X

Liban

Mouvement de contestation : la violence n’est plus un tabou

Émeutes

De nombreux protestataires, notamment des jeunes, estiment qu’après trois mois, l’option pacifique n’a rien donné.

20/01/2020

Le spectacle de violence extrême au centre-ville de Beyrouth durant le week-end a clairement montré que le mouvement de contestation est passé à la vitesse supérieure, plusieurs groupes ayant opté pour l’escalade.

Les scènes de guérilla urbaine et les dérapages nocturnes qui ont ponctué le rassemblement de samedi, lequel avait pourtant démarré pacifiquement, sont venus confirmer également le clivage qui existe désormais au sein du mouvement de contestation autour du choix des moyens de pression dont disposent les protestataires pour faire plier le pouvoir.

Pour certains, « l’autisme » dont a fait preuve la classe politique depuis plus de trois mois face aux revendications populaires et son insistance à rééditer d’anciennes pratiques décriées dans la rue depuis le début de la révolte ne peuvent plus être corrigés que par une escalade bien dosée, l’option pacifique n’ayant généré aucun résultat à ce jour.

D’autres continuent pourtant de prêcher les vertus d’un mouvement civique considéré plus dissuasif, qui s’inscrirait dans le moyen et long terme, même si à ce jour il n’a donné que de maigres résultats en termes d’alternance et de changement des élites au pouvoir.

« Nous n’avons plus rien à perdre. Notre dignité vaut bien plus qu’une vie saturée d’humiliations et de privations. » C’est par ce leitmotiv, qui rappelle étrangement les slogans scandés durant la révolution ukrainienne de 2013-2014, qu’un nombre de plus en plus large de protestataires, des jeunes principalement, justifient leur glissement vers la violence.


(Lire aussi : De quelle violence parle-t-on ?, l’édito de Émilie SUEUR)


Choix plus dissuasif

Depuis plusieurs semaines, le débat en cercles fermés et sur les réseaux sociaux est houleux. Entre une génération qui bouillonne d’impatience, prise par la lassitude face à la sourde oreille des responsables politiques – qui viennent de leur livrer une fois de plus un étalage éhonté de leurs tiraillements internes et de manœuvres destinées à leur reconduction au pouvoir coûte que coûte–, et des groupes plus pondérés qui, sans pour autant condamner l’option de la radicalisation, continuent de défendre une position plus modérée, c’est la première tendance qui semble clairement prendre le dessus.

« La radicalisation, c’est le choix de la classe dirigeante, pas le nôtre. Nous, nous subissons la violence », témoigne Sana’, une activiste qui avait milité dans les rangs de la Gauche démocratique. « Quand on sombre de plus en plus dans la précarité et qu’on a une mafia au pouvoir, la violence comprimée va forcément exploser », justifie-t-elle.

Réaction de frustration et de ras-le-bol pour les uns, le recours à la violence est considéré comme un choix conscient et un moyen de dissuasion plus efficace chez les autres.

« Quand il n’y a aucune réaction de la part du pouvoir et une absence d’écoute du mouvement revendicatif, cela suscite chez ceux qui sont le plus lésés un glissement vers le refus et la contestation de la légitimité des institutions et du pouvoir », fait valoir à L’Orient-Le Jour le chef du parti Mouwatinoun wa mouwatinate, Charbel Nahas.

Plus ciblée au départ, l’escalade devait principalement concerner le secteur bancaire, symbole ultime de l’appauvrissement des gens et de l’humiliation subie devant les guichets.

« Certains canalisent cette violence parce qu’ils sont convaincus idéologiquement que le symbole de l’argent doit être attaqué. D’autres proches du Hezbollah réagissent contre les banques accusées d’appliquer le plan américain qui, à travers les finances, consiste à saper le parti », commente Tanios Deaïbès, activiste et ancien journaliste.

Attribué principalement à des casseurs issus des milieux proches du Hezbollah et du mouvement Amal, mais aussi à certains milieux de la gauche convaincus de par leur idéologie de l’efficacité du recours à une contestation plus violente, le saccage dans le périmètre de la Banque du Liban aurait également été l’œuvre de jeunes considérés politiquement indépendants. Même au sein des tendances de droite en faveur du blocage des routes, nombreux sont ceux qui ne sont plus opposés à la casse, comme le confirment plusieurs sources concordantes.

« Souvent les protestataires qui voient d’autres vandaliser ou recourir à la violence s’enthousiasment et décident de passer à leur tour à l’action, un peu par contagion », confie Halimé Kaakour, une activiste qui laisse entendre que la radicalisation n’est plus l’apanage d’un groupe précis, encore moins de quelques gangs infiltrés.


(Lire aussi : Les émeutes se renouvellent dans le centre-ville au lendemain d’un samedi d’une violence inouïe


Diversification des cibles

Les incidents qui se sont produits samedi devant l’un des accès du Parlement avant de se propager à d’autres espaces du centre-ville ont démontré que ce ne sont plus les seules banques qui sont dans le point de mire des casseurs, mais également les institutions considérées comme la « clé de voûte du système dont nous subissions la violence psychologique et sociale », comme le souligne Elham, une activiste issue des milieux de la gauche.

Tout en évitant de juger ou de condamner la nouvelle orientation que semble prendre un mouvement de contestation dont les protagonistes se sont targués, aux premières semaines de la révolte, de son caractère pacifique et unificateur, plusieurs groupes d’activistes continuent de défendre leur choix de départ et tentent de calmer les esprits dans les rangs des plus jeunes, sans trop y parvenir.

Le discours autour du risque de chaos généralisé ou celui d’une guerre civile ne passe plus auprès de la nouvelle génération qui ne croit ni aux lignes de démarcation qui avaient marqué les années 70 ni à un affrontement communautaire par lequel elle ne se sent aucunement concernée.

« Personne ne peut leur dicter ce qu’ils doivent faire ou pas. Nous n’avons aucune autorité sur eux », confie une avocate militante. Lors des échanges qui ont eu lieu après les premiers signes de radicalisation, les plus jeunes se montraient intraitables dès lors qu’il était question d’envisager un commandement ou un comité de direction du mouvement, ou encore de renoncer à l’option de la violence.

« Vous auriez dû faire votre révolution en votre temps, mais vous avez manqué le coche. Alors, laissez-nous faire la nôtre. Après tout, c’est vous qui avez voté pour cette classe politique », relate l’avocate, résumant ainsi les propos de certains jeunes contestataires.

Sans boussole ni directives précises, mais avec néanmoins une plateforme de revendications désormais connues, avec à leur tête la formation d’un gouvernement formé uniquement de personnalités intègres et indépendantes, la révolte semble évoluer au gré de l’humeur hétéroclite de ses membres, avec le risque de voir la radicalisation primer sur l’ensemble du mouvement.

« Aujourd’hui, il y a une tendance du “hirak” à marginaliser, voire à éliminer ceux qui s’opposent à l’usage de la violence. Chacun s’estime libre de s’exprimer comme il le souhaite », souligne Pierre el-Khoury, ancien membre de Beyrouth Madinati et actuellement membre du groupe progressiste Aan haqqak dafeh.

Pour certains intellectuels, l’heure n’est pas au jugement ni à la dénonciation, mais plutôt à la recherche de solutions susceptibles de mettre fin à une violence qui, pour l’heure, reste « contrôlée et ciblée ». « Il ne s’agit pas de condamner, mais de voir la casse comme une expression parmi d’autres, de la comprendre pour la défaire », commente M. Deaïbès qui met l’accent sur les raisons à l’origine de la violence, dont le contexte d’injustice sociale et économique.

Tout en exprimant sa compassion pour une jeunesse en effervescence, dégoûtée et souffrant au quotidien, Halimé Kaakour continue de prêcher en faveur de l’option pacifique. Pour étayer son choix, l’activiste cite, chiffres à l’appui, une recherche universitaire effectuée aux États-Unis en 2014 selon laquelle, sur un échantillon de 323 campagnes politiques à travers le monde, 53 % de celles qui ont opté pour la voie pacifique ont réussi, contre seulement 23 % pour celles qui ont viré vers la violence.


Lire aussi

Et maintenant les balles en caoutchouc...

Gouvernement : Nouvelles démarches enfiévrées pour conclure

Vers la IIIe République, par Antoine COURBAN

La participation en force de protestataires de Tripoli suscite une polémique


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chucri Abboud

Il est impossible qu'une révolution reste pacifique au Liban, le pays est ainsi fait ... C'est une guerre civile qui doit être déclenchée , mais sans résultat garanti , au contraire !

Tabet Ibrahim

La tournure violente que prend le soulèvement populaire au Liban ne parviendra sans doute pas d'avantage a ébranler le pouvoir de l'association de malfaiteurs qui gouverne le pays que les manifestations pacifiques et civiques qui l'ont précédé, Le refus des manifestants de designer des porte-paroles, leurs divisions et leurs revendications désordonnées sont contre-productifs.Tant que n’émerge pas un groupement de personnalités représentatives susceptibles de fédérer les divers courants de la société civile, les perspectives de salut sont minces. L'absence de leaders du soulèvement libanais est sans doute un cas rarissime dans l'histoire.

Jack Gardner

Je viens d’envoyer une requête de ne pas laisser parler G.Bassil à Davos dans «Return of Arab Unrest» sur le site Internet du World Economic Forum.
SVP faites de meme

Sissi zayyat

Pendant que tout le monde se déchaine sur tout le monde, et que la violence gagne du terrain, Diab continue à faire la navette entre Berry et Aoun pour obtenir leur aval sur la liste des noms qu'il a proposé et qui change au vu de l'évolution de la situation que ce soit dans la région où dans la rue, mais qui au final et profitant du chaos qu'ils ont provoqué dans les rues à cause de leur entêtement de former un gouvernement monochrome n'hésiteront pas à mettre de l'huile sur le feu et profiteront pour annoncer leur gouvernement au moment où la tension serait à son comble sous pretexte de sauver le pays.
Nous tombons pieds joints dans leur piège et notre seul salut serait une annonce tonitruante de la part des responsables de cette révolution qui annoncerait une solution alternative qui mettrait hors jeu tout ces pourris. Point final.

Citoyen libanais

De Saint Jean Maroun à Youssef Bey Karam, le Liban n'a jamais manqué de chefs révolutionnaires radicaux qui ont su diriger les masses pour renverser des autorités illégitimes. Youssef Bey Karam est d'ailleurs un exemple par excellence du juste milieu dans la radicalité: entre la violence excessive d'un Tanios Chahine et le pacifisme obstiné d'un patriarche Paul Massad.

La révolte de Youssef Karam avait lieu contre un système féodal imposé par le(s) étranger(s) et à leur service. On peut dire que le 17 octobre 2019 a repris ce flambeau là!

Citoyen libanais

Article très intéressant. Dès 2005 la violence aurait dû être utilisée pour renverser manu populi l'illégitime Émile Lahoud entre autres. A l'époque les partisans de la radicalité s'entendaient dire si vous faites ça c'est le retour à la guerre civile. Et ça fonctionnait sur la grande majorité des gens. Au final on avait des manifestations du 14 mars qui ressemblaient plus à des kermesses.. Est-ce qu'en 15 ans par son pacifisme obstiné le 14 mars est arrivé à réaliser un seul de ses objectifs ?
Alors la solution c'est clairement un juste milieu entre pacifisme obstiné et violence incontrôlée. Il faut des leaders, pas forcément un seul leader, mais certainement des leaders radicaux. Sinon comment exercer le contrôle sur les foules ?

Ce sont les politiciens et non les banques qui sont les premiers responsables de la situation. Et parmi les politiciens, certains plus que d'autres. Donc les cibles sont clairement identifiées, la révolution ne doit pas viser à côté..

Antoine Sabbagha

La voie pacifique ou la voie de la violence, les deux vont mener le pays à la grande faillite vu que la caste politique actuelle ne veut rien faire ou changer . Triste .

Yves Prevost

ON ne peut pas approuver la violence, mais elle est facile à comprendre. D'autant plus que c'est le pouvoir lui-même qui y pousse (et comme nos dirigeants, tout corrompus qu'ils soient, sont loin d;être des imbéciles, ce ne peut être que volontaire). Dune part, en refusant d'écouter les manifestants pacifiques, et d'autre part en employant envers eux justement cette violence que l'on prétend condamner.
Il faudrait cependant que les contestataires comprennent que c'est un piège qui leur est tendu et qu'ils n'ont pas intérêt à y tomber: en les poussant à la violence, on veut, d'une part discréditer le mouvement, d'autre part justifier (comme si on pouvait la justifier!) une répression de plus en plus musclée.

Zovighian Michel

Figurez-vous que le forum économique DAVOS 2020 (20-22 janvier) reçoit Gebran Bassil comme invité au panel conférencier sur l'Arab Unrest.

Ô Liban

Dès à présent, on ne se demande plus pourquoi il y a une radicalisation de la révolte qui était jusque là pacifique.
Devant l'obstruction politique contre la formation du gouvernement, et l'inefficacité du chef de l'Etat pour imposer en concordance avec le chef de gouvernement désigné ce qui correspond à l'intérêt des citoyens, on peut s'attendre à tout.
Profitant du vide suite à la non participation au gouvernement du PSP, du bloc du Futur , des FL ,et des Kataeb, par souci de faciliter la formation d'une équipe totalement indépendante des partis,et au lieu de faire de même, les avides du pouvoir se sont lancés dans une guerre de partage du fromage pourri comme leur conscience, sous les yeux doux du Hezb et du chef de l' Etat.
En résumé: quand le chat dort, les souris dansent.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES CHOSES VONT EMPIRER. LE PEUPLE QUI MANIFESTE ET QUI NE PEUT PLUS AVOIR ACCES A SES ECONOMIES DANS LES BANQUES QU,A CONCURENCE DE 200 OU 300 DOLLARS PAR SEMAINE ET EN LIVRES LIBANAISES DEVALUEES SUR LE MARCHE SENT QU,IL N,A PLUS RIEN A PERDRE... AYANT TOUT PERDU... TRAVAIL, ARGENT ET JUSQU,A L,ESPOIR DE VIVRE DIGNEMENT... ET SA JEUNESSE, POUR NE PAS PARLER DU TROISIEME AGE... VA SE DECHAINER CONTRE LA CLIQUE QUI LE GOUVERNE DEPUIS 30 ANS ET QUI A MENE LE PAYS LA OU IL SE TROUVE. LES DERAPAGES ONT COMMENCE. ATTENDEZ-VOUS AU PIRE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants