Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Hassane Diab enfin reçu par le mufti à Dar el-Fatwa

Le chef du gouvernement "est le Premier ministre de tous les Libanais", affirme Abdel Latif Deriane.

Le Premier ministre libanais Hassane Diab (à gauche), reçu le 12 février 2020 à Dar el-Fatwa par le mufti de de la République, Abdel Latif Deriane. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, dont le gouvernement parrainé par le Hezbollah et ses alliés a obtenu mardi la confiance du Parlement, a été reçu mercredi, pour la première fois depuis sa désignation, à Dar el-Fatwa, la plus haute instance religieuse sunnite du pays, par le mufti de la République, Abdel Latif Deriane.

"Ma visite à Dar el-Fatwa et auprès du mufti, les références de la communauté musulmane du pays, est tout à fait naturelle", a déclaré le chef du gouvernement à l'issue de son court entretien avec le cheikh Deriane, qualifié d'"ami" par M. Diab, affirmant avoir "confiance en la sagesse" du mufti. "Nous avons évoqué avec le mufti les affaires des musulmans, la situation économique et sociale, ainsi que la nécessité des efforts concertés pour surmonter cette période difficile. Nous nous sommes également accordés sur la nécessité de poursuivre les contacts", a conclu le Premier ministre, insistant sur l'"unité de la communauté". Interrogé par une journaliste, le mufti a déclaré que Hassane Diab, dont "le gouvernement a obtenu la confiance", "est le Premier ministre de tous les Libanais".

Cette rencontre entre M. Diab, qui peine à bénéficier de l’appui de la rue sunnite, et le mufti Deriane aurait dû avoir lieu après la formation du gouvernement, comme l’avait annoncé le Premier ministre lui-même en marge des consultations parlementaires, le 21 décembre dernier.

Mais la désignation de Hassane Diab, poussée par le Hezbollah et ses alliés, avait été mal accueillie par les principaux dignitaires sunnites, et suscité la colère des partisans du courant du Futur de Saad Hariri, dont le gouvernement avait chuté sous la pression du mouvement de contestation contre la classe dirigeante qui secoue le Liban depuis près de quatre mois.

Faisant la sourde oreille à une rue bouillonnante de colère, le gouvernement Diab a obtenu hier soir la confiance du Parlement, à l'issue d'une séance parlementaire marquée par une polémique autour du quorum. Sur un total de 128 députés qui forment l'Hémicycle, 84 députés étaient présents au moment du vote : 63 ont accordé la confiance au nouveau cabinet largement conspué par la rue, alors que 20 élus ont refusé de la lui accorder.

Le gouvernement, qui doit se réunir jeudi, est confronté à la plus grave crise économique que traverse le Liban depuis la fin de la guerre civile, il y a 30 ans.



Lire aussi

Les mots pour le dire, l'éditorial de Issa GORAIEB

Gouvernement : la confiance accordée, mais pas de blanc-seing, le décryptage de Scarlett HADDAD

Entre le peuple et ses représentants, le divorce est consommé

Malgré la répression et le vote, les manifestants reprennent confiance

Boukhari à Dar el-Fatwa : des messages en direction de Diab ?


Le Premier ministre libanais Hassane Diab, dont le gouvernement parrainé par le Hezbollah et ses alliés a obtenu mardi la confiance du Parlement, a été reçu mercredi, pour la première fois depuis sa désignation, à Dar el-Fatwa, la plus haute instance religieuse sunnite du pays, par le mufti de la République, Abdel Latif Deriane."Ma visite à Dar el-Fatwa et auprès du mufti, les...
commentaires (4)

IL A RECU LA BENEDICTION DU MUFTI. MAINTENANT AU TRAVAIL. MONTREZ-NOUS EN ACTES CE QUE VOUS AVEZ DECLARE EN PAROLES. ET SURTOUT SAUVEGARDEZ LES ECONOMIES D,UNE VIE EN DEPOTS DANS LES BANQUES DU PEUPLE LIBANAIS ET DE LA DIASPORA LIBANAISE.

LA LIBRE EXPRESSION

20 h 26, le 12 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • IL A RECU LA BENEDICTION DU MUFTI. MAINTENANT AU TRAVAIL. MONTREZ-NOUS EN ACTES CE QUE VOUS AVEZ DECLARE EN PAROLES. ET SURTOUT SAUVEGARDEZ LES ECONOMIES D,UNE VIE EN DEPOTS DANS LES BANQUES DU PEUPLE LIBANAIS ET DE LA DIASPORA LIBANAISE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 26, le 12 février 2020

  • Il est bien le muffi de la république . Et Berry où il ira chez Bashar El Assad ou aux Ayattollah ?

    Eleni Caridopoulou

    19 h 41, le 12 février 2020

  • Ils n' imposeront pas le fait accompli, et seront vite oublies...!

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 31, le 12 février 2020

  • Tout est dans l'ordre ! Excellente déclaration pour une fois

    Chucri Abboud

    17 h 16, le 12 février 2020

Retour en haut