Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Opérateurs mobiles : Choucair dénonce une "campagne de dénigrement" et se défend

Des groupes de la société civile déposent une note d'information contre le ministre sortant des Télécommunications et les opérateurs de téléphonie mobile Alfa et Touch.

Le ministre sortant des Télécoms, Mohammad Choucair. Photo Dalati et Nohra

Le ministre sortant des Télécommunications, Mohammad Choucair, s'est défendu lundi contre la "campagne de dénigrement" lancée contre lui concernant le renouvellement des contrats avec les opérateurs de téléphonie mobile Alfa (géré par l’égyptien Orascom depuis 2009) et Touch (par le koweïtien Zain depuis 2004), affirmant que "les prérogatives portant sur la modification de la gestion du secteur de téléphonie mobile relèvent du Conseil des ministres". 

Dans un communiqué, le bureau de presse de M. Choucair "rejette la campagne de dénigrement à laquelle fait face le ministre Choucair, notamment en ce qui concerne les sociétés de téléphonie mobile". "Tout ce qui a été écrit à ce sujet est erroné", ajoute le texte. "Le ministre s'est conformé aux recommandations de la commission parlementaire de l'Information et des Télécoms", peut-on encore lire dans le communiqué. 

Le bureau de presse du ministre sortant souligne encore que M. Choucair avait présenté à trois reprises en Conseil des ministres un projet de cahier des charges pour le lancement d'un appel d'offres international dans ce cadre, mais que sept mois plus tard, rien n'avait été fait à cet égard en raison "d'obstacles". Il ajoute avoir envoyé, le 2 janvier, une lettre au secrétariat général du Conseil des ministres afin de demander le non-renouvellement des contrats avec Zain et Orascom, suggérant que la gestion du secteur soit confiée au ministère. "Le secrétariat général a envoyé cette demande à la présidence de la République, qui n'a pas donné suite depuis cette date". "La mise en œuvre de changements dans la gestion du secteur de la téléphonie mobile fait partie des prérogatives de l'Exécutif", ajoute le communiqué. 

Plus tôt dans la journée, des organisations de la société civile avaient déposé une note d'information devant le procureur général financier, Ali Ibrahim, contre M. Choucair et les opérateurs de téléphonie mobile, suite au renouvellement des contrats des opérateurs de téléphonie mobile. Les poursuites avaient été engagées pour "violation de la loi de comptabilité publique", "usurpation d'identité", et "infractions au contrat des opérateurs et aux recommandations de la commission parlementaire des télécoms".

Les contrats de gestion et d’exploitation des opérateurs de téléphonie mobile étaient arrivés à expiration le 31 décembre au soir. Le ministre sortant des Télécommunications avait estimé avant cette expiration que la prolongation des deux contrats était la seule option envisageable, aucun appel d’offres n’ayant été lancé dans les temps pour les remettre en jeu. La commission parlementaire des Télécoms avait recommandé à l’unanimité, début janvier, de ne pas renouveler ces contrats. Le renouvellement a été vivement dénoncé par la rue libanaise au cours des derniers jours, dans le contexte du mouvement de contestation contre la corruption, lancé le 17 octobre. C'est l'annonce d'une "taxe sur les appels via Whatsapp" proposée par le ministre Choucair qui avait mis le feu aux poudres et poussé des milliers de Libanais à descendre dans la rue. 


Pour mémoire
Contrats des opérateurs mobiles : les suites possibles

Le ministère libanais des Télécoms à nouveau interpellé pour sa gestion

Le ministre sortant des Télécommunications, Mohammad Choucair, s'est défendu lundi contre la "campagne de dénigrement" lancée contre lui concernant le renouvellement des contrats avec les opérateurs de téléphonie mobile Alfa (géré par l’égyptien Orascom depuis 2009) et Touch (par le koweïtien Zain depuis 2004), affirmant que "les prérogatives portant sur la modification de la...
commentaires (1)

Cet article manqué de précision et de preuve de ce que ce Monsieur avance. ( Le 2 janvier de quelle année) il a envoyé une lettre au secrétaire du conseil des ministres? Pourquoi ne pas publier les lettres et les appels d'offres lancées et qui sont restés sans réponse? Le bla-bla ne fonctionne plus il faut des preuves à l'appui. Y en a marre des couleuvres qu'ils nous font avalées.

Sissi zayyat

11 h 47, le 14 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Cet article manqué de précision et de preuve de ce que ce Monsieur avance. ( Le 2 janvier de quelle année) il a envoyé une lettre au secrétaire du conseil des ministres? Pourquoi ne pas publier les lettres et les appels d'offres lancées et qui sont restés sans réponse? Le bla-bla ne fonctionne plus il faut des preuves à l'appui. Y en a marre des couleuvres qu'ils nous font avalées.

    Sissi zayyat

    11 h 47, le 14 janvier 2020

Retour en haut