une dans la tradition,...

commentaires (0)

Commentaires (0)