Rechercher
Rechercher

À La Une - Dette

Standard & Poor’s emboite le pas à Moody’s et dégrade la notation du Liban

Une branche de l'agence de notation Standard & Poor's. Photo d'archives Reuters

L’agence de notation américaine Standard & Poor’s a dégradé hier la note souveraine du Liban d’un cran de « CCC » à « CC » avec perspective « négative », selon un communiqué relayé par plusieurs sites d’information et médias.

Une mise à jour publiée à quelques heures d’intervalle de celle de Moody’s, une autre des trois principales agences avec Fitch, qui a abaissé la note souveraine du Liban de « Caa2 » à « Ca », avec perspective « stable ». 

Sans être un réelle surprise, cette décision tranche avec la position de S&P en août dernier qui avait décidé de maintenir la note du pays à « B- » alors que ses deux consœurs avaient au courant de l’année fait passer les obligations libanaises de la catégorie « B », qui s’applique aux dettes publiques dont la probabilité de remboursement est incertaine, à « C » pour celles sur lesquelles le risque de défaut est important, voire imminent.


(Lire aussi : Comptes de méfaitsl'édito de Issa GORAIEB)



« Nous baissons la notation parce que nous croyons qu’une restructuration ou le non-paiement de la dette souveraine libanaise est virtuellement certain, peu importe le moment auquel le pays fera défaut  » a indiqué l’agence, évoquant des pressions « sévères aux niveaux budgétaire, externe et politique ».

Cette annonce intervient au moment où les cercles économiques et politiques au Liban débattent de l’opportunité, dans un contexte de crise économique et financière aiguë, de rembourser en mars des eurobonds qui s’élèvent à 1,2 milliard de dollars. Certains milieux prônent de négocier dès à présent avec les créanciers de l’État une restructuration de la dette. Le gouvernement de Hassane Diab, qui s’est donné jusqu’à fin février pour trancher, a déjà fait un premier pas vers la restructuration de la dette. 


Pour mémoire

S&P maintient la note du Liban à « CCC »


Lire aussi

L’arnaque, le billet de Médéa Azouri

I – Qu’est-ce qu’un eurobond ?

Moody’s dégrade encore une fois la note du Liban

La délégation du FMI entame son diagnostic de la crise libanaise


L’agence de notation américaine Standard & Poor’s a dégradé hier la note souveraine du Liban d’un cran de « CCC » à « CC » avec perspective « négative », selon un communiqué relayé par plusieurs sites d’information et médias.Une mise à jour publiée à quelques heures d’intervalle de celle de Moody’s, une autre des trois principales agences avec...

commentaires (4)

HARO SUR LE BAUDET ! ILS S,Y ACHARNENT TOUS.

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

12 h 35, le 22 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • HARO SUR LE BAUDET ! ILS S,Y ACHARNENT TOUS.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 35, le 22 février 2020

  • Tout, ou presque tout est marketing et politique.

    Eddy

    12 h 16, le 22 février 2020

  • L'Etat doit garder son "pain blanc pour les jours noirs" selon l'adage. Il ne faut ni se faire conseiller ni négocier avec quiconque. Une petite annonce pour dire que nous n'avons pas les moyens de payer l'ensemble de la dette, dans l'objectif de mettre la main sur les banques principales, qui se trouveront subitement en difficulté et pour aller voir ce qu'elles ont fait au juste depuis le 17 octobre. Il n'y a que les biens commerciaux qui sont saisissables à l'étranger, ce que l'Etat ne possèdent pas. L'or n'est pas "déposé" il est "confié" aux USA en fiduciaire "amana", personne ne peut le toucher. Il ne serait pas plus mal non plus de cesser de payer les agences de rating et leur couper l'accès à la comptabilité de l'Etat.

    Shou fi

    10 h 42, le 22 février 2020

  • Qu’ils nous mettent ZÉRO ou même NÉGATIF et qu’on en finisse. Ça ne va rien changer dans la vie des citoyens ordinaires que nous sommes

    Liberté de Penser

    09 h 45, le 22 février 2020

Retour en haut