X

Liban

La tournée de Diab dans le Golfe se fait attendre

Gouvernement
Fady NOUN | OLJ
22/02/2020

Alors que l’ancien Premier ministre Saad Hariri se trouve aux Émirats arabes unis où il doit être reçu aujourd’hui par l’homme fort du pays, Mohammad ben Zayed, la tournée dans le Golfe de son successeur se fait attendre. Certes, parant au plus pressé, Hassane Diab et son équipe sont accaparés en ce moment par une priorité absolue, le sauvetage de l’effondrement économique, financier et monétaire total. Toutefois, même s’il n’a pas de temps, à ce stade, pour une tournée arabe, un signe venu du Golfe assoirait mieux son autorité aussi bien à l’intérieur du pays qu’aux yeux de la communauté internationale. Or ce signe ne vient toujours pas.

M. Diab, rappelle-t-on, avait annoncé dès la formation de son gouvernement qu’il entendait se rendre dans les pays arabes, et notamment du Golfe, à la recherche d’un appui au Liban. Selon des sources diplomatiques arabes, il a demandé à être reçu en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, au Koweït et au Qatar, mais pour le moment, seul ce dernier pays a accédé à sa demande, tout en lui conseillant de se rendre d’abord chez le « grand frère » saoudien, pour ménager les susceptibilités et éviter d’inutiles frictions.


(Lire aussi : Comptes de méfaits, l'édito de Issa GORAIEB)


On rappelle que le Qatar est soumis à un blocus de la part de l’Arabie saoudite, des Émirats et de leurs alliés depuis juin 2017, même si un petit dégel se fait sentir en ce moment. Pour en revenir à M. Hariri, après les Émirats, où un doute subsistait jeudi sur la rencontre avec Mohammad ben Zayed, il devrait se rendre demain dimanche en Arabie saoudite. Après sa visite à Riyad, ses proches lui prêtent l’intention de se rendre à Paris, Londres et Washington.En attendant, sur le plan interne, le gouvernement tarde à faire ses preuves. Reçu hier au palais présidentiel, Jan Kubis, représentant du secrétaire général de l’ONU au Liban, s’est fait promettre par le chef de l’État Michel Aoun que « l’une des plus importantes batailles que le gouvernement doit conduire est celle de la lutte contre la corruption ». M. Aoun a souligné que ce combat se fera parallèlement à des nominations et permutations dans certains organismes et a également promis à M. Kubis que « les intérêts des citoyens et leurs avoirs seront réservés ». Mais tous ces engagements restent paroles en l’air, aux yeux de l’opinion, tant que l’épargne des déposants reste inaccessible, qu’aucune véritable percée n’a été enregistrée dans la lutte contre la corruption et que des comptes ne sont pas demandés aux responsables de l’effondrement. Par ailleurs, le chef de l’État a exprimé le souhait que le dossier des réfugiés syriens figure dans le rapport semestriel de l’ONU sur l’application des résolutions internationales, attendu début mars, compte tenu du poids financier et sécuritaire représenté par ces réfugiés.

Lire aussi

En quête d’un repositionnement, Hariri à Abou Dhabi puis Riyad

Le gouvernement Diab face aux grandes et petites guerres, le décryptage de Scarlett HADDAD

Opposition : Hariri passe à l’acte

Le gouvernement Diab cherche à ménager les pays arabes

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sissi zayyat

Que Diab et ses alliés ne s’impatientent pas, ça sera à Pâques ou à la trinité.
C.a.d BOUKRA BIL MICHMOUCHE
HEUREUX D’avoir eu leur homme? Tant mieux, nous aussi...

Tony BASSILA

Il ne reste plus qu'à remplacer M. Diab par Saad Hariri comme Premier Ministre.

gaby sioufi

croyez vous que H N l'y pousse de tout coeur ?
ce serait alors LA RAISON qui fait qu'il ne sera pas le bien venu !

c...

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent... entre le premier ministre qui avait promis une tournée dans les pays arabes et notre président qui promet de conduire une lutte contre la corruption. L'avenir, c'est la trahison des promesses

Chucri Abboud

Le plus graos danger qui menace le Liban c'est la présence des réfugiés syriens

Chucri Abboud

L'Arabie Seoudite nous veut du mal

MGMTR

Si ma mémoire est exacte le Président Michel Soleiman avait instauré, ou bien, il voulait instaurer? une règle selon laquelle les politiques qui ne sont pas au gouvernement devraient faire un rapport écrit sur chaque contact politique qu'ils effectuent avec des pays étrangers et de le remettre à l'Etat.

"Haret kil mine illou" doit cesser aussi.

LeRougeEtLeNoir

Il n’est pas le bienvenu dans le golfe, ni lui, ni ceux qui l’ont nommé. Et il le sait. Mais le Liban l’est.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC L,OMBRE DES DEUX MILICES IRANIENNES QUI L,ACCOMPAGNENT DANS LES PAYS ARABES DU GOLFE MAIGRE, TRES MAIGRE SERA SA COLLECTE. PREVISIBLE : NULLE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants