X

À La Une

Le gouvernement Diab, "une continuation de la classe dirigeante" selon Samy Gemayel

Liban

"Le cabinet est devant une épreuve difficile", souligne Raï.

OLJ
26/01/2020

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, opposant déclaré à la majorité au pouvoir, a estimé dimanche que le nouveau gouvernement du Premier ministre Hassane Diab est un pur produit de la classe dirigeante, secouée depuis plus de 100 jours par un mouvement de contestation.

"Le gouvernement actuel est une continuation de l'ancienne approche et de la classe dirigeante, et ne jouit pas d'une autonomie d'action, comme le montre clairement la façon dont il a été formé", a affirmé M. Gemayel lors d'une conférence de presse. "S'ils respectent un tant soit peu les Libanais, qu'ils organisent des élections législatives anticipées", a-t-il ajouté, reprenant ainsi les principales revendications de la révolte.

Après plusieurs semaines de crise politique, le Liban s'est finalement doté mardi d'un nouveau gouvernement qui aura la lourde tâche de relancer une économie en chute libre et de savoir convaincre les manifestants hostiles à la classe politique. Mais pour ces derniers, mobilisés depuis le 17 octobre, les nouveaux ministres sont des personnalités affiliées à cette même classe politique qu'ils accusent de corruption et d'incompétence. Depuis samedi dernier, des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de blessés dans les deux camps. Le gouvernement de Hassane Diab, dont la formation officielle a été annoncée mardi soir, succède au cabinet Hariri, qui avait démissionné le 29 octobre sous la pression de la rue.

Lundi, les députés doivent se réunir pour examiner le texte de loi de finances pour l'exercice 2020, adopté à la hâte le 21 octobre dernier par le précédent gouvernement et amendé par la commission parlementaire des Finances et du Budget avant d'être transmis le 7 janvier au Parlement.

"Demain, nous allons au Parlement pour voter un budget adopté par un gouvernement qui a été renversé et qui va être défendu par un cabinet qui n'a pas encore obtenu la confiance. Tout cela va à l'encontre de la logique des travaux du Parlement et des institutions", a tranché le chef des Kataëb.

Dans ce contexte, M. Gemayel a indiqué que les députés ont reçu un feuillet de trois pages sur les remarques du nouveau gouvernement concernant le texte du budget 2020 avec de nouveaux chiffres. Le ministre des Finances, Ghazi Wazni, a démenti cela sur Twitter. Mais quelques minutes plus tard, le chef des Kataëb a publié sur Twitter des photos des trois pages en question.


En fin de journée, M. Gemayel a annoncé qu'il ne participerait pas à la séance parlementaire "inconstitutionnelle" de lundi. "Nous ne débattrons pas avec un gouvernement qui n'a pas encore obtenu la confiance et nous ne soutiendrons pas une politique économique catastrophique, bâtie sur des chiffres imaginaires, qui a été décidée par un cabinet qui a été renversé par les Libanais", a ajouté le député dans un tweet.



"Épreuve décisive"
De son côté, le Courant patriotique libre a appelé à donner une chance au gouvernement dont il a participé à la formation. "Le Liban a aujourd'hui une opportunité de prendre les mesures visant à enrayer l'effondrement. Ce gouvernement, que nous accompagnons, doit pouvoir traiter les dossiers d'un point de vue technique", a déclaré Alain Aoun, député CPL, estimant que "les gouvernements d'union nationale ne sont pas en mesure d'agir" et affirmant que "la pression de la rue est une garantie pour améliorer le fonctionnement politique". "Un échec de l'opération de sauvetage ne serait pas l'échec d'un camp, mais un échec pour tout le pays", a-t-il ajouté.

Pour le cheikh Nabil Kaouk, membre du Conseil central du Hezbollah, qui a également participé à la formation du cabinet, ce dernier n'est pas un "gouvernement de confrontation".

"Le gouvernement est devant une épreuve difficile", a affirmé pour sa part le patriarche maronite, Mgr Bechara Raï, estimant que "le peuple et les jeunes ont perdu confiance en les politiques et les responsables". "Il faut appuyer le gouvernement et le juger sur son travail, sur sa capacité à fournir les services de base", a-t-il souligné lors d'une messe à Bkerké. "Cela ne veut pas dire que la révolution est terminée", a déclaré Mgr Raï, saluant la "révolte pacifique des jeunes et leurs sacrifices".

Sabre au clair, l'édito de Issa GORAIEB

Collabos ou résistants ? Le billet de Médéa Azouri

Quelles orientations pour la contestation après cent jours d’existence ?


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Laissez le gouvernement travailler Mr. Gemayel

Ô Liban

Pas d'exagération.
Un gouvernement est de loin mieux que le chaos que certains préfèrent.

PPZZ58

Oui "Il faut appuyer le gouvernement et le juger sur son travail, sur sa capacité à fournir les services de base", "Cela ne veut pas dire que la révolution est terminée". CQFD

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ASSEZ DE VOUS COMPARER A LA CONTESTATION ET SI VOUS VOULEZ BIEN LE FAIRE COMMENCEZ LES CHANGEMENTS CHEZ VOUS.

Sybille S. Hneine

Et vous Mr Gemayel n'êtes vous pas dans la continuité des dynasties familiales dans la politique?
Laissez la chance à des concitoyens de travailler eux aussi pour leur pays.
Il était temps je crois de voir la fin de ce système de type "monarchie".
En espérant que l'achat/vente des voix électorales s'arrêtent également.

B M

Désolé M. Gemayel, vous avez beau vous démarquer de votre dynastie, il demeure que la corruption avait aussi fleuri sous le règne de votre père (on se souviendra de la dévaluation de la livre libanaise à cause des politiques de ce dernier). On ne veut plus de dynasties politiques de familles de milliardaires. Pas de Hariri, pas de Joumblat, pas de Berri, pas de Frangieh et pas de Gemayel. Vous n’êtes pas obligé de faire de la politique et laissez d’autres visages émerger au sein de votre parti. Regardez ce qu’a fait Carlos Eddé. Il faut que le Liban sorte de l’ère féodale. Les féodaux progressistes ont les a déjà vus en la personne de M. Walid Joumblat. On connaît la suite de l’histoire.

Sissi zayyat

Ce gouvernement !'est pas un gouvernement de confrontation non. C'est par contre un gouvernement de provocation.
Ils ont nommé le PM et les ministres eux mêmes et qu'importe si la constitution est bafouée.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants