X

Liban

Berry hausse les enchères, le gouvernement s’éloigne de plus en plus

Crise

Le président de la Chambre annonce que sa formation suspendra sa participation au cabinet jusqu’à ce que ses « demandes soient prises en compte ».

11/01/2020

Le spectacle de désolation offert par un Liban complètement à la dérive n’a jamais été aussi patent. Plus que jamais empêtrée dans ses tiraillements internes, la classe politique est dans un état de schizophrénie totale face à l’échéance de la formation du gouvernement. Alors que le chef du Parlement, Nabih Berry, est revenu à sa vieille rengaine d’un gouvernement doté de figures politiques, espérant toujours en sous-main un retour du chef du courant du Futur Saad Hariri, le Courant patriotique libre de Gebran Bassil, lui, persiste à affirmer son soutien à un gouvernement d’experts camouflés, tandis que Baabda tangue entre les deux options et cherche à sortir de l’impasse avec le moins de dégâts possible.

Pris dans cet engrenage infernal, le Premier ministre désigné, Hassane Diab, persiste et signe : le gouvernement, qui était quasiment prêt, sera technocrate ou ne sera pas, même si certaines figures à la coloration politique atténuée ont été subtilement imposées en coulisses.

Le Hezbollah, dont le seul souci pour l’heure est, selon ses milieux, de voir naître au plus tôt un cabinet, quelle que soit sa forme, qui puisse vaquer à l’urgence économique et éviter au pays le désastre total, s’emploie de son côté à « concilier entre cette multitude de positions contradictoires » qui n’augurent, pour l’heure, aucune issue, encore moins des dispositions des protagonistes à sortir le pays de cette profonde crise.

Trois semaines après des tractations ardues et des marchandages d’épicier pour tenter de mettre sur pied un gouvernement de technocrates néanmoins concoctés avec l’aval de partis politiques, c’est donc un gouvernement techno-politique qu’exige désormais le chef du Parlement, Nabih Berry. Dans une déclaration au site an-Nahar, il est même allé plus loin, annonçant que le mouvement Amal suspendra sa participation au gouvernement jusqu’à ce que ses « demandes soient prises en compte ». Démentant les informations selon lesquelles il serait prêt à lâcher M. Diab, le chef du mouvement Amal a réfuté les analyses de certains médias liant son dernier revirement aux développements survenus dans la région bien qu’il ait fait allusion, la veille, à une situation régionale inquiétante.

Le président de la Chambre – qui se dit en faveur d’un gouvernement « rassembleur » de toutes les forces politiques, dépourvu du tiers de blocage et incluant des technocrates et des représentants du mouvement de contestation – a tiré à boulets rouges aussi bien sur le Premier ministre désigné que sur le chef du CPL, sans les nommer. M. Berry en veut notamment à M. Diab de ne pas avoir appliqué les mêmes critères aux différentes parties politiques en matière de choix des candidats ministres, l’accusant indirectement de recourir à la politique des deux poids deux mesures.


(Lire aussi : Experts ? Et comment !l'éditorial de Issa GORAIEB)


Lignes rouges
« On s’est rendu compte en définitive que le concept de ministres indépendants ne s’appliquait qu’à nous. D’autres parties ont gracieusement imposé leurs candidats », a-t-il martelé dans une allusion claire au chef du CPL qui avait opposé son veto à la candidature de Damien Kattar aux Affaires étrangères en suggérant celle de Nassif Hitti, ancien ambassadeur de la Ligue arabe à Paris.

Selon notre chroniqueur Philippe Abi-Akl, M. Bassil insiste pour obtenir le tiers de blocage – sept ministres sur 18 – au sein du futur gouvernement, ce que le mouvement Amal, le Hezbollah et les Marada (de Sleiman Frangié) refusent catégoriquement dans les circonstances délicates que traverse la région.

En traçant aussi clairement les lignes rouges, M. Berry vient ainsi de torpiller des semaines d’échanges et de tractations qui ont laissé croire, un moment, à une naissance prochaine du cabinet, moyennant quelques dernières retouches pour pourvoir notamment le portefeuille du ministère de l’Économie également revendiqué par le CPL et auquel M. Diab espérait désigner M. Kattar.

Selon une source proche du Hezbollah, M. Berry n’aurait pas pu reprendre les rênes de la sorte s’il n’avait pas été soutenu, au départ, par la présidence de la République. Craignant les répercussions sur le Liban de l’assassinat du général Kassem Soleimani, le chef de l’État, Michel Aoun, aurait estimé plus sage de revenir à la formule techno-politique plus appropriée pour habiliter le Liban à affronter les turbulences régionales à venir.

Un responsable au sein du bloc Amal indique que le président Aoun a envoyé un « messager » auprès de Aïn el-Tiné pour tâter le terrain. « Le président de la Chambre a saisi l’idée au vol et l’a aussitôt parrainée », confie un analyste proche du Hezb qui souligne que l’affaire Soleimani a été servie sur un « plateau d’argent » pour revenir à la formule consistant à injecter des figures politiques au sein du cabinet.

Selon cet analyste, M. Aoun aurait envoyé son messager chez Berry sans avoir consulté auparavant M. Bassil, qui se serait dépêché d’aller à Baabda pour rectifier le tir. Dans un tweet, le député Jamil Sayyed a confirmé le revirement opéré par Baabda pour ce qui est de la forme du gouvernement, soulignant toutefois que cette position était également consentie par M. Bassil avant que les deux parties ne changent, selon lui, d’avis pour revenir à la formule d’un gouvernement de technocrates.


(Lire aussi : Le Liban en pleine confusionUn peu plus de Médéa AZOURI)


D’où, notamment, la déclaration jeudi du député Ibrahim Kanaan qui a affirmé que sa formation n’avait pas changé d’avis et était toujours en faveur de la formation d’un cabinet d’experts, et qu’il continuait de soutenir M. Diab dans sa tâche alors que des informations de presse faisaient état d’un changement de pied de la part du CPL.

Plusieurs observateurs en conviendront : Hassane Diab n’a jamais été dans les bonnes grâces de M. Berry qui espère toujours, à ce jour, voir Saad Hariri revenir sur sa décision et reprendre en main le gouvernail du vaisseau qui chavire, bien qu’il affirme le contraire. Une option intolérable pour le chef du CPL, dont la formation a pris soin de réaffirmer jeudi son attachement à M. Diab. « Contrairement à toutes les rumeurs qui circulent à son propos, M. Diab reste déterminé à mettre sur pied un cabinet de technocrates et ne renoncera pas à sa tâche », a ajouté M. Sayyed dans son tweet, en réponse aux rumeurs qui ont circulé hier sur un possible désistement du Premier ministre en faveur de M. Hariri. Une option que le chef du Futur, toujours à Paris, ne semble pas prêt à envisager, d’autant qu’il n’avalisera, si l’on croit les informations émanant de ses milieux, aucun cabinet incluant des acteurs politiques comme le souhaite désormais M. Berry.


Lire aussi
Gouvernement : blocages et cacophonie à l’ordre du jour

Tournez manège !, le billet de Gaby NASR

Joumblatt propose Ghosn au ministère de l'Energie : Ce n'est pas dans mes intentions, répond le patron déchu

Alerte aux balles perduesl'édito de Issa GORAIEB

La communauté internationale dénonce « l’irresponsabilité » des dirigeants libanais



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ô Liban

Mais, laissons Diab composer son gouvernement d'experts,et donnons lui 2 mois pour juger son style de gouvernement.
De grâce Monsieur Berri, ne tendez plus l'oreille à quiconque,vous qui savez tout et pouvez tout, étant à la tête du Législatif.
Tout retard à annoncer le nouveau gouvernement,aggraverait davantage la dégradation surtout de la monnaie nationale.
Les yeux des pauvres, surveillent attentivement la légèreté avec laquelle, ces responsables font des partages à l'insu de tout un pays.


Sissi zayyat

Diab a l'air de tenir tête comme avant lui Hariri à ces pollueurs récalcitrants.
D'après son allocution courageuse, le gouvernement sera formé selon la demande du peuple et ce, malgré leurs gesticulations infructueuses, leur pression ou leurs menaces.
Pourvu qu'il ne flanche pas. Il a une chance de réussir son coup de maitre maintenant que Bassil est mouillé dans l'affaire de la perte de la voix du Liban aux nations unis et les scandales qui vont venir se greffer à cette affaire appelant certaines consciences à se réveiller de leur lourd sommeil pour dire sans crainte de représailles les vérités concernant les milliards volés avec des preuves à l'appui

Ainsi notre calvaire se trouvera raccourci et en cas de réussite il sera vite oublié.

Berry n'a qu'à s'occuper de ses oignons.

Tabet Ibrahim

Berry est un des principaux symboles de la faillite de la classe politique et de l'Etat libanais.

Le Phenicien

Ils veulent encore se partager un gateau qui n'existe plus.

Vivement un tribunal international pour les juger!

Irene Said

Ce que le soi-disant "chef" du Parlement et ses alliés parvenaient plus ou moins à cacher jusqu'à présent de leur incroyable égoïsme et manque de patriotisme apparaît maintenant au grand jour !
Ils ne sont pas des dirigeants dignes de ce nom, mais des marchands du temple corrompus, inefficaces et sans aucun honneur, tout en osant se comporter en dictateurs pour leur profit personnel.
Irène Saïd

Liberté de Penser

Et pendant ce temps le pays coule un peu plus de jour en jour. Mais un jour viendra, et très prochainement j’espère, où tous les responsables de la présente situation seront menottes aux poings face à une véritable justice fut ce celle du peuple libanais

NAUFAL SORAYA

Et après?????

Yves Prevost

Qu'il s'agisse de Berry, Nasrallah ou Bassil, de quoi se mêlent-ils? En quoi les gesticulations du président de la Chambre peuvent-elles empêcher Diab de former son équipe? Enfin, quel rapport peut-il y avoir entre l'exécution d'un général iranien et la composition du gouvernement libanais?

Serge Tohme

D’habitude je suis contre la violence mais là je me dis que cette révolution pacifique ne servira à rien avec des phénomènes pareils.
Le bateau coule et eux continuent leur sieste et leurs partie de tric trac comme si de rien n’était. Surtout prenez encore votre temps Messieurs rien ne presse faut bien satisfaire l’ego de tous.
Au point où on en est je ne vois plus qu’une seule solution pour faire avancer le pays, un coup d’état militaire, le jugement de tout ce beau monde, des élections législatives anticipées, un gouvernement loin des partis politiques qui demandera l’aide du FMI.
Le reste les états d’âme de l’Iran ou autre on n’a rien à cirer

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants