X

À La Une

"Arrêtez de viser les yeux" : au Liban, une campagne en ligne contre la répression des forces de l'ordre

Sur le net

Les internautes ont posté des selfies avec une main couvrant l'un des deux yeux, en solidarité avec les protestataires sur lesquels les policiers ont tiré notamment des balles en caoutchouc.

OLJ
20/01/2020

Une campagne en solidarité avec les manifestants blessés au niveau des yeux par des tirs des forces de l'ordre lors des heurts des deux derniers jours dans le centre-ville de Beyrouth faisait le buzz lundi sur les réseaux sociaux, sous le hashtag : "Arrêtez de viser les yeux".

Cette campagne consiste à poster des selfies avec une main couvrant l'un des deux yeux, en solidarité avec les protestataires sur lesquels les forces de l'ordre ont tiré notamment des balles en caoutchouc. Selon un dernier bilan, au moins quatre personnes ont perdu la vue.

"Les forces de sécurité et ceux qui les dirigent ont visé les yeux, les têtes et les visages des protestataires. Ceux qui aveuglent la jeunesse libanaise sont des criminels injustes et brutaux", a notamment écrit le réalisateur Lucien Bourjeily sur son compte Twitter, dans un message accompagné par une photo de lui, un oeil couvert.



"Les révolutionnaires de Nabatiyé se solidarisent avec les révolutionnaires qui ont perdu un œil", écrit cette utilisatrice de Twitter.



Des ONG et défenseurs des droits humains ont également dénoncé un usage excessif de la force par la police, Human Rights Watch l'accusant d'avoir "tiré des balles en caoutchouc en visant les yeux".

Samedi et dimanche, la police anti-émeute déployée à l'entrée d'une avenue menant au Parlement dans le centre-ville de Beyrouth, a tiré des balles en caoutchouc, des grenades lacrymogènes et utilisé ses canons à eau pour repousser les manifestants. Ceux-ci leur ont lancé pierres, pétards et parfois panneaux de signalisation.

Au moins 546 personnes, des manifestants mais aussi des policiers, ont été blessées ces deux jours, selon les bilans de la Croix-Rouge libanaise et de la Défense civile. Des violences sans précédent depuis le début le 17 octobre d'une contestation dirigée contre la classe politique jugée corrompue et incapable de sortir le pays du marasme économique.



Lire aussi

Réunion de sécurité : Aoun veut distinguer entre manifestants pacifiques et fauteurs de troubles

De quelle violence parle-t-on ?l’édito de Émilie SUEUR

Mouvement de contestation : la violence n’est plus un tabou

Les émeutes se renouvellent dans le centre-ville au lendemain d’un samedi d’une violence inouïe

Et maintenant les balles en caoutchouc...


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT CE QU,ON PEUT DIRE C,EST CRIMINEL !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants