Rechercher
Rechercher

À La Une - justice

Affaire Ghosn : perquisition à Tokyo, interpellations en Turquie

S'il venait en France, le PDG déchu de Renault-Nissan ne sera pas extradé, affirme une ministre française. 

Le PDG déchu de Renault-Nissan Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse à Paris, le 6 octobre 2017. Photo d'archives AFP / ERIC PIERMONT

Une perquisition a eu lieu jeudi au domicile provisoire de Carlos Ghosn à Tokyo et plusieurs personnes ont été interpellées en Turquie, où une enquête est ouverte pour comprendre comment l'ex-patron a réussi à s'enfuir au Liban en passant par Istanbul. Par ailleurs, la secrétaire d'Etat française à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a affirmé que le patron déchu de Nissan et Renault ne serait pas extradé s'il venait en France. 

Selon l'agence de presse DHA, la police turque a interpellé et placé en garde à vue quatre pilotes, deux personnels au sol et le cadre d'une compagnie aérienne de cargo privée, soupçonnés d'avoir aidé M. Ghosn à se rendre au Liban depuis un aéroport d'Istanbul. Le ministère de l'Intérieur a ouvert une enquête pour déterminer les conditions dans lesquelles M. Ghosn a pu transiter par la capitale économique turque, et s'intéresse en particulier à deux vols considérés comme suspects, d'après DHA.

Selon la chaîne de télévision turque NTV, un jet privé a décollé dimanche soir de l'aéroport international du Kansai, dans la baie d'Osaka, à destination d'Istanbul. D'après le quotidien turc Hürriyet, M. Ghosn est soupçonné d'avoir atterri à l'aéroport Atatürk, aujourd'hui fermé aux vols commerciaux mais encore utilisé par des appareils privés, et d'en être reparti vers le Liban peu de temps après à bord d'un autre jet privé. Le quotidien Hürriyet précise toutefois que le nom de M. Ghosn ne figure pas sur la liste des entrées et des sorties du territoire turc.

Selon les informations collectées sur le site Flight Radar 24, qui suit les vols à travers le monde, un avion a décollé d’Osaka le 29 décembre à 23h10 pour atterrir à Istanbul à 5h15. L’appareil, un jet Bombardier Global Express, immatriculé TC-TSR, appartient à la compagnie turque MNG Jet, spécialisée dans la maintenance et les vols de jets privés. MNG Jet n'a pas donné suite aux appels de L'Orient-Le Jour. Quarante minutes plus tard, un jet Bombardier challenger 300 a effectué le trajet Istanbul-Beyrouth. Cette fois-ci, pas d’immatriculation ni d’indication du propriétaire. Ce qui, selon une source au fait des suivis de vols sur ce site, n’est pas suspect. En fonction de la technologie du transpondeur à bord de l’avion, ces informations peuvent ne pas apparaître. Il faudra toutefois attendre une confirmation de la part du principal intéressé, qui devrait s'adresser à la presse la semaine prochaine, a indiqué une source de son entourage à L'Orient-Le Jour, pour établir que ce plan de vol est effectivement le sien.

Selon DHA, les enquêteurs ont mis la main sur l'enregistrement des échanges entre le pilote du second appareil et la tour de contrôle. "Destination Beyrouth", déclare le pilote dans cet enregistrement, selon l'agence de presse turque.



(Lire aussi : Carlos Ghosn pourrait s'entretenir avec la presse la semaine prochaine)



Perquisition à Tokyo
Les télévisions nippones ont de leur côté montré jeudi des images d'inspecteurs entrant dans la maison de Tokyo habitée par l'ancien patron de Renault et Nissan jusqu'à sa fuite.

En France, pays dont Carlos Ghosn est également un ressortissant, la secrétaire d'Etat à l'Economie a affirmé en début de journée sur la chaîne BFMTV que "si M. Ghosn venait en France", il ne serait pas extradé "parce que la France n’extrade jamais ses nationaux". "Nous appliquons à M. Ghosn comme à Monsieur tout le monde les mêmes règles du jeu mais cela ne nous empêche pas de penser que M. Ghosn n'a pas à se soustraire à la justice japonaise", a-t-elle ajouté. 

Assigné à résidence depuis le mois d'avril à Tokyo, l'ancien dirigeant de Renault-Nissan est parvenu à quitter le territoire japonais et à rejoindre le Liban lundi matin, pays dont il détient la nationalité et qui n'a aucune convention d'extradition avec le Japon. Les circonstances de cette fuite de l'archipel japonais restent mystérieuses. D'après deux sources, interrogées par Reuters, dans l'entourage de Carlos Ghosn, elle a été orchestrée par une société privée. Certains médias libanais ont également avancé que Carlos Ghosn s'était dissimulé dans une malle théoriquement destinée à transporter des instruments de musique, une version que son épouse a démentie auprès de Reuters tout en refusant de révéler les détails de cette fuite rocambolesque.



(Lire aussi : Les questions qui se posent autour de la fuite de Ghosn du Japon au Liban)



Deux passeports français
Plus d'informations ont en outre été fournies par une source proche du dossier à l'AFP concernant les documents d'identité utilisés par M. Ghosn pour fuir le Japon. Cette source précise que trois passeports (un français, un libanais et un brésilien) étaient conservés par les avocats de Carlos Ghosn mais que ce dernier avait deux passeports français. Une autorisation exceptionnelle du tribunal lui permettait d'en avoir un sur lui, enfermé dans une sorte d'étui (boîte ou sacoche, le type n'est pas précisé) qui restait en sa possession mais dont la clef (un code secret) était également détenu par ses avocats, a expliqué la même source. Ce document lui tenait lieu de visa de court séjour dans l'archipel et il devait donc l'avoir à portée de main pour ses déplacements internes, a expliqué la même source.

Les autorités japonaises n'ont cependant pas de données informatiques indiquant que Carlos Ghosn, facilement reconnaissable, se serait présenté sous sa réelle identité aux contrôles aux frontières du Japon avant son départ, dans aucun des aéroports du pays. Il est donc soupçonné d'avoir employé un "moyen illégal" de sortie du territoire (sous une autre identité ou en échappant aux contrôles), souligne la chaîne publique de télévision NHK citant des sources proches des enquêteurs. Ce deuxième passeport français aurait en revanche pu être utilisé à son arrivée en Turquie pour les formalités habituelles, avant de voyager ensuite vers le Liban où, selon les autorités locales, il est entré en toute légalité.



Lire aussi
De Jamhour à Ixsir : les racines libanaises de Carlos Ghosn

Le Japon sidéré par la fuite de Carlos Ghosn

Carlos Ghosn au Liban : les réseaux sociaux s'enflamment

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn



Une perquisition a eu lieu jeudi au domicile provisoire de Carlos Ghosn à Tokyo et plusieurs personnes ont été interpellées en Turquie, où une enquête est ouverte pour comprendre comment l'ex-patron a réussi à s'enfuir au Liban en passant par Istanbul. Par ailleurs, la secrétaire d'Etat française à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a affirmé que le patron déchu de Nissan et...

commentaires (5)

Cet homme cristallise toutes les attentions, comment va se terminer ce feuilleton ? Par contre aller en France quelle grosse erreur il ferait. Après l'avoir jeté dans la gueule du loup les autorités françaises sont capables de tout. Quand on lit qu'il est attaqué pour sa collaboration avec israel, pourquoi on en parle que maintenant, est-ce parce que les pêcheurs en eau trouble ont peur d'une protection de la résistance libanaise.

FRIK-A-FRAK

15 h 01, le 02 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Cet homme cristallise toutes les attentions, comment va se terminer ce feuilleton ? Par contre aller en France quelle grosse erreur il ferait. Après l'avoir jeté dans la gueule du loup les autorités françaises sont capables de tout. Quand on lit qu'il est attaqué pour sa collaboration avec israel, pourquoi on en parle que maintenant, est-ce parce que les pêcheurs en eau trouble ont peur d'une protection de la résistance libanaise.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 01, le 02 janvier 2020

  • ON S,EN FOU COMMENT QU,IL EST SORTI ? IL FAUT LE LAISSER SE REPOSER QUELQUES JOURS. CARLOS EST UN GAGNANT, IL A RELEVÉ MICHELIN, RENAULT ET SAUVÉ COMPLÈTEMENT NISSAN ET DERNIÈREMENT MITSUBISHI. IL LES A RAMENÉ, CES TROIS LÀ À LA POSITION NO 1 MONDIALEMENT PARLANT. PLUSIEURS FOIS ÉLU L"HOMME DE L'ANNÉE. GRACE À LA JALOUSIE, GOHSN SE RETROUVE DANS CETTE SITUATION INJUSTE. JE L'ESPÈRE DE TOUT COEUR QU'IL VA DÉTRUIRE COMPLÈTEMENT NISSAN ET MITSUBISHI. EN ATTENDANT SA DÉCLARATION, BONNE ANNÉE CARLOS....L'AMIE À TON AMI JAD NEHMÉ. J.T

    Gebran Eid

    14 h 53, le 02 janvier 2020

  • BA3ASKON YIA JAPS. TRES BIEN FAIT. BRAVO GHOSN.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    13 h 53, le 02 janvier 2020

  • dans les articles les plus lus dans l'OLJ d'aujourdh'ui Carlos Ghosn a reussi a jeter dehors tous les commentaires sur la politique Libanaise du moment et a avoir a lui tout seul les 5 sujets commentes et recommendes QUEL HOMME , QUEL COMOPETENCE DANS SES ACTIONS QUELQU'EN SOIT LE MOTIF, QUELLE REUSSITTE Enfin de compte si un seul de nos Zaims avait les qualities de reussitte que cette homme a , le Liban aurait ete un paradis Ah pardon, ils ont tous reussi brillament a avoir des millions de par leur position TOUT COMME LUI JE RETIRE DONC CE QUE J'AI DIT

    LA VERITE

    13 h 51, le 02 janvier 2020

  • "Il a réussi à s'enfuir au Liban"... Laisser Carlos Ghosn, Libanais, fils de Libanais, petit-fils de Libanais et arrière petit-fils de Libanais, vivre dans son pays où il a toujours souhaité vivre. N'a-t-il pas dit un jour : "C'est le seul endroit du monde où je me sens chez moi". Il avait déclaré une fois : "Une man'ouchi chaude, est un bonheur de vivre". Le litige avec Nissan est une affaire strictement personnelle. Concentrons nos préoccupations sur les milliards pillés du Trésor national par neuf larrons pendant que l'économie du pays est au bord du gouffre. Le Liban est comme le chameau de la légende qui souffre de soif tandis qu'il porte sur son dos de l'eau que ses gouvernants la dérobe vers les paradis fiscaux.

    Honneur et Patrie

    12 h 20, le 02 janvier 2020

Retour en haut