X

À La Une

"Vous paierez le prix" : des Libanais à nouveau dans la rue contre le pouvoir et les banques

Liban

"Est ce que la révolution a changé quelque chose ? Oui, maintenant ils ne font plus ce qu’ils veulent, ils ont peur du peuple",  lance Jinane, 57 ans et femme au foyer, à notre journaliste à Sassine, Apolline Convain.


OLJ
22/02/2020

Comme chaque samedi depuis plusieurs semaines, des Libanais ont organisé des marches à Beyrouth contre le pouvoir politique et les banques, au moment où le pays est secoué par une révolte populaire sans précédent, déclenchée le 17 octobre dernier et couplée à une grave crise économique et financière.

Contrairement aux précédentes marches qui se faisaient sous le slogan "Nous ne paierons pas le prix", la marche d'aujourd'hui s'est faite sous le slogan "Vous paierez le prix", en référence aux dirigeants politiques que les manifestants tiennent pour responsables de la crise.

Sur la place Sassine, à Achrafié, plus d'une centaine de contestataires se sont rassemblés dans une ambiance détendue, avant de se rendre sur la place des Martyrs dans le centre-ville de Beyrouth, où ils ont été rejoints par un autre groupe de manifestants rassemblés à Verdun.


(Lire aussi : « Est-ce vraiment le moment pour le Premier ministre d’accorder un poste à son épouse ? »)


"Peur du peuple"

"Est ce que la révolution a changé quelque chose ? Oui, maintenant ils ne font plus ce qu’ils veulent, ils ont peur du peuple",  lance Jinane, 57 ans et femme au foyer, à notre journaliste à Sassine, Apolline Convain.

"On est encore dans la rue car rien n’a changé à part des noms, ce sont toujours les mêmes politiciens corrompus", estime toutefois pour sa part le père Agapios Kfoury, un prêtre de 46 ans.


La confirmation d'un premier cas au Liban d'infection par le nouveau coronavirus vendredi n'a pas l'air d'avoir découragé les manifestants. "Le Corona est une propagande pour nous empêcher de manifester, rien d’autre", estimé Léa, 28 ans et chef de cuisine.

Le Liban, secoué par une révolte populaire sans précédent déclenchée le 17 octobre dernier, croule sous une dette d'environ 92 milliards de dollars, soit plus de 150% de son produit intérieur brut, l'un des ratios les plus élevés du monde. En mars, il devra rembourser 1,2 milliard de dollars d'eurobonds - des obligations émises en dollars - arrivant à échéance. Mais les avis divergent sur le bien-fondé du paiement ou non de cette tranche. Certains milieux prônent de négocier dès à présent avec les créanciers de l’État une restructuration de la dette. Le gouvernement de Hassane Diab, qui s’est donné jusqu’à fin février pour trancher, a déjà fait un premier pas vers la restructuration de la dette.

Cette crise a poussé des centaines de milliers de Libanais dans le chômage, alors que d'autres voient leurs salaires réduits considérablement. Les mesures prises par les banques face à la dégradation de la situation économique et financière du pays ont par ailleurs limité la circulation du billet vert sur le marché et gonflé le taux livre/dollar sur le marché parallèle. Cette situation a pénalisé les Libanais ainsi que plusieurs secteurs payant leurs importations en devises.


Lire aussi

Comptes de méfaitsl'édito de Issa GORAIEB

La tournée de Diab dans le Golfe se fait attendre

Standard & Poor’s emboite le pas à Moody’s et dégrade la notation du Liban

Le journaliste Mohammad Zbib veut porter plainte contre l’ancien ministre Marwan Kheireddine

Le Liban et la doctrine de la dette odieuse

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GARE AU FMI !

Chucri Abboud

Cette pseudo révolution devient hystérique .
NO PASARÁN !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants